Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/09/2011

Montpellier: Philippe Jacq et ses "Super-héros" à la galerie Hambursin-Boisanté

jacq.pngExposition de Philippe Jacq à la galerie Hambursin-Boisanté du jeudi 29 septembre au 29 octobre 2011. Vernissage en présence de l'artiste ce soir jeudi 29 septembre à partir de 18h30.

Alors que les avions abattaient les tours jumelles, ébranlant le monde contemporain occidental dans ses fondements, Philippe Jacq, né à Oran en 1971, interprétait cette tragédie en remodelant, tel Prométhée, le monde à son image.
Afin de conjurer le sort, il fabrique, façonne des objets de terre. Avions, au départ tels des figures votives, portant des personnages sacrifiés. Le mythe d’un peuple sanctifié. Puis il glisse vers les protagonistes du sauvetage, s’incarnant à travers les super-héros Marvel de notre adolescence. Spiderman, Batman, comme autant de symboles de l’engagement pour sortir du drame. Mais les figurines héroïques n’obéissent en rien au dessin épuré et stylisé de leur représentation initiale.
Philippe Jacq assemble des éléments ramenés de ces voyages et flâneries, jouets pour enfants, bouts de ficelle, cornes de rennes, accentuant ainsi la fragilité et parfois l’absurdité de ces caractères.
La céramique vibrante et fragile, une fois cuite, continue de craquer, de teinter en quelques bruits sourds qui animent ces personnages.
En paralelle, Philippe Jacq a creusé la surface plane de ses tableaux, constitués depuis un certain temps de papier marouflés et cousus, de peinture fluide, juxtaposés comme autant de pellicules rétiniennes, transperçant la toile pour que le recto et le verso se confondent. De la peinture, l’artiste est passé à l’assemblage de tissus, canevas, qu’il coud.
Toujours la même tension, toujours ce même transpercement de la surface. Une forme d’irrevérence, à l’instar de nombreux de ses ainés pour le médium classique. Il collectionne les anciennes tapisseries, broderies délaissées dans les brocantes, les découpe, les superpose à nouveau. D’étranges athmosphères s’en dégagent.
Au premier abord, l’oeil ne décèle pas la composition mais se leurre et pense être en présence d’une broderie banale. Ce n’est qu’en suivant la trame de la toile que l’on rencontre les entrechoquemets. Des ballerines faisant des entrechats sur des minarets, des chasseurs à l’affût d’un cerf trônant fièrement, une Olympia cachée dans un interieur colonial.
Philippe Jacq s’amuse de la tromperie de départ, et nous oblige à affuter le regard. Illusion d’optique, amusement formel, autant de jeux rendus possible par une maitrise parfaite de l’outil et de la chromie. Une jolie leçon à tous ceux que la sévérité et le sérieux de l’art contemporain étreint.

Pratique:
-
15 bd du Jeu de Paume, Montpellier
- Ouverture du mardi au samedi de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 19h 

jacq2.png

Les commentaires sont fermés.