Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/07/2012

Vingt peintres et quatre sculpteurs pour fêter les 30 ans de l'Arpac


arpac

arpac


arpac


Vingt peintres et  quatre sculpteurs participent à l'exposition du trentenaire de l'Arpac à Castelnau-le-Lez. Vernissage vendredi 3 août à 19. A voir jusqu'au 25 août.

Une nuit du mois de mars 1982, suite aux encouragements de quelques amis, Henri-Michel Morat rédigeait l'Acte de Fondation de l'Association Régionale pour la Promotion de l'Art Contemporain ( ARPAC). Aujourd'hui et depuis trente ans l'association n'a pas changé de cap! Elle a contribué comme prévu à la promotion de nombreux artistes régionaux et accueilli aussi bon nombre d'artistes venus des quatre coins du monde: au total près de deux cents artistes !
Aussi, pour fêter cet anniversaire, 24 artistes ont été sélectionnés pour une nouvelle exposition "... Nous avons premièrement choisi les artistes co-fondateurs qui nous ont aidés depuis le début, les "piliers" en quelque sorte, et puis quelques uns de nos amis les plus proches. Enfin nous avons accordé aussi une place aux derniers arrivants, signes du travail en marche... Peintres ou sculpteurs "Contemporains", cela signifie qu’ils vivent et travaillent actuellement mais aussi que leur art se démarque des écritures de leurs prédécesseurs, de l’ordre ou du désordre établis. A la recherche d’un langage actuel et nouveau, ils tentent un énoncé surprenant. Enrichis d’une culture qui, de toute façon, les traverse, ils essayent de faire vaciller les habitudes, les leurs d’abord, mais aussi celles du regard interpellé. Ce n’est pas chose facile... L’inconfort de cette position est le prix à payer pour que vive leur art. "Question de vie ou de mort", pourrait-on dire", explique Henri-Michel Morat.
Ces vingt quatre artistes, vingt peintres et quatre sculpteurs, ont été choisis pour l’intelligence, l’originalité, la singularité, la construction cohérente et le caractère surtout résolument novateur de leur travail, conformément aux directions que s'est fixées voici 30 ans !

La liste des artistes:  Sho Asakkawa, Bénédicte Azan, Jean Louis Beuadonnet, Vincent Bernard, EJean-Yves Bert, Sylvain Brino, Elise Cabanes, Alain Claus, Claude Chavent,  Henri Darasse,  Françoise Deverre, Cathy Doutreligne, Bernard Fabvre, Brigitte Horion, Valérie Julien, Elisabeth Krotoff, Serge Lunal,  Henri-Michel Morat, Patricia Noblet,  Jean Jacques Pigeon, Helga Stuber-Nicolas, Christelle Teissedre, Serge Uberti, Patrice Vermeille

arpac

arpac

arpac

29/07/2012

Le photographe Jean-Yves Moirin présente "Obscur clarté" à la galerie Annie Gabrielli

"Obscure clarté" une exposition photographique de Jean-Yves Moirin. A voir à la galerie Annie Gabrielli à Montpellier  (33 avenue François Delmas) jusqu'au 6 octobre

« L’image photographique n’est pas le reflet d’une réalité prise au piège de "l’instant décisif" cher à Cartier Bresson, au contraire elle en devient la clef. L’intérêt est sa capacité à constituer un monde et d’aller au-delà du visible, voir les choses comme un monde transcendant le réel pour y discerner ce qui le taraude telles ces tensions contradictoires et permanentes entre perception et imaginaire. En photographie, le réel ne peut être perçu dans sa stricte littéralité mais toujours chargé d’interprétation. Elle dépasse le cadre de l’objectivité pour nous plonger dans un monde de la subjectivité. Tout apparaît en constante métamorphose. Les images photographiques exigent beaucoup de celui qui regarde. Qu’avons nous à faire de la lumière qui éclaire l’espace des évidences ? (...) Par le truchement de ces photographies, l’ombre monte, étouffe la clarté et installe une inquiétante étrangeté. La lumière devient un phénomène insolite qui rend l’énergie aux corps et amortit la présence réelle des choses.Pour que la lumière agisse sur l’intimité des êtres et des choses, quoi de plus radical que l’ombre ? » ainsi parle Jean-Yves Moirin de ses derniers travaux débordant de poésie et de sensibilité.

jean yves moirin,galerie annie gabrielli


 

28/07/2012

Exposition photographique de Fabienne Forel : "Mémoires vives en haute mer" à l'île d'Yeu

fabienne forel,île dyeu

fabienne forel,île dyeu

"Mémoire vive en haute mer" une série de photographies de Fabienne Forel (Bien connue en Langiedoc où elle expose réguilièrement) à l'île d'Yeu (Quai du Canada, Port de joinville) A voir di 30 août au 30 septembre. Vernissage jeudi 30 août à 18h.
Fabienne Forel a bénéficié d'une résidence d'artiste au printemps 2012 sur l'île d'Yeu. Ce projet artistique, commandé et soutenu par la mairie de l'île, propose une série de portraits photographiques qui sera présentée sur le Quai du Canada à Port Joinville.
De sa rencontre avec les anciens, Fabienne Forel a recueilli quelques phrases significatives de leur lien intime avec leur territoire et son histoire. Parce qu’ils sont les témoins des profonds bouleversements qu’a connus notre île depuis une cinquantaine d’années, parce qu’ils nous parlent du paradis perdu de leur jeunesse, de leurs joies mais aussi de leurs peines, parce qu’ils ont tous pour horizon la mer et la pêche encore toute florissante, la mairie de l’Ile d’Yeu a souhaité rendre hommage à ses anciens à travers une série de portraits photographiques subtilement réalisée par Fabienne Forel.
Qu’ils aient été marins ou femmes au foyer, qu’ils continuent à naviguer ou qu’ils restent à terre, nos anciens ont une eu vie bien remplie : leur mémoire vive en témoigne. Merci à tous ceux qui ont accepté de jouer le jeu.

fabienne forel,île dyeu

fabienne forel,île dyeu

27/07/2012

Exposition "Peinture-surface" au L.A.C.

nina childress


Le L.A.C (Lieu d'art contemporain) accueille une sélection d'oeuvres issue du Fonds Régional d'Art Contemporain Languedoc-Roussillon. Sur une proposition conjointe de Piet Moget et d'Emmanuel Latreille, les œuvres de huit  artistes occuperont la salle principale du rez-de-chaussée : Luc Andrié, Denis Castellas,  Nina Childress, Filip Francis,  André Raffray, Samuel Richardot, Sigurdur Arni, SigurdsSon,  Antoni Tàpiès.
Cette exposition orchestrée par Piet Moget, artiste peintre depuis près de 70 ans, s'oriente naturellement vers la peinture, support traditionnel de l'art sans cesse renouvelé. « L'exposition Peinture-Surface présentée au L.A.C ne vise pas à parodier le fameux nom programmatique du groupe Supports-Surfaces, mais à poser le plus clairement qui soit l'un des enjeux suggérés par les peintures rassemblées à cette occasion par Piet Moget. Ont été en effet réunies des œuvres qui interrogent la surface de la toile, et la façon dont la peinture posée sur elle (en motifs abstraits ou figuratifs), tend à la « désigner comme telle, à indiquer au regard la réalité du plan qu'elle est. Toutefois, il ne s'agit pas non plus d'affirmer une adéquation entre le plan bidimensionnel du tableau et la peinture, en suivant la vision théorique d'un modernisme connu.
Il est même plutôt question de montrer que la surface de la toile (ou du papier, ou encore d'un panneau en bois) est toujours animée d'une certaine « profondeur » : une profondeur paradoxale dans la mesure où elle joue avec le plan lui-même, qu'elle affirme et dément en même temps. La surface du tableau est en quelque sorte, « entre le marteau (de la trace) et l'enclume (de l'illusion d'une profondeur) », explique Emmanuel Latreille, directeur du Frac LR 
Avec l'exposition « Peinture - Surface », le LAC réaffirme aujourd'hui son engagement en faveur de la diffusion de l'art contemporain sur notre territoire en renouvelant son partenariat avec le Frac LR. Et aussi… par ce que 30 ans, ça se fête !
Pratique:
- 1 rue de la berre,  Hameau du lac, Sigean (Aude)
- Tel. 04 68 48 83 62 

andrei luc chemisier

 

26/07/2012

Catherine Duchêne, et sa vision des Saintes et des Martyrs à Nîmes (Eglise Saint-Paul)

catherine duchêne"Iconographie profane" c'est le titre de l'exposition que présente Carherine Duchêne jusqu'au 30 septembre à l'église Saint-Paul  (Bd Victor-Hugo à à Nîmes. Vernissage ce soir jeudi 26 juillet à 18h30.

"Au culte du ressemblant qui fige les traits, Catherine Duchêne oppose le mouvement du pinceau qui fait frémir les chairs. La beauté ne réside plus dans la perfection des corps mais dans le bouillonnement des énergies qui les enfle et les déforme. Maltraitant les ébauches trop harmonieuses, refusant la couleur qui fait joli, exagérant les corpulences, accumulant les rehauts...  Elle nous rappelle que l’expressionnisme est toujours protestation", indique Jean-Claude Buffle à propos de cette artiste.

catherine  duchene

Eric Bavoillot et ses empreintes chamanes au château de Cassan

Eric Bavoillot expose au Château de Cassan jusqu'au 15 aout. Son exposition " Empreinte chamane " composée de 25 oeuvres,dont la majorité abordent sa vision du chamanisme toltèque ainsi que quelques uns des grands principes qui sous tendent cette voie de connaissance.
Ces oeuvres qui recouvrent une période allant de 2004 a 2012 démontre comment à partir de la représentation d'un état d'être qui était l'enfermement, il a pu évoluer au travers d'un acte de création et d'une recherche de soi. 
De la rigueur et de l’énergie condensée des premières œuvres à la sensualité dynamique des dernières compositions l’exposition : « Empreinte Chamane »  retrace neuf années d’un cheminement ésotérique et invite à un voyage fantasque et baroque, où s’entremêle symbolisme christique et univers chamaniques.

Pratique: 
-Château abbaye de Cassan, route de Gabian, Roujan (Hérault) 

eric bavoillot


 

25/07/2012

Théo Van Rysselberghe ou "l'instant sublimé" au musée de Lodève

théo van rysselberghe,lodève

Le Musée de Lodève présente une exposition en, hommage à Théo Van Rysselberghe (1862-1926) peintre néo-impressionniste. A voir jusqu'au 21 octobre.

Centré autour d'un choix de plus de quatre-vingt oeuvres des années 1882-1917, l'exposition porte un regard sur la manière dont Théo Van Rysselberghe sublime les sujets, ç l'image d'un instantané presque photogrpahique.
Le parcours de l'expo est rythmé par les grandes étapes stylistiques mises en oeuvre par le peintre : du réalisme à l'impressiionnisme de 1886, de l'adoption de la touche divisionniste en 1888 jusqu'à son apogée dans la findes années 1890.
Puis le choix d'un style plus personnel à partir de 1903. Retour vers le classisisme vers les années de guerre qui marque également sa rupture avec Paul Signac avec le quel il était très proche.
Dans ses paysages dont les hommes sont le plus souvent absents, dans ses portraits mettant en scène des êtres habités et rêveurs, Van Rysselberghe utilise une subtile « alchimie de couleurs » qui contribue à transcender l'instant présent et à lui donner un caractère construit, presque irréel.
 

Pratique:
Square Georges Auric, Lodève
- Ouvert tous les jours sauf le lundi, de 10 h à 18h, nocturne jusqu'à 22h les mardi en juillet et août.- E
ntrée 7 €, tarif réduit 5,50 € (étudiants, groupes et perles vertes)
- Renseignements: Tél: 04 67 88 86 10
-  www.lodevoisetlarzac.fr

 

théo van rysselberghe,lodève

théo van rysselberghe,lodève

théo van rysselberghe,lodève

 

 

24/07/2012

"Des architectures", une exposition collective à la galerie Gourvennec Ogor à Marseille

La Galerie Gourvennec Ogor  présente : "Des Architectures", une exposition collective qui réunit les oeuvres de Stéphane Couturier, Dieter Detzner, Diohandi, Martine Feipel & Jean Bechameil, Julien Friedler, FRP2 (Filippo Piantanida et Roberto Prosdocimo), Norbert Hillaire, Christian Michel, Régis Perray, Ilana Salama Ortar, Timothée Talard et Adrien Vescovi . A voir jusqu'au 4 août à la galerie Gourvennec Ogor à Marseille .

stephane couturierStéphane Couturier. - Né en 1957 à Paris. Vit et travaille à Paris, France. Le travail de vidéaste de Stéphane Couturier constitue un prolongement de sa réflexion sur la représentation du monde urbain. Avec cette nouvelle voie, la ville n’est plus qu’une matière en fusion. Il s’agit d’un évènement visuel qui échappe au langage photographique, orientant le regard vers un espace plus contemplatif. L’exploration des gisements de couleurs desquels émergeront les prémices de la représentation et le télescopage d’images et de sons voudrait nous entrainer vers une “exploration amibienne” de la ville.
Dans la vidéo présentée dans « Des architectures », la variation dans l’uniformisation représente le thème central. La répétition de façades quasiment identiques sous forme d’un défilement ininterrompu fini par rendre abstrait le sujet et hypnotiser le spectateur pris d’un vertige face à ce trop plein de réalité qui devient quasi fictionnel. Stéphane Couturier est représenté par la Galerie Polaris à Paris, Laurence Miller Gallery à New York (USA), Van Kranendonk Gallery à Den Haag (NL) et Christophe Guye Galerie à Zurich (CH).

dieter detznerDieter Detzner . - Né en 1970, en Allemagne. Vit et travaille à Berlin. Cet artiste développe une pratique au sein de laquelle il mêle habilement objets minutieusement manufacturés et gestes graphiques à l’apparente spontanéité. Il en résulte des œuvres dont la forme rappelle à la fois le Minimalisme, les Technological Reliquaries de Paul Thek, les expérimentations cinématographiques de Len Lye… Bref une constellation foisonnante avec laquelle Dieter Detzner aime à jouer et à laquelle il se confronte à travers sa pratique artistique. Pour « Des Architectures », Dieter Detzner a spécialement réalisé deux nouvelles œuvres. Il travaille actuellement sur des projets en Allemagne, Italie ou encore au Qatar. Il a notamment été présenté à Art Basel ou à la Fiac et figure entre autres collections prestigieuse dans la très célèbre collection de Christian Boros en Allemagne. Les Éditions Mouse lui consacreront un catalogue monographique en 2013.

FR2P.- Nés en 1979, à Milan, Italie. Vivent et travaillent à Milan, Italie. Issue du projet « Normal Generic Landscapes » qui est naît du besoin d’évaluer d’une façon critique toute personnelle la photographie, l’œuvre présentée dans l’exposition « Des Architectures » révèle le rapport entre Espace et Individu, élément central de la recherche artistique des FRP2. Celui qui observe cet « Espace Urbain », à travers son champ visuel, en établit les limites extrêmes, le Début et la Fin. Ce qui est compris dans cette portion tout arbitraire, équivaut au concept courant de « réalité ». Bien que la technologie permette de la modifier, en ajoutant et en enlevant des éléments, le regard essaie toujours de déchiffrer l’énigme. L’œuvre des FRP2 vise à s’exprimer dans cette dimension subtile. Après avoir exploré la dynamique des conséquences issues de la « congélation » du temps, dans les séries Atto, les deux artistes décident désormais de se dédier à l’étude de l’Espace, y trouvant d’une certaine manière beaucoup plus d’ambiguïté. Les FRP2 feront l’objet d’ici la fin de l’année 2012 de très nombreuses expositions en France, en Italie, en Espagne et en Chine

 Martine Feipel et jean Bechameil . - Née en 1975, au Luxembourg. Né en 1964, à Paris, France. Vivent et travaillent à Esch-sur-Alzette, Luxembourg. La plus grande partie de leur travail est constitué par des installations qui essayent d’être des expériences autour desquelles le visiteur peut se laisser aller à un cheminement ouvert sur l’espace et le temps. La géographie des lieux, l’historique ou l’anecdote leur servent souvent de point de départ pour leur démarche. Mais ils ne s’interdisent pas les anachronismes et les références à d’autres univers que celui dans lequel se situe l’exposition L’abandon, le vide, et les traces, sont aussi des éléments que les deux artistes apprécient d’utiliser et qui peuvent constituer une narration à travers laquelle une forme d’histoire et de récit est possible. Dans ce jeu ou le visiteur est à la fois un intrus et un intime, Feipel et Bechameil essaient de fabriquer une géographie qui désoriente et déconstruit. En introduisant dans l’installation des objets qui aurait pu appartenir au lieu et en les déconstruisant, ils deviennent les fragments et la ponctuation d’un parcours. La distance et le vide qui sont souvent les lieux tel qu’ils nous sont livré pour faire une installation sont une chance de plus pour créer cet univers qu’ils veulent à la fois lisible et mystérieux, moderne et intemporel . Martine Feipel et jean Bechameil représentaient le pavillon Luxembourgeois lors de la biennale de Venise 2011.

 

diohandiDiohandi . -Née en 1945 à Athènes. Vit et travaille en Grèce. Diohandi créée des œuvres in situ, ce qui signifie pour elle qu’une œuvre d’art est faite spécifiquement pour un site hôte, ou qu’elle doit prendre en compte le site dans lequel elle est installée ou exposée. À la Biennale de Venise où elle occupait le pavillon Grecque, elle a opéré une totale transformation du bâtiment tant intérieure qu’extérieure. L’ensemble architectural était couvert de panneaux en bois brut et le visiteur était invité à y entrer par un couloir en équerre, entouré d’eau - comme si un canal était parti à l’intérieur, «inondant» le pavillon – obligeant le spectateur, d’une certaine manière à se heurter dans l’angle droit vers une lumière, volontairement accentuée, presqu’absolue. Pour « Des Architectures », l’artiste propose une série de cinq photographies reprenant le concept et presque aussi, la chronologie, de l’installation monumentale qu’elle a réalisé pour la biennale de Venise.

martine feipel, jean bechameilMartine Feipel et Jean Bechameil . - Née en 1975, au Luxembourg. Né en 1964, à Paris, France. Vivent et travaillent à Esch-sur-Alzette, Luxembourg. La plus grande partie de leur travail est constitué par des installations qui essayent d’être des expériences autour desquelles le visiteur peut se laisser aller à un cheminement ouvert sur l’espace et le temps. La géographie des lieux, l’historique ou l’anecdote leur servent souvent de point de départ pour leur démarche. Mais ils ne s’interdisent pas les anachronismes et les références à d’autres univers que celui dans lequel se situe l’exposition L’abandon, le vide, et les traces, sont aussi des éléments que les deux artistes apprécient d’utiliser et qui peuvent constituer une narration à travers laquelle une forme d’histoire et de récit est possible. Dans ce jeu ou le visiteur est à la fois un intrus et un intime, Feipel et Bechameil essaient de fabriquer une géographie qui désoriente et déconstruit. En introduisant dans l’installation des objets qui aurait pu appartenir au lieu et en les déconstruisant, ils deviennent les fragments et la ponctuation d’un parcours. La distance et le vide qui sont souvent les lieux tel qu’ils nous sont livré pour faire une installation sont une chance de plus pour créer cet univers qu’ils veulent à la fois lisible et mystérieux, moderne et intemporel . Martine Feipel et jean Bechameil représentaient le pavillon Luxembourgeois lors de la biennale de Venise 2011.

julien friedlerJulien Friedler . - Né en 1950 à Bruxelles, Belgique.
Vit et travaille à Bruxelles, Belgique et Monaco, France.
Personnage atypique né en 1950, Julien Friedler a commencé par une carrière de psychanalyste et écrivain. Il se situe également dans la lignée du mouvement Fluxus initié dans les années 1960, effectuant un travail de « sape » des catégories de l’art, rejeta les institutions et la notion d’œuvres d’art. La démarche de Friedler s’entend à élargir le champ de l’art, le bousculer, sans pour autant renier ce dernier.
Les œuvres présentées dans l’exposition font référence à « La Parole des Anges », véritable alphabet linguistique inventé par l’artiste et qui, de par son graphisme même, inspiré de symboles primitifs, s’associent magnifiquement à de possibles
compositions architecturales contemporaine. Julien Friedler fera l’objet d’une exposition personnelle à la Galerie Gourvennec Ogor en septembre prochain. La scénographie de l’exposition sera confiée à  Erno Vroonen, commissaire international  d’expositions, vivant entre Munich (Allemagne)
et Bruxelles (Belgique).

fr2pFR2P.-Nés en 1979, à Milan, Italie. Vivent et travaillent à Milan, Italie. Issue du projet « Normal Generic Landscapes » qui est naît du besoin d’évaluer d’une façon critique toute personnelle la photographie, l’œuvre présentée dans l’exposition « Des Architectures » révèle le rapport entre Espace et Individu, élément central de la recherche artistique des FRP2. Celui qui observe cet « Espace Urbain », à travers son champ visuel, en établit les limites extrêmes, le Début et la Fin. Ce qui est compris dans cette portion tout arbitraire, équivaut au concept courant de « réalité ». Bien que la technologie permette de la modifier, en ajoutant et en enlevant des éléments, le regard essaie toujours de déchiffrer l’énigme. L’œuvre des FRP2 vise à s’exprimer dans cette dimension subtile. Après avoir exploré la dynamique des conséquences issues de la « congélation » du temps, dans les séries Atto, les deux artistes décident désormais de se dédier à l’étude de l’Espace, y trouvant d’une certaine manière beaucoup plus d’ambiguïté. Les FRP2 feront l’objet d’ici la fin de l’année 2012 de très nombreuses expositions en France, en Italie, en Espagne et en Chine.

norbert hilaireNorbert Hilaire . -Né en 1949 à Nîmes, France Vit et travaille à Nice, France Artiste et théoricien de l’art et des technologies, Norbert Hillaire est Professeur des Universités. Il enseigne dans le département des Sciences de l’Information et de la Communication de l’Université de Nice – Sophia Antipolis. Norbert Hillaire est théoricien de l’art, professeur des universités, co-directeur du laboratoire I3M. Il est également directeur du département des sciences de la communication et directeur du master II professionnel « ingénierie de la création multimédia et direction artistique de projets » à l’Université de Nice Sophia-Antipolis. Norbert Hillaire a été, dans les années 1980 / 90, l’un des initiateurs en France de la réflexion critique et prospective sur les problèmes posés par l’essor des technologies et des réseaux numériques dans l’art et la culture. En tant que critique d’art, théoricien spé- cialisé et responsable de missions dans les domaines nouvelles technologies, l’art et l’environnement, il a dirigé plusieurs numéros spéciaux de la revue Art Press sur ces thèmes ainsi que plusieurs missions d’étude (DAP, Centre Pompidou, Datar, etc.). Toutes les photographies qui composent l’ensemble présenté dans l’exposition sont des «Photomobiles». Elles ont été prises avec un téléphone portable et retracent d’une manière à la fois esthétique et narrative comme les additions de fragments entrées dans la vision de l’artiste.
Cchristian michelhristian Michel . -Né en 1968 à Aix-en-Provence, France. Vit et travaille à Aix-en-Provence, France. Christian Michel se revendique comme photographe d’architecture. Depuis très longtemps maintenant, Christian Michel signe de nombreuses collaborations avec de grands architectes contemporains : Rudy Ricciotti, Jean Nouvel, JeanPaul Viguier, Santiago Calatrava, l’agence japonaise Sanaa, Herzog et De Meuron et Tectoniques. Parallèlement, il développe un travail d’auteur, portant sur l’architecture et l’espace, avec un point de départ des fragments d’espaces architecturaux ou paysagers, qu’il assemble en des mosaïques de photographies à lectures multiples. La conjonction de matières, de courbes, de parois, d’éléments structurants, de fa- çades...de poignées est le vecteur de son expression des formes. Les partitions d’espaces lui servent de prétexte à s’autoriser une restitution des sens hors du commun, dans des assemblages semblables à ce que seraient les faces d’un rubix cube harmonieux.

regis perrayRégis Perray. -Né en 1970 à Nantes, France. Vit et travaille à Nantes, France. Régis Perray procède par résidence, coups de cœur et invitations. Il part à la découverte de lieux divers, géographiquement et culturellement, dont il s’imprègne pour en révéler une facette, positive comme négative. Ainsi en 1999, il décide par ses propres moyens de se rendre en Egypte et plus spécifiquement sur le site de Gizeh, où il va séjourner trois semaines. Son objectif : balayer chaque face des pyramides pour stopper le désensablement. Entre rêve, utopie et illusion, la réalité le ramène les pieds sur terre. Conscient de l’histoire du site de Gizeh qui est, s’il faut le rappeler, un cimetière grandiose pour les pharaons, l’artiste a souhaité apporter une contribution modeste à un espace où sous le sable, les pierres et les emballages plastiques, gisaient des corps ancestraux. L’œuvre présentée dans l’exposition « des Architectures », intitulée Vacances en Egypte. Saqqara. 1999, témoigne ainsi de manière quasi ironique de cette action avortée.

iliana salama ortarIliana salama Ortar. - Née en 1949, à Alexandrie, Égypte. Vit et travaille à Tel-Aviv (Israël), Berlin (Allemagne) et Marseille (France). Depuis 1995, Ilana Salama Ortar développe des installations d’art civique, interventions artistiques et interdisciplinaires dans l’espace public, dans des situations d’urgence sociale et de contraintes politiques. L’art civique implique une réflexion sur les notions d’espace public, d’opinion publique et leurs rapports à la « table rase ». Par le biais entre autre de palimpsestes, Ilana Salama Ortar redessine des images, des architectures d’une mémoire, ou mémoire d’architectures, qu’elle fait ressurgir dans les esprits, dans les imaginaires. Elle prépare actuellement avec l’ESADMM (École des Beaux-Arts de Marseille) un projet artistique intitulé Sukkot (« la célébration des tentes ») dans le cadre de son projet « Laisser Passer » à l’occasion de Marseille Provence 2013, Capitale Européenne de la Culture. Ilana Salama Ortar est notamment présente dans les collections du Guggenheim Museum de New York, de Metropolitan Museum of Art, du Fonds National d’Art Contemporain, ou encore du Stedelijk Museum.


timothée talardTimothée Talard . - Né en 1983 à Marseille, France. Vit et travaille à Marseille, France. Profondément marqué par la culture urbaine et les différents modes de vie contemporains, Timothée Talard ne cesse de questionner et représenter ce qu’il convient de qualifier de marginalité. Ainsi, parmi les thèmes récurrents de son travail se trouve la drogue, la violence, les conduites à risque… Ses œuvres dessinent un carnet de voyage, un descente dans la sub-culture, une immersion dans la noirceur humaine. Les dessins présentés dans l’exposition « Des Architectures » se concentrent sur ces « non-lieux » architecturaux qui entrent dans la composition hétéroclites de la ville. C’est un travail né de l’errance dans les friches et bâtiments désaffectés, sur les zones que l’on côtoie mais qui nous demeurent invisibles. Après des études aux Beaux-Arts de Paris, Timothée Talard a notamment exposé à la Galerie du Jour Agnès B, a travaillé comme résident au Cent Quatre et au Centre Culturel Français de Hanoï. Il a réalisé de nombreux projet de design avec La Poste, Badoit, Agnès B.

adrienn vescoviAdrien Vescovi . - Né en 1981, en France. Vit et travaille à Paris, France. L’installation d’Adrien Vescovi produite pour l’exposition « Des architectures », est le fruit de la manipulation d’éléments de chantier (madriers et parpaings). L’assemblage éphémère produit une forme entre vestige et potentielle aire de jeux, thème récurrent chez l’artiste. Vescovi projette la probable présence d’ouvriers ou d’enfants dans l’espace d’exposition de la galerie et crée ainsi un parcours à la fois radical dans sa conception artistique et plastique et à la fois ludique dans son sens initial. Des traces de pas sont apparentes sur la structure même de l’œuvre. Elles ne sont pas des accidents ou un manque d’entretien… Il s’agit de « preuves » de l’action, de la performance réalisée par l’artiste dans son atelier, alors qu’il élaborait son œuvre. Ses traces sont aussi comme le témoignage de la volonté de l’artiste de créer une certaine interactivité entre son œuvre et le public, une invitation à le rejoindre dans son dédale, à mettre leurs pas dans ses pas.

jean baptiste alcarazJean-Baptiste Alcaraz. -  Né en 1987 à Marseille, France. Vit et travaille à Marseille, France et Murcie, Espagne L’Architecture Plurivers La notion d’espace et notamment de l’architecture qui peut ou ne peut pas l’habiter est un des questionnements qui préoccupe Jean-Baptiste Alcaraz. Sujet contemporain, il est cependant pré- sent depuis longtemps dans le champ de l’art. Le travail de ce jeune artiste s’attache à essayer d’aborder l’espace comme étant non pas une unité, un tout, mais plutôt comme les fractions d’un tout, comme une multiplicité de choses. L’image première qui peut nous venir à l’esprit pour illustrer cette pensée est le rhizome, qui par la même occasion renvoie au concept de Deleuze et Guattari. Dans sa série des Plurivers (nom venant d’un ouvrage de Jean-Clet Martin, signifiant qu’il n’existe non pas un seul mais plusieurs mondes), Alcaraz tend à donner une architecture divisée, fractionnée. Chaque espace devient unique, ils n’ont pas pour but de s’accumuler pour former un tout mais plutôt de s’entrecroiser, donnant une forme non définie pouvant ainsi être retravaillée à l’infini. Ces espaces peuvent être perçus comme des allégories du mode de vie contemporain qui incite à tout diviser, qui conditionne notre environnement pour en faire un quotidien rempli de toutes choses à usage unique. La série des Plurivers apparaît comme une architecture hybride, soulignant de fait cette nouvelle société compartimentée. Issue de cette série des Plurivers, la pièce présentée dans l’exposition « Des Architectures » montre une combinaison possible de plusieurs architectures réellement existantes : l’une contemporaine aux accents futuristes évidents et l’autre plus traditionnelle, inspirée du fantasme identitaire de l’artiste, d’origine espagnole mais qui n’y a pourtant jamais vécu. Les Plurivers, synthèse de l’hybridation de ces deux architectures, soulèvent des thématiques sur la cohabitation / confrontation entre questionnements architecturaux et problématiques immobilières

23/07/2012

Le photographe Bert Stern met à nu Marylin Monroe à Banyuls-sur-Mer (Musée Maillol)

 

marylin monroe

marylin monroe




 

2012, l'année Marylin ! Pour célébrer cette actrice d'exception Olivier Lorquin a sélectionné avec Bert Stern un ensemble de photos de Maylin Monroë réalisées par ce dernier. "Marylin photographiée par Bert Stern" :  une exposition à voir au musée Maillol à Banyuls-sur-Mer du 13 juin au 28 octobre. Vernissage le 12 juin à 10heures

 En 1962, Bert Stern est un photographe reconnu pour la qualité de ses portraits : c’est un chasseur d’icônes qui croque les stars les unes après les autres. Dans l’avion qui le ramène de Rome où il vient de photographier Liz Taylor sur le tournage de Cléopâtre, il caresse un rêve, celui de photographier Marilyn Monroe.
Dès son retour à New York, il propose à Vogue un reportage photos sur Marilyn Monroe. La rédaction du magazine accepte cette idée avec enthousiasme. Les événements s’enchaînent rapidement, Marilyn accepte de poser pour lui. Bert Stern peut réaliser son rêve.
Plutôt que de la photographier en studio, il préfère s’installer dans une suite de l’hôtel Bel-Air à Los Angeles. L’éclairage est minimal, il attend Marilyn avec inquiétude. Viendra ? Viendra pas ? Marilyn est connue pour ses sautes d’humeur et ses caprices ; elle est devenue très fantasque. Elle vient seule, elle n’a que cinq heures de retard. La séance peut alors commencer.
Marilyn accepte de poser nue, le corps sans maquillage. Un rapport puissant, presque amoureux, s’installe entre le modèle et son photographe. Il la photographie douze heures sans s’arrêter. Les photos sont remarquables mais trop dénudées pour Vogue qui propose à Bert Stern de la rephotographier, mais cette fois maquillée et plus habillée avec une cohorte d’assistants. Marilyn accepte de poser une nouvelle fois pour lui.A la fin du sitting, Marilyn et Bert s’isolent dans une chambre. Une complicité surnaturelle s’établit alors entre le photographe et son modèle. En s’abandonnant à l’objectif de Bert Stern, Marilyn s’inscrit dans l’histoire de l’art, elle devient la Vénus du XXe siècle.

 Pratique:
- Musée Maillol, vallée de la Roume, à Banyuls sur Mer (Pyrénées-Orientales)
- Tel.  
 04 68 88 57 11
- Marylin Monroe : images de l'exposition Bert Stern


 

marylin monroe

 

marylin monroe


22/07/2012

Daniel Grobet et ses "Sculptures mobiles" à Barjac à partir du 4 août

Exposition "Daniel Grobet - Sculptures mobiles", simultanément au Château de Barjac  ( 5 au 22 août) et à la galerie La Quincaillerie (5 au 30 août). Au château des pièces de plus grandes dimensions, à la galerie des oeuvres plus intimistes et des documents écrits ou dessinés.
Pendant le vernissage qui commencera au Château (Samedi 4 août, 18h30) et se terminera à la galerie (19h30), Pascal Salé , musicien multi-talents et multi-instrumentiste, improvisera sur le thème "Equilibres sonores".

danaiel grobet, barjac