Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/06/2012

Mika Rottenberg à Montpellier : une exposition événement pour les 30 ans du Frac

 

mika rottenberg, frac, montpellier

mika rottenberg, frac, montpellier

Exposition-événement du Frac Languedoc-Roussillon à Montpellier ! Pour fêter ses 30 ans d'activités en faveur de la création et des artistes, le Frac a invité l'étonnante Mika Rottenberg pour une exposition unique dans une institution française. 

Née en Argentine en 1976, Mika Rottenberg a grandi en Israël. Elle est installée à New York depuis 1991. Exposée à PS1, à la Tate Modern, au Guggenheim, en France à la Maison Rouge et à la Galerie Laurent Godin, Mika Rottenberg s’est rapidement imposée sur la scène artistique internationale avec une œuvre filmique qui interroge les notions de travail et celles inhérentes de valeur et de propriété. Pour son exposition au Frac, l’artiste présente des installations vidéos réalisées entre 2004 et 2008 - Mary’s Cherries (2004), Tropical Breeze (2004), Fried Sweat (2008) -, Sneeze (2012), une vidéo en cours de réalisation, ainsi qu’un ensemble de photographies - Color Study/Doughface (2010). L’installation vidéo Mary’s Cherries, entrée dans la collection du Frac en 2011, sera montrée dans un nouveau dispositif de présentation.
Le titre de l’exposition de l’artiste Mika Rottenberg est, comme souvent avec cette artiste, celui d’une des pièces exposées au Frac Languedoc-Roussillon. Mary’s Cherries, tournée en 2004, est aussi une œuvre acquise récemment par le Frac qui diffuse pour la première fois ce film dans une installation spécifique créée par l’artiste. 
Car si ses œuvres sont principalement constituées d’images filmiques, Mika Rottenberg les présente systématiquement dans des dispositifs spatiaux, sinon complexes, en tout cas matériellement affirmés ; elle se définit d’ailleurs elle-même autant comme sculpteur que comme productrice d’images. C’est-à-dire au fond, comme un sculpteur dont l’un des matériaux est l’image elle-même. On doit en effet aborder le travail de Rottenberg comme se situant à l’intersection d’une double problématique ayant le corps individuel (et notamment le corps féminin) pour centre : il s’agit d’une part de ses représentations dans l’histoire moderne et contemporaine, et d’autre part de sa fonction « productrice » et de son économie dans le monde globalisé de la marchandise.

Dans la plupart de ses films, l’artiste travaille avec des modèles aux caractéristiques physiques hors normes et qui, pour certaines d’entre elles, en font usage professionnel et en tirent leur moyen de subsistance ; ainsi, dans l’installation vidéo Tropical Breeze, 2004, Heather Foster, bodybuildeuse dans sa vie personnelle, joue un rôle de chauffeur de camion qui, en conduisant, produit la sueur nécessaire à la fabrication de mouchoirs en papier parfumés par le jus de citron qu’elle boit et exsude en permanence.
Dans Mary’s Cherries, Rock Rose joue une productrice de cerises en boîtes réalisées à base d’immenses ongles rouges : sa forte corpulence, qui renvoie imaginairement à celle d’une personne qui, par son métier, absorberait effectivement trop de sucreries, lui sert dans la vie à des activités de wrestling, c’est-à-dire de « domination » physique, tarifées.  
Le travail de Mika Rottenberg met en doute la « scène » de l’art, son autonomie, sa distance sécurisante : qu’il se promène au milieu des centaines de cartons de Tropical Breeze ou qu’il affronte des murs en stucco qui paraissent lui tirer des milliers de langues pâteuses (Mary’s Cherries), narguant sa posture contemplative ou faisant mine de vouloir le réintégrer dans quelque monstrueuse Entreprise de production universelle des [choses et des] corps, le spectateur est bien le véritable enjeu des œuvres de Mika Rottenberg, son souci constant.

 Pratique :
- Exposition à voir jusqu'au au 29 septembre
- Vernissage le 6 juin.
- Renseignements : Fonds régional d'art contemporain Languedoc-Roussillon, 4 rue Rambaud 34000 Montpellier
- Tel : 04 99 74 20 35 
 

mika rottenberg, frac, montpellier

mika rottenberg, frac, montpellier

Les commentaires sont fermés.