Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/12/2011

Montpellier : Jean Bazaine dans les sujets de l'abstraction au musée Fabre

 

Montpellier Agglomération propose au public de découvrir, pour la première fois en France, "101 chefs-d’œuvre de la Fondation Gandur pour l’Art", illustrant la peinture non-figurative de la Seconde École de Paris. Par la forte présence dans ses collections permanentes d’artistes majeurs de ce mouvement artistique d’après-guerre, le musée Fabre de Montpellier Agglomération constitue une étape incontournable pour l’exposition, qui offrira un dialogue avec ces tableaux et tout particulièrement l’exceptionnel fonds Soulages. A découvrir une oeuvre par jour : après Pierre Soulages et Jean Fournier, aujourd'hui Jean Bazaine

En mai 1941, un groupe de jeunes artistes exposent à la galerie Braun, sous l’appellation de « peintres de tradition française ». Parmi eux, Jean Bazaine, Charles Lapicque, Jean Le Moal, Alfred Manessier et Gustave Singier. Le terme de « tradition » nationale permet surtout d’échapper à la censure de l’Occupation en s’inscrivant dans l’héritage des avant-gardes françaises du début du XXe siècle. En effet, le groupe opère une synthèse entre les formes géométriques du cubisme et les couleurs subjectives du fauvisme. Cette mouvance va diffuser jusqu’à la fin des années 1950 ces principes esthétiques qu’adoptent également des artistes de la génération suivante (Olivier Debré, Oscar Gauthier ou Jacques Germain) ou précédente (Roger Bissière). Après la guerre, ces artistes considérés comme « non figuratifs », entendent trouver une synthèse entre la liberté plastique autonome et l’ancrage dans le monde vécu. Ils s’appuient sur la combinaison d’une structure géométrique et d’un déploiement des richesses de la couleur, souvent réduite à une seule dominante ou à un trio de dominantes.
Jean Bazaine refuse une abstraction qui n’aurait pas sa source dans le monde réel et défend une abstraction qu’il qualifie d’« incarnée ».
Il place l’homme au centre de sa recherche artistique. Couple dans un bois, évocation de la fusion de l’homme et la nature, entremêle figures et fond : un cerne coloré souligne les contours des silhouettes enlacées du couple qui noie ses facettes à dominantes rouges dans celles, vertes et bleues, du paysage.

bazaine

Jean BAZAINE (1904-2001), Couple dans les bois, 1947 Huile sur toile, Fondation Gandur pour l’Art, Genève © ADAGP 2011 © Fondation Gandur pour l’Art, Genève / Photographie Sandra Pointet

 

Pratique :
Horaire  du mardi au dimanche : de 10h à 18h.  Fermé le lundi et les 25 décembre et 1er janvier. 
Tarifs:  Plein tarif : 8€ - Tarif réduit : 6€ - Pass’Agglo : 7€ billet famille : 15€

Les commentaires sont fermés.