Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/11/2012

Première exposition personnelle de Rob de Oud à Marseille

rob de oude

Du 16 novembre au 5 janvier, la galerie Gourvennec Ogor, 7 rue Duverger à Marseille, présente "Tilt", la première exposition personnelle en France de l’artiste Rob de Oude. Vernissage jeudi 15 novembre de 18h à 21h.
Rob de Oude peint des lignes droites
, des dizaines et des dizaines de lignes droites qui achèvent de donner dans leur multitude une impression de lignes courbes. Cet artiste d’origine hollandaise, vivant à Brooklyn, parvient à cet effet grâce à un processus de travail précis et rigoureux. À force de patience et détermination, il superpose les uns après les autres des niveaux de matrices rayées jusqu'à ce que celles-ci commencent à se déformer.
Cette « ruse » optique s’apparente aux fondements du mouvement Op Art (Optical Art) dans sa prédisposition aux tendances maximalistes qui visent à confondre la vision par une surcharge graphique. Ces réseaux superposés sans fin ont bien sûr des résonances moins abstraites pour notre époque, habituée à une stimulation optique incessante, la connectivité instantanée, et un plaisir visuel disponible à la demande. Qu’elles évoquent les toiles d’araignées ou les câbles à fibres optiques d’un réseau de télécommunications, les compositions picturales de Rob de Oude ont un pouvoir séducteur duquel il est difficile de se soustraire. 
Ces œuvres inclinées, recouvertes de traits et de teints contrastant, offrent de nouveaux horizons avec leurs alignements d’autant plus séduisants et déséquilibrés. Contrairement à ces peintures aux bleus fluo, verts radioactifs ou jaunes néons, l’artiste a volontairement réduit sa palette de couleurs pour produire sa première série de tableaux blancs, noirs et gris.
Ces œuvres s’attardent longuement sur le tissage des fils peints et leurs maintes combinaisons géométriques, évoquant les jeux de perspective de Bridget Riley ou de Victor Vasarely. Les quatre séries présentées à la galerie Gourvennec Ogor ont néanmoins en commun cet attribut caractéristique chez de Oude : sa capacité de confondre l’œil pour que celui-ci voit se tordre et finalement se courber des lignes originellement droites.
Ainsi, ses réseaux de fils peints deviennent des filets dans lesquels l’artiste nous piège. Par ces jeux d’optique, le regard du spectateur finit ainsi par se laisser aller dans une posture volontairement non contrôlée. Chacun peut succomber au désir contemplatif et l’œuvre de Rob de Oude, sa technique même, entraine le flâneur dans la divagation d’un labyrinthe infini, lui offrant s’il veut les saisir des visions inattendues.

rob de oude

Les commentaires sont fermés.