Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


31/08/2012

Caravage et le caravagisme européen au musée Fabre à Montpellier : exposition événement avec 75 oeuvres des plus grands maîtres


caravage


Membres de l’organisme de coopération franco-américaine FRAME (French Regional American Museum Exchange), le musée Fabre de Montpellier Agglomération et le musée des Augustins de Toulouse s’associent pour proposer une exposition-événement consacrée au caravagisme européen, en collaboration avec le Los Angeles County Museum of Art et le Wadsworth Atheneum Museum of Art de Hartford. UNe exposiiton événement à voir jusqu'au 14 octobre.

 

A la fois proches géographiquement et complémentaires par leurs collections, les deux grandes villes du Languedoc avaient toute légitimité à accueillir cette exposition. Alors que le musée des Augustins de Toulouse possède de merveilleux exemples du caravagisme nordique, le musée Fabre de Montpellier Agglomération conserve de très belles oeuvres de ses représentants italiens, espagnols et français du XVIIème siècle.
Ces orientations ont déterminé une répartition naturelle constituant les deux volets d’une même exposition. Rassemblant près de 140 chefs-d’oeuvre des plus grands peintres du XVIIème siècle grâce à la coopération de prestigieuses institutions internationales, l’exposition Corps et Ombres, Caravage et le caravagisme européen témoigne de l’influence révolutionnaire du maître italien sur un demisiècle de peinture.
 Au musée Fabre de Montpellier Agglomération, le caravagisme du sud est mis à l’honneur dans un parcours rassemblant près de 75 oeuvres des plus grands maîtres. La salle introductive exceptionnelle expose les chefs-d’oeuvre du Caravage dont plusieurs rarement vus en France. Si les oeuvres de Baglione, Saraceni, Orazio ou Artemisia Gentileschi témoignent de l’immédiate influence du maître, une section est plus particulièrement consacrée à la peinture à Rome entre 1610 et 1630, ville depuis laquelle Manfredi et les peintres français (Vouet, Valentin, Vignon) contribuent à populariser les procédés chers au Caravage. La section suivante est spécialement dédiée à des peintres non retenus comme spécifiquement caravagesques mais ayant été tentés, à un moment de leur carrière, par le caravagisme (Reni, Spada, Guercino, Strozzi ou Cairo).
L’empreinte du style caravagesque à Naples, puis en Espagne, est illustrée par des représentants de premier ordre : Caracciolo, Velásquez, Zurbarán et Ribera. Enfin, l’exposition s’achève magistralement avec l’un des plus illustres « peintres de la réalité » dont l’oeuvre évoque naturellement celle de Caravage : le français Georges de La Tour.
À Toulouse, le caravagisme du Nord Au musée des Augustins, le rassemblement des chefs-d’oeuvre des principaux maîtres du caravagisme nordique est un événement puisque le mouvement n’a jamais été étudié en tant que tel en France.
Enfin, l’exposition évoque l’incontournable figure de Rembrandt et ses mystérieuses atmosphères caravagesques. Un événement franco-américain Cet événement a vu le jour au sein du réseau FRAME, fédération de vingt-six musées de France et d'Amérique du Nord qui favorise la coopération culturelle dans un contexte d'échanges bilatéraux et encourage les partenariats entre ses membres. Le public américain pourra découvrir une synthèse de l’exposition au Los Angeles County Museum of Art (LACMA) du 11 novembre 2012 au 10 février 2013, puis au Wadsworth Atheneum Museum of Art de Hartford, du 8 mars au 16 juin 2013, musées membres de FRAME et partenaires de l'exposition.

caravage

 

Les commentaires sont fermés.