Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/12/2010

La Bonne Année d'Isabelle Marsala, Jean-François Reynal et Jean-Paul Bocaj : un rendez-vous au Garage avant un grand départ

Pour fêter la nouvelle année et, avant un nouveau voyage, Isabelle Marsala, Jean-Paul Bocaj et J-F Reynal vous invitent jeudi 6 janvier de 18h à 22h à l'atelier du Garage (7 rue Belmont à Montpelllier).
Apès avoir travaillé deux mois à Cuba en 2010, Isabelle Marsala et J-F Reynal vont poursuivre leurs explorations artistiques au Laos et au Cambodge.  Départ le 10 janvier, retour le 10 mars... avec le plein d'images pour de nouvelles expos.

marsala.JPG

 


 

30/12/2010

A la galerie Plurielle à Sète : l'invitation au voyage de Raymond Attanasio, le passeur de lumière

plurielle.pngLa galerie Plurielle  de Sète, à travers l’exposition « Reflets croisés» propose un parcours philosophique et onirique  avec Les voyages vers l’éternité de Gil (Huiles sur toile), les espaces poétiques d’Ebro (Techniques mixtes sur toile), les mouvants minéraux de Gotthi,(Marbres sculptés), les émotions mêlées de S. Louriac (Huiles sur toile), les essences boisées de JC Bazian (Bois sculptés), les éphémères reflets de Gérard Paul, (Photographies),  les lumières d’âmes d’Attanasio (Encres sur papier),  les féminités vallonnées de Quedrue-Streliski,  (Terres cuites et bronzes). A voir jusqu'en février

Chaque semaine, durant la période de l'expo, portrait d'un artiste de la galerie. Après  les sculptures d'Annie Quedrue-Streliski, de Sabrine Louriac et d'Ebro, nouveau coup de projecteur sur les toiles de Raymond Attanasio.

atanasio.pngNé en 1954 à Alger, Raymond Attanasio est arrivé en 1962 à Sète, où son père, imprimeur, le pousse à suivre la même voie… Mais l’envie de peindre est déjà là, le hasard et les rencontres artistiques feront le reste... Quelques années de découvertes techniques, puis quelque chose se déclenche : « Seul dans mon atelier, devant une grande toile, quelque chose que j’ignore posséder se révèle à moi. A chaque coup de pinceau, à chaque changement de couleur, je ressens une sorte d’euphorie. La toile s’assemble de manière intuitive. Je suis surpris, étonné. »
L'artiste devient « Passeur de Lumière » : « Mes toiles sont le passage à partir duquel le visiteur de mes expositions peut commencer ce voyage intime qui devrait lui permettre de laisser ce monde du paraître afin d’aller découvrir celui de l’Etre, celui de son être. Je deviens un des ces passeurs de lumière. La lumière d’une sensibilité qui vit en chacun de nous… »

 

29/12/2010

La fête à la galerie de l'Ancien Courrier à Montpellier : La nîmoise Elisa Cossonnet à l'affiche avec une dizaine d'autres artistes

galerieancien.jpgC'est la fête à la galerie de l'Ancien Courrier ! A l'affiche : Bernard Calvet, Lorraine Jordan, Pierre Lohner, Catherine Metz, Nicole Pfund, Jean Pierson, Magi Puig, Dolors Russinol, Masramon, Sauze exposent pour les fêtes de fin d'année. Tout comme ELisa Cosonnnet. Coup de projecteur sur cette jeune artiste né à Nîmes. Une expo à voir,  rue de l'Ancien Courrier à Montpellier,  jusqu'au 15 janvier.
Né à Nîmes, cette jeune-fille dans le vent, a réalisé sa première expo, il y a deux ans à Montpellier. Tout s'est ensuite enchaîné très vite pour Elisa Cossonnet. Après, il ya eu Paris puis Nashville et le succès... mérité.
Ces toiles et ces collages sont étonnants de fraîcheur. Ses petits carrés ou grandes toiles ressemblent à une bande dessinée. La BD  raconte la vie d'une jeune fille d'aujourd'hui avec de grands yeux étonnés et curieux. A travers ses personnages stylisés, l'artiste donne sa vision de la société, évoque les relations avec l'autre. Discussions entre copines, confidences avec un double ou une soeur jumelle, moment d'intimité à deux. D'un bar à la rue. Les scénettes se suivent. Les couleurs, les collages et les mots s'entremêlent dans ces historiettes que "racontent" Elisa avec sensibilité. C'est à la fois tendre, grave, drôle et contemporain. Une expo à ne pas rater!

elisa.jpg

 

28/12/2010

A la galerie 13 à Montpellier : feu d'artifice avec Piero Mosti, peintre d'atmosphère, et une dizaine d'autres artistes

mostirab.jpgFeu d'artifice en cette fin d'année à  la galerie 13 à Montpellier ! Tous les fidèles de la galerie sont au rendez-vous de cette dernière exposition : Virginie Benzaquen, Paul Bergignat, Giancarlo Cannas, Elena Carozzi, Muna Droz, Geneviève Garcia Gallo, Giovanna Lizzio, Isabelle Malmezat, Simon Oltazewski, Elisabeth Poiret, Gérard Renouf, Alberto Udaeta et Piero Mosti. Coup de projecteur sur ce peintre italien. Si vous aimez les couleurs, la belle lumière de Toscane, les bonheurs simples, ne ratez pas cette exposition. Elle  procure un moment d'éternité ! A voir jusqu'au 31 janvier, 13 boulevard du Jeu de Paume à Montpellier.

Artiste peintre  italien, Piero Mosti vit et travaille en Toscane. Reconnu dès sa sortie des Beaux Arts de Carrara, par les plus importants critiques d'art, comme coloriste exceptionnel, il n'a cessé d'exposer dans les grandes foires internationnale et à travers toute l'Europe.
L'univers de Piero Mosti est fait de souvenirs et de simplicité. Ce peintre réussit à suspendre le temps. Il vous transporte dans ses jardins d'Eden, des espaces clos où l'on se sent bien. Peut-être parce que l'atmosphère qu'il recrée respire le silence et la sérénité. Peut-être aussi parce que ces paysages lumineux invite à la méditation.
Des batisses perdues dans des mers vertes et dorées, une maison isolée à l'orée d'un bois sont autant d'îlots où l'on a envie de se réfugier. Les lumières chatoyantes, les paysages intimistes, le jaune, le vert, le mauve des lavandes, l'or des blés mûrs... voilà le monde de Piero Mosti. Un monde où nostalgie et douceur de vivre se côtoient.

mosti2.jpg

Pratique:
-Galerie 13, 13 rue du jeu de Paume à Montpelier.
- Jusqu'au 31 janvier

27/12/2010

A la galerie Plurielle à Sète : les oeuvres poètiques d'Ebro

pluquatre.png La galerie Plurielle   de Sète, à travers l’exposition « Reflets croisés» propose un parcours philosophique et onirique  avec Les voyages vers l’éternité de Gil (Huiles sur toile), les espaces poétiques d’Ebro (Techniques mixtes sur toile), les mouvants minéraux de Gotthi,(Marbres sculptés), les émotions mêlées de S. Louriac (Huiles sur toile), les essences boisées de JC Bazian (Bois sculptés), les éphémères reflets de Gérard Paul, (Photographies),  les lumières d’âmes d’Attanasio (Encres sur papier),  les féminités vallonnées de Quedrue-Streliski,  (Terres cuites et bronzes). A voir jusqu'en février

Chaque semaine, durant la période de l'expo, portrait d'un artiste de la galerie. Après  les sculptures d'Annie Quedrue-Streliski, les toiles des Sabine Loupiac, nouveau coup de projecteur sur les oeuvres poétiques d'Ebro.

ebro.gifDiplômé en 1986 de l’Ecole des Beaux-Arts et des Arts Appliqués de Toulouse, Frédéric Hébraud exerce depuis 1988 en tant que graphiste-plasticien au Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement de l’Hérault et est également depuis 1992 photographe pour l’Observatoire du Paysage de l’Hérault.
A travers ses œuvres, Ebro nous entraîne dans un espace poétique. Un paysage intime qui oscille entre évocation et abstraction, fragile équilibre soutenu par une composition rigoureuse. Sa peinture nous amène à voir au-delà, comme l’on regarde à l’horizon, notre propre horizon.

   Pratique:
- 65 Grand'Rue Mario Roustan,  Sète

- Tel. 04 67 43 37 71

26/12/2010

Si vous allez à Paris... au Centre Pompidou, parcours croisés sur le mouvement De Stijl et Piet Mondrian

mondrian-06.jpg Le Centre Pompidou consacre une exposition inédite aux parcours croisés du mouvement De Stijl et de Piet Mondrian. Cette rétrospective événement est la toute première, en France, à éclairer ce moment clé de l’histoire de l’art du 20e siècle. A voir jusqu'au 21 février.

“Je construis des lignes et des combinaisons de couleurs sur des surfaces planes afin ’exprimer avec la plus grande onscience la beauté générale” écrivait Piet Mondrian en 1914.  Le mouvement De Stijl (Le Style) est l’un des plus féconds de la modernité européenne. Il propose un art total qui synthétise, dès la fin des années 1900 et dans les années 1920, une vision esthétique et sociale. De Stijl constitue une base pour comprendre les sources de l’art moderne. À Paris, entre 1912 et 1938, Mondrian, acteur de cette avant-garde, met en place une « nouvelle plastique abstraite » avec Theo Van Doesburg et Gerrit Rietveld, les autres figures centrales de ce mouvement transdisciplinaire qui aborde la peinture, la sculpture, l’urbanisme, l’architecture, la conception de mobilier et le graphisme.  Cette entreprise radicale révolutionnera la peinture et l’art. 

mondrian.jpg

Pratique
- Centre Pompidou, Paris
- Exposition ouverte tous les jours de 11h à 21h, sauf le mardi
- Tarif : 12 euros Tarif réduit : 9 euros 
- Métro : Hôtel de Ville, Rambuteau

24/12/2010

Si vous allez à Paris... au Petit Palais 100 photos de Pierre et Alexandra Boulat

photoparis1.jpgLe Petit Palais, qui s’ouvre à l’univers de la photographie et de l’image contemporaine depuis 1998, soutient Reporters sans frontières, à l’occasion de ses 25 ans , en exposant son album anniversaire consacré à Pierre et Alexandra Boulat. A voir jusqu'au 27 février.

photoparis2.jpgRendant hommage à deux grands noms du photoreportage français, l’album "100 photos de Pierre & Alexandra Boulat pour la liberté de la presse", édité par Reporters sans frontières, et l’exposition au Petit Palais montrent deux regards croisés sur le monde - regards passionnés, déroutants, profondément humanistes. Les reportages de Pierre, sur les bidonvilles de Nanterre dans les années 50 ou sur le quotidien des femmes américaines, dégagent la même intensité que ceux de sa fille à Gaza ou sur les souffrances des mères afghanes, quatre décennies plus tard.


Pour financer ses actions, Reporters sans frontières édite, depuis 1992, une collection d’albums de photographies. "100 photos de Pierre & Alexandra Boulat pour la liberté de la presse" sortira le 9 septembre 2010, et sera vendu au profit de l’association


Pierre et Alexandra Boulat pour la liberté de la presse
envoyé par mairiedeparis. - Découvrez plus de vidéos créatives.

Pratique:
 - Horaires, mardi au dimanche de 10h à 18h.  Nocturne le jeudi jusqu'à 20h. ermé le lundi et jours fériés.
- Tarifs : gratuit
- Avenue Winston Churchill,,Hall Jacqueau au rez-de-chaussée du musée
- Tél : 01 53 43 40 00

Si vous allez à Paris... Claude Monet au Grand Palais, 200 oeuvres et une rétrospective événement

 

Claude+Monet,+La+Promenade,+la+femme+%C3%A0+l%E2%80%99ombrelle.jpg

Jusqu'au 24 janvier, les galeries nationales du Grand Palais à Paris abriteront une grande rétrospective de Claude Monet retraçant les quelque soixante années pendant lesquelles l’un des fondateurs de l’impressionnisme s’est attaché à peindre sans relâche, posant ainsi l’un des fondements de l’art moderne. Près de 200 oeuvres de l'artistes sont exposées.

Pendant plus de 60 ans, Monet (1840/1926) a peint sans relâche. Son oeuvre, placée sous le signe du réalisme dans les années 1860, incarne ensuite la plus pure expression de l'impressionnisme, puis devient au XXe siècle l'un des fondements de l'art moderne. C'est l'ensemble de ce parcours riche et fécond que l'exposition réinterroge. Réunissant près de deux cents peintures, elle rassemble des prêts exceptionnels du musée d'Orsay et des collections nationales, comme des musées et collections privées du monde entier.

 

Claude-Monet,-Femme-au-jard.jpg

 Pratique:
- Galeries nationales du Grand Palais
- 3, avenue du Général-Eisenhower, Paris
- Tél  :  01 44 13 17 17
- Métro ; Champs-Elysées-Clémenceau

01:04 Publié dans Expositions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : claude monet |  Facebook | |  Imprimer | |

Si vous allez à Paris... Monet, Rodin, Belle-Île et une exposition-dossier au musée Rodin

monet210a.jpgEn marge de la rétrospective consacrée à Monet à l’automne 2010 au Grand Palais, le musée Rodin propose une exposition-dossier à partir d’un des chefs-d’oeuvre de ses collections : la peinture représentant Belle-Île, par Claude Monet, probablement donnée vers 1888 par le peintre à Rodin, en remerciement ou en échange de La Jeune Mère à la grotte que le sculpteur venait de lui offrir.

rodin210a.jpgDeux ans auparavant, à l’automne 1886, Monet s’était isolé durant dix semaines pour peindre la côte rocheuse de Belle-Ile luttant alternativement contre le soleil, le vent, la pluie et les tempêtes pour réaliser en un travail déjà sériel et d’une grande virtuosité, trente-neuf toiles de cette falaise sauvage.

Le plus grand des impressionnistes et le sculpteur le plus célèbre de son temps partagent un réel attachement à la nature qui les unit dans cette quête vers un même idéal artistique. Leurs rencontres lors des célébrations officielles et mondaines ou plus intimes, dans la campagne de Giverny sont régulières.

Cette exposition-dossier évoque à travers quelques plâtres, manuscrits et autres documents la relation particulièrement riche et longue entre les deux hommes dont l’exposition commune en 1889, à la galerie Georges Petit constitue un événement marquant. Ensemble mais sur l’initiative de Monet, ils contribuèrent à l’organisation de cette exposition retentissante, qui allait célébrer, avant l’heure, ces deux précurseurs. Désormais en possession des clés pour établir leurs propres règles ils allaient explorer certaines des voies les plus fécondes, à l’origine de la modernité.

« Ils devaient se grouper. L’un semble compléter l’autre – écrivait-on dans la presse au lendemain du vernissage – Rodin ne pouvait trouver de meilleur cadre à sa sculpture que la peinture de Claude Monet… A première vue, on voit que les deux artistes ne relèvent que d’eux-mêmes. On est bien réellement chez eux, et la nature y est bien chez elle. C’est à elle seule qu’ils se sont adressés, bannissant impitoyablement toute réminiscence étrangère."
Résultat : étonnement, nouveauté , originalité… Ce qu’ils ont trouvé, c’est la vie

  Pratique :
- Musée Rodin,79, rue de Varenne, Paris
- Du mardi au dimanche, de 10h à 17h45

momonetbelleile400a.jpg

22/12/2010

A la galerie plurielle à Sète: coup de projecteur sur les nouveaux horizons de Sabine Louriac

 

pluquatre.png La galerie Plurielle  à travers l’exposition « Reflets croisés» propose un parcours philosophique et onirique  avec Les voyages vers l’éternité de Gil (Huiles sur toile), les espaces poétiques d’Ebro (Techniques mixtes sur toile), les mouvants minéraux de Gotthi,(Marbres sculptés), les émotions mêlées de S. Louriac (Huiles sur toile), les essences boisées de JC Bazian (Bois sculptés), les éphémères reflets de Gérard Paul, (Photographies),  les lumières d’âmes d’Attanasio (Encres sur papier),  les féminités vallonnées de Quedrue-Streliski,  (Terres cuites et bronzes). A voir jusqu'en février

Chaque semaine, durant la période de l'expo, portrait d'un artiste de la galerie. Après  les sculptures d'Annie Quedrue-Streliski, nouveau coup de projecteur sur les toiles de Sabine Loupiac.

 loupiac.jpgAussi loin que ça mémoire l’entraîne, Sabine Louriac se voit avec des crayons et des pinceaux à la main.
Au début, ce fut, bien sur, la découverte,  puis la reproduction d’oeuvre des grands maîtres.
Au fil des années, la réflexion devint plus personnelle mais elle  n’a montré son travail qu’à partir des années quatre-vingt.
"
J’admire sans condition le travail,dit-elle, le travail de Lucian Freud qui m’a fortement influencée à cette époque. A partir de 1999, année où j’ai perdu mon père, j’ai tourné une page, en travaillant la composition abstraite ou libre, en ajoutant parfois des collages, j’ai commence à découvrir que le peinture pouvait aller bien au delà de la simple reproduction. Je m’étais suffisamment inspirée de la réalité. Tout , même le modèle vivant, n’étais plus que de la banale copie."
Suit une période de recherche en créativité qui aboutira dans un premier temps à des toiles où les personnages émergent d’un chaos de couleurs, de formes et de matières. "Peu à peu, poursuit Sabine Louriac,  ma peinture s’est orientée vers une expression qui privilégie, non plus ce que l’on voit, mais ce que l’on ressent."
Velasquez et Goya ont eu tous ses suffrages dès ses premiers coups de pinceaux, puis, Jérôme Bosch et son imaginaire débridé, Arcimboldo en avance sur son temps, Marc Chagall et sa poétique…
Plus tard, Gustav Klimt et des expressionnistes comme Ernst Ludwig Kirchner, Max Beckmann, Emil Nolde, et toute la communauté « Die Brücke », l’aidèrent aussi à’inventer de nouveaux horizons.

 Pratique:
- 65 Grand'Rue Mario Roustan,  Sète

- Tel. 04 67 43 37 71