Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/05/2012

Caravage, "L’art pour rédemption" de Neville Rowley

caravageFormidable actualité culturelle autour de Caravage ou plus exactement de ses suiveurs cet été : le musée Fabre de Montpellier et le musée des Augustions à Toulouse consacrent deux expositions concomitantes au sujet respectivement des suiveurs de Caravage du Sud et des suiveurs du Nord du 22 juin au 14 octobre 2012.

Mais qui était réellement Caravage, artiste à la réputation des plus sulfureuse ? Noceur, dépravé, meutrier, que n’a-t-on, dit ou écrit sur cet artiste mort avant même ses quarante ans. Il est temps de revenir sur le parcours de Caravage et de regarder son oeuvre attentivement.

 "Caravage, l’art pour rédemption" est présenté dans un format pratique, avec un texte court, accessible, mais de qualité, largement illustré. De conception très actuelle, rythmé par un découpage dynamique en 4 chapitres, il propose : de courts tableaux décrivant le contexte historique, artistique, social de l’époque ;  Des analyses d’oeuvres ;  Des repères biographiques ;  Des pistes pour approfondir.

Edition A Propos, 15 x 21 cm, 64 pages, prix : 12,50 € 30, illustrations parution : 1er juin 2012 

Joël Leick : performance à la Bambouseraie d'Anduze ce week end

joel leickCe weekend, la Bambouseraie vous invite à venir découvrir ou redécouvrir le parc lors des fameux "Rendez-vous aux jardins" les 1er, 2 et 3 juin.
Samedi 2 juin, l'artiste peintre Joël Leick proposera aux visiteurs une performance in situ avec la réalisation d'un livre de papier fin coréen de 10m de long, peint à partir déléments trouvés sur les lieux.
Pour clôturer ce weekend sur une note musicale, deux concerts des Pousses du Bamboo Orchestra seront proposés dimanche 3 juin à 14h30 et 16h.

Pietro Paolini (Photographe), un regard sur la Bolivie à Montpellier (Espace Transit)


"Bolivianas", c'est le titre de l'exposition photographique de Pietro Paolini présentée à l'espace Transit à Montpelier jusqu'au 29 juin.  Vernissage le vendredi 1er juin à 18h3
0. 

En décembre 2005, Juan Evo Morales Ayma remporte les élections et devient le premier président amérindien de l'histoire des Amériques, tout comme le premier président élu en Bolivie avec plus de 50% des voix.
Située au cœur de l'Amérique du sud, la Bolivie est un mélange de plateaux, d'étendue de sel, de forêt tropicales, de steppes et de doux reliefs ; 36 ethnies indigènes se mêlent à la population de pays riche en traditions ancestrales et d'énergie contemporaine.
Les images de Pietro Paolini offrent une traversée du territoire bolivien durant une prise de conscience populaire aux conséquences encore incertaines, où tout retour en arrière semble heureusement improbable. Basé à Florence, le photographe Pietro Paolini commence à s'intéresser à la question sud-américaine et plus particulièrement aux nouveaux pays socialistes, le Venezuela, la Bolivie et l'Équateur, à partir de 2004. Il fonde en 2006 avec 4 autres photographes, le collectif italien TerraProject.
En 2012, il remporte le deuxième prix du WorldPressPhoto dans la catégorie Vie Quotidienne avec son travail en Bolivie.

- Interview de Pietro Paolini :
http://www.terraproject.net/en/journal/2012/05/01/pietro-s-inteviewed-at-world-press-photo-awards-days
 - Voir les sites 
www.terraproject.net // www.picturetank.com

Pratique :
- Ouverture les lundis, mercredis et vendredis de 14h à 19h.
- Espace Transit, 3 rue Ranchin, Montpellier
- Tel. 04 67 60 85 81 

Capture d’écran 2012-05-30 à 17.55.43.png

 

Dominque Fraiklin photographie "L'invisible" à Nîmes (Galerie du Lac Gelé)

  

dominique fraikin,nîmes

La galerie Le lac gelé à Nîmes Présente "Libres voilées", une exposition photos de Dominique Fraikin. A voir du   1er  au 30 juin. Vernissage le vendredi 1er juin à partir de 18h30.
 Dominique Fraikin est né à Liège où il vit et travaille. Depuis toujours la photographie est son moyen d’expression. Dans cette série, sa démarche d’artiste est de chercher « à photographier l’invisible ». Libres voilées est le premier volet d’un travail sur la femme dans la société.

Pratique : 
- . Le Lac Gelé 3, Grand rue, Nîmes
- Tel. 04 66 36 76 49
- Ouvert du mercredi au samedi de 15h à 19h
- Entrée libre

dominique fraikin,nîmes

 

Bruno Mercet, une performance à Montpellier ce vendredi ( Galerie Living room)

bruno mercetBruno Mercet, s'expose dans une "Performance" vendredi 1er juin à 19h.
"Comme point de départ à cet évènement à caractère performatif, j'ai choisi de re-définir, dit-il,  l'espace au plus près, de m'y coller, d'y adhérer sensuellement, histoire tout bonnement d'en faire le tour. Une seule lettre, prise au vol, dans le vide, a suffi pour faire basculer le living room en living vroom. Et vlan, voilà l'onomatopée, qu'elle est belle ! Le ton est donné, maintenant faut qu'ça roule… !"

Pratique :
-  Living room, espace de création contemporaine, 5 rue Fouques, Montpellier
- Tel.  04.34.40.62.00 / 06.62.52.61.59
- Les temps de visibilité évoluent en fonction de la nature des projets accueillis. En dehors des dates annoncées, le lieu est ouvert sur rendez-vous.
- Accès : Bus 6 et 7arrêt Berthelot ;  Tram2, arrêt Rondelet

30/05/2012

Mohamed Lekleti, un dessinateur montpelliérain, remporte le prix Chic Dessin

Mohamed Lekleti représenté par La Galerie Mathieu située à Lyon a remporté le Prix du jury Chic Dessin : une information publiée sur le site MyContemporary
Né à Taza au Maroc en 1965, Mohamed Lekleti commence ses études d'arts plastiques à Rabat puis les poursuit à Montpellier où il réside et travaille encore. La mythologie traverse son oeuvre tel un filigranne. Par le dessin il exprime un talent habile à modeler des corps dans le vide. "Il n'y a pas, peut-on lire sur le site à propos de son oeuvre, d'environnement défini outre le fond du papier auquel il ajoute parfois quelques touches d'aquarelles pour renforcer le dynamisme des corps qui s'entremêlent. Le mélange entre l'homme et la machine évoque des mythes comme celui de Dédale." 

Mohamed Lekleti

 

Toulouse : anatomie d'un chef d'oeuvre du XIVe siècle au musée Dupuy

 

les cordeleirs toulouseA Toulouse, le musée Paul-Dupuy, propose une exposition autour du "parement d’autel des Cordeliers". Anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle A voir jusqu'au  au 18 juin.

Brodé d'or et de soie, le parement d'autel du musée Paul-Dupuy est un véritable chefd'oeuvre de l'art textile du XIVe siècle. Sur une longueur totale de 2,67 m, il développe en 26 scènes, l’histoire du Christ dans laquelle viennent s'intercaler des figures de saints, parmi lesquels une place privilégiée est accordée à saint François, le fondateur de l’ordre des Cordeliers. L'exposition, placée sous le commissariat de Maria Alessandra Bilotta et Marie-Pierre Chaumet-Sarkissian, permet de tirer les fils de son histoire en abordant ses différents aspects historiques et artistiques. Présentée avec des oeuvres de la même époque - broderies, enluminures, sculptures -, cette peinture à l’aiguille offre l'occasion de pénétrer dans l'univers fascinant du Moyen Âge.

Philippe Ibars : du blog au mur de Carré d'art à Nîmes en passant par les Jardins de la Fontaine

Philippe Ibars, Nîmes


Depuis plusieurs années maintenant Philippe Ibars postait ses photos sur le blog de Midi Libre. "J’ai eu  envie de partager mes images autrement" dit-il.  Voilà c’est fait. Et de belle manière : le Carré d’Art de Nîmes a ouvert ses portes à ses images des Jardins de la Fontaine. Des images exposées  sur le Mur Foster" tant convoité par les artistes, dans le cadre des « Rendez-vous aux Jardins ». A voir jusqu'au 17 juin. 

 
Ces jardins  Philippe Ibars ne se contente pas de les photograhier. Il en parle et joliment :"Trésor, cœur et poumon de Nîmes, les Jardins de la Fontaine sont le premier jardin véritablement public d’Europe. Ils sont aussi de Nîmes le berceau historique, avec la source sacrée de Nemausos, dieu gaulois des bois, des fontaines et des sources sylvestres, et les marques visibles ou enfouies de sa romanité. Les Jardins de la Fontaine, comme leur nom l’indique, sont pluriels. 
Depuis la base du mont Cavalier jusqu’à l’accent circonflexe de la Tour Magne, ils déploient majestueusement toute une multitude d’espaces différents. Grands bassins tout en bas où même une fois l’an des jouteurs viennent croiser les lances, promenades et pelouses, temple de Diane, Nymphée, source, grotte, terrasses à l’ombre ou au soleil, belvédère, clairière des cèdres, mazet nîmois, bassin Montgolfier, jeux pour enfants, etc. 
Il faut dire aussi que le public est très varié et qu’on vient aux Jardins pour toutes sortes de raisons : prendre l’air, le soleil, le frais, dormir, courir, bouger, bavarder, se taire, se distraire, se connaître, s’aimer, se marier, promener les bébés, les enfants, les parents, les toutous, jouer de la musique, aux boules, aux cartes, lire, écrire, peindre ou photographier.À chacun ses Jardins de la Fontaine ! Quel Nîmois n’a pas dans son musée imaginaire au moins une vue des Jardins ? Montrer alors une image de plus de la Tour Magne, du temple de Diane, des deux exèdres de la Source, du Nymphée, de sa statue et des putti joufflus peut sembler superflu. Essayons autre chose : la partie pour le tout. à chacun ses Jardins, oui, et les quelques images ici montrées n’ont surtout pas la prétention d’en tracer un fidèle portrait. 
Rien de l’atmosphère des Jardins, de l’ambiance, du mouvement qui les anime, de la vie qui les innerve. Elles cherchent autre chose, ces images, peut-être une part, une petite part de l’âme des Jardins. Nées dans les Jardins, nées des Jardins, de leur lumière et de leurs ombres, mémoire d’instants fugitifs et de regards toujours nouveaux sur ces Jardins toujours changeants, elles se donnent à d’autres regards et les invitent avec tendresse, simplement, à la redécouverte de ce lieu d’exception"  

Philippe Ibars, Nîmes

 

Philippe Ibars, Nîmes


Philippe Ibars, Nîmes


Jean-Pierre Gilly entre ancien et nouveau monde à Nîmes (Galerie Corps et âme)

jean pierre gilly



La galerie Corps et âme à Nîmes présente les oeuvres minimalistes de Jean-Pierre Gilly. Vernissage ce vendredi 1er juin à 19h.


La peinture de Jean-Pierre Gilly exprime d'une part, les structures de toutes natures qui orientent ou déterminent nos comportements, à travers notamment des surfaces closes, souvent d'allure géométrique, et d'autre part, l'action et la liberté humaines qui tendent à subvertir - voire à transformer - ces structures par le biais de matières colorées qui en brouillent et en transgressent parfois les frontières.
Ce sont d'un côté, la traduction plastique de ces frontières [strictes ou floues, fermées ou ouvertes] et d'un autre côté, le rythme même des structures colorées [obscures ou claires, vibrantes ou froides] qui caractérisent principalement sa recherche. Le principe qui sous-tend cette dernière est celui de la dualité, de la tension voire de la contradiction.
Il vise à introduire de la dynamique dans ses œuvres et se traduit plastiquement par les rapports multiformes de proximité/éloignement entre bandes verticales et/ou par des mouvements de matière à l'intérieur même de celles-ci. Depuis 2009, l'expression picturale de ce principe passe par des surfaces - le plus souvent rectangulaires mais intégrant des éléments incurvés - qui viennent contrarier l'ordonnancement des structures verticales.
" Au fond, ce que ma peinture cherche peut-être à montrer ce sont les relations entre deux mondes [l'ancien et le nouveau , le conscient et l'inconscient,...] qui peuvent soit interagir sous la forme de l'ouverture ou, au contraire, du délitement de l'un par l'autre, soit rester juxtaposés, fermés l'un à l'autre. L'essentiel, bien sûr, est que cette conception s'accompagne d'une expression plastique, d'un travail de la matière qui donne à mes oeuvres une vie propre entrant en résonance avec le spectateur et son rapport au monde." explique cet artiste toulousain.

jean pierre gilly

 

 

Michel Poirisse et ses peintures sur le "temps s'arrête" à Montpellier (Arpac)

 

 

michel poirisse


Michel Poirisse présente " Que le temps s'arrête". Exposition de Peintures à voir , à Castelnau-le-Lez jusqu'au 23 juin. Vernissage le vendredi 1er juin à partir de 19 heures. Ouvert de de 15h à 19h. Fermé le lundi. Association Régionale pour la Promotion de l'Art Contemporain Allée Marie Banégas - 511, route de la Pompignane, Castelnau le Lez. (Tel. 04 67 79 41 11)

Pour Michel Poirisse ses peintures sont comme un parcours, un cheminement, changeant souvent de route, où le regard se noie dans les détails déraisonnables, laissant affleurer un sentiment d’intimité avec le tableau, avec l’acte même de peindre. S’interrogeant sur notre confusion, notre perception de la représentation, sur notre relation à la peinture. Pas de filiation à un mouvement artistique, pas de volonté d’adhérer à une mode, mais une mise en scène picturale de nos questionnements individuels. Une aventure intuitive dont l’issue demeure au fond plutôt secondaire. 


michel Poirisse