Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/10/2012

"Super" rétrospective Edward Hooper au Grand Palais à Paris

edward hopper, grand palais, paris

 

Grande rétrospective du peintre de l'Amérique, Edward Hopper, le peintre  au Grand Palais à Paris. Une exposition événement à ne pas rater. A voir jusqu'au 28 janvier.

 Edward Hopper, peintre et graveur américain, exerça essentiellement son art à New York, où il avait son atelier. Il est considéré comme l’un des représentants du naturalisme ou de la scène américaine, parce qu’il peignait la vie quotidienne des classes moyennes.
Au début de sa carrière, il représenta des scènes parisiennes avant de se consacrer aux paysages américains et de devenir un témoin attentif des mutations sociales aux États-Unis.
Le Grand Palais lui consacre une grande rétrospective à travers 128 tableaux.
Romantique, réaliste, symboliste, et même formaliste, Hopper a été enrôlé tour à tour sous toutes les bannières. C’est cette complexité, signe de la richesse de cette oeuvre que s’efforce d’éclairer cette exposition.
Conçue chronologiquement, l'exposition se compose de deux grandes parties : la première, consacrée aux années de formation, rapproche les œuvres de Hopper de celles de ses contemporains et de celles, découvertes à Paris, qui ont pu l’inspirer.
La seconde partie à l’art de la maturité, des premières peintures emblématiques de son style personnel à ses œuvres ultimes.

 .

edward hopper, grand palais, paris

edward hopper, grand palais, paris

edward hopper, grand palais, paris

"Sortie du Vortex" ou la maestria de Michel Gouéry à Perpignan

michel gouery, perpignan

michel gouery, perpignan

 


A Centre d’Art Contemporain de Perpignan Àcentmètresducentredumonde, le Centre d’art Contemporain de Perpignan, présente "Sortie de Vortex" de Michel Gouéry du 12 octobre au 19 décembre.
Peintre et sculpteur virtuose, Michel Gouéry pratique la céramique avec maestria, employant un registre pour le moins étonnant.
Ces céramiques sont comme des êtres irrationnels, elles sont libérées de la prison du langage. Définitivement bizarre, les œuvres de l'artiste cultive l'anticonformisme, l'incongru et le pervers, sans rien négliger d'une parfaite qualité de la matière. « Lorsque je fais une pièce hérissée de fourchettes, dit-il, je vois bien que cela ressemble à une pièce vaudou, mais je ne vais pas jusqu’à faire couler du sang dessus ».

Pratique :
- Horaires d'ouverture : tous les jours de 14h à 18h (dimanches et jours fériés inclus)
- Tarifs : 3 € / 1,5 € (étudiants, enseignants et demandeurs d’emploi) 
- Tel : 33 (0)4 68 34 14 35 Courriel

michel gouery, perpignan

michel gouery, perpignan

Cécile Perra et ses "demoiselles" à la galerie "Toiles de Mer"

 

cecile perra

 

"Cécile Perra tient le bon bout" dixit Sabine JeanGeorges qui présente cette jeune artiste dans sa galerie "Toiles de mer " à Peyriac de Mer. A voir  à partir du 12 octobre.
Les "demoiselles" de Cécile Perra seront les premières invitées de l'exposition "Terres mêlées" qui va s'enrichir de nouvelles oeuvres.  Les oeuvres de Cécile Perra sont aussi accrochées aux cimaises de  l'Affordable Art Fair d'Amsterdam à la fin du mois.

 

cecile perra,galerie toiles de mer

cecile perra,galerie toiles de mer

 

 

 

 

 

Benjamin Monti, "Rencontres imprévues" à la galerie Iconoscope

Benjamin Monti présente "Perspecta", une exposition à voir du  du 12 octobre au 22 décembre à la galerie Iconoscope à Montpellier.
 Benjamin Monti, collecte des images imprimées, y prélève en les copiant à l’encre noire, les éléments constitutifs d’une nouvelle encyclopédie où l’humour, l’irrévérence et l’étrange ont le dernier mot.
Dans la série Perspecta, il dessine sur des grilles de perspectives jaunies, qui deviennent le théâtre dans lequel tous les protagonistes « collectés » vont faire des rencontres imprévues.
Cette hybridation réactive des images oubliées tout en dynamitant leur sens.

 

Pratique:
- 1 rue du général Maureilhan & 25 rue du faubourg du Courreau, Montpellier
- Tel. 04 67 63 03 84
-Ouvert : mardi, jeudi, vendredi, samedi de 15h à 18h30

benjamin monti

11/10/2012

Annouck Dupont et Laurent Durrey à la galerie Next (Toulouse) en novembre

laurent durrey, annouck dupont, galerie next, toulouse

La galerie NEXT (Toulouse) expose Laurent Durrey, un des  talent de l’art contemporain et les sculptures maallicieuses d'Anouck Dupont, du 6 novembre au 6 décembre. Vernissage de l’exposition le samedi 10 novembre 2012 dès 14h en présence des artistes.

Artiste baroudeur, Laurent Durrey trouve son inspiration au grès de ses voyages à travers le monde. Monde qu’il parcourt de long en large afin de trouver les affiches qui sauront être la matière première de ses futures toiles. Il déchire, lacère et colle ces morceaux de papier du bout du monde pour les réunir au sein d’une même et seule oeuvre. Son inspiration et sa créativité n’ont pas de limite comme en témoignent les nombreux thèmes traités par l’artiste bordelais. Il aime se définir comme un nouveau réaliste, mettant en scène des personnages au regard profond. Il se dégage alors de ses toiles, une sensation de puissance et de force mêlée à une sensibilité fragile, au travers desquelles il nous fait part de sa vision du monde et de la vie.
Annouck Dupont de son côté, explore un univers enfantin et malicieux. C’est avec ses sculptures qu’elle nous fait redécouvrir les héros de notre enfance. Des bébés déguisés en Batman, des chats longilignes en costume et des oursons en tenu de camouflage, la sculptrice sait donner vie à ses personnages pour nous faire retomber en enfance. Elle retranscrit ainsi la spontanéité des enfants, un moyen pour elle de briser les codes et de décaler son style. Pour atteindre son but elle utilise différentes techniques : le bronze poli, la résine, des encres brillantes. Comme face à un miroir, contempler ses oeuvres c’est faire face à l’enfant que l’on était.
Pratique:
- Galerie NEXT 15 rue Croix Baragnon,Toulouse
- Ouverture du Mardi au samedi de 10h à 19h

laurent durrey, annouck dupont, galerie next, toulouse

"Les mondes parallèles" d'Eija-Liisa Ahtila au Carré d'art à Nîmes

eija liisa ahtila, carre d'art, nîmes

Exposition d'Eija-Liisa Ahtila du 12 octobre au 6 janvier à Carré d'art à Nîmes. Vernissage ce soir jeudi 11 octobre à 19h. Cette exposition, intitulée "Les mondes parallèles", présente six grandes installations vidéos de l’artiste, dont deux nouvelles.

Eija-Liisa Ahtila fait partie des artistes contemporains scandinaves les plus reconnus. Depuis les années 1990, elle est une des pionnières en matière d’installations cinématiques. Les oeuvres d’Eija-Liisa Ahtila sont une réflexion sur les frontières et les limites, questionnent et explorent les conventions du langage cinématographique tout en défiant ses perspectives habituelles. Sa position dans le monde du cinéma s’est clarifiée aux yeux du grand public après qu’elle a fait partie du jury long-métrages au Festival de Cinéma de Venise en 2011.
Le travail de Eija-Liisa Ahtila est centré sur la représentation d’états paranormaux. Ses œuvres sont, comme dans la tragédie antique, des drames humains où s’expriment les fortes émotions ressenties par ses personnages.
Ceux-ci glissent entre passé et présent. Ahtila établit un contraste entre le fort réalisme de l’image filmique et l’incarnation des états de conscience de ses personnages, faisant l’hypothèse d’un réel où se superposent de multiples niveaux.
Présentées comme des installations multi écrans, ses œuvres transmettent une attention particulière à la couleur qui n’est pas sans rappeler la peinture. Sa dernière œuvre évoque l’Annonciation et s’inspire de l’iconographie de la Renaissance qu’elle transpose à la période contemporaine et fait interpréter par des comédiennes amateurs. Née en 1959 en Finlande, Eija-Liisa Ahtila est représentée par la galerie Marian Goodman, New York et Paris.

Pratique :
-
Ouvert du mardi au dimanche inclus de 10h à 18h
-  Carré d’Art–Musée d’art contemporain, place de la Maison Carrée, Nîmes
- Tél : 04 66 76 35 70
- Tarifs Individuels : tarif plein : 5 € Groupes; Tarif réduit : 3,70 € (groupes à partir de 20)

eija liisa ahtila, carre d'art, nîmes

eija liisa ahtila, carre d'art, nîmes

eija liisa ahtila, carre d'art, nîmes

Des bijoux de sculptures, signés Claude Chavent à Castelnau-le-Lez

 

claude chavent, arpac, castelnau-le-lez

L'association pour la promotion de l'art contemporain (Arpac) présente les sculptures de Claude Chavent. Une exposition à voir jusqu'au 27 octobre de 15h à 19h (Fermé le lundi),  route de la Pompignane, Castelnau-le-Lez.

Parmi les pièces qui seront exposées à l'ARPAC, Claude Chavent développe la technique qu'il utilise déjà dans ses bijoux mais qui est très neuve pour sa sculpture : donner l'impression de volume à une pièce de métal entièrement plate et sans ajout de couleur.
En caressant la structure donnée à la feuille de métal découpée, la lumière est réfléchie en plusieurs directions et crée ainsi l'illusion de profondeur. Certaines de ces pièces sont suspendues et tournent sur elles-mêmes très lentement. Ce mouvement accroit le trouble visuel du spectateur.

claude chavent, arpac, castelnau-le-lez

claude chavent, arpac, castelnau-le-lez

 

10/10/2012

Céline Otero expose ses dessins style "théâtre asiatique" à Montpellier

Elle ne fait pas que des photos ! Céline Otero dessine aussi et plutôt bien ! Pour s'en convaincre, il suffit de se rendre au restaurant boutique "Divine et Sens"" (Tout à côté de lla préfecture) à Montpellier. Vernissage de l'exposition de dessin sur le Kabuki (Théâtre japonais) de Céline Otero ce mercredi 10 octobre de 18h à 20h.
Avec la participation d'un modèle vivant en tenue de "Geisha. Une performance de la talentueuse Lile Chantilly. C'est au restaurant boutique le Divine et Sens place de la préfecture à Montpellier
.
Céline Otero présente pour la première fois une série de dessins sur le thème du Kabuki-Za (théâtre asiatique) dessins à l'encre de chine. Des petits et grands formats représentent Samouraî, Kabuki, masques japonais théâtral.

celine otero

 

Les "Instants d'Aubrac" de Maurice Subervie et Guy Sounillac au Musée Languedocien

 

maurice subervie, guy sounillac, musée languedocien, Monptellier

maurice subervie, guy sounillac, musée languedocien, Monptellier

"Instants d'Aubrac" : exposition d'une centaine de photos et de peintures de Guy Sounillac et Maurice Subervie A voir au Musée languedocien à Montpellier jusqu'au 27 octobre.

Peintre du terroir Guy Sounillac "réinvente le pointillisme et capte les lumières et les rugosités du paysage aveyronnais et lozérien".  "Il peint l'essentiel et le simple: le matin, le soir, l'automne, l'hiver, l'été, ce qu'il y a devant lui et qui ne demande qu'à frissonner encore sur la toile", explique joliment ce critique d'art.
Le photographe Maurice Subervie aime ses hauts plateaux. Il suffit de regarder ses images pour s'en convaincre. "L'Aubrac, dit-il, ne se livre pas faclement...Mais quand un beau matin, vous êtes le rare témoin d'un spectacle extraordinaire, vous ne pouvez échapper au  sentiment très fort que c'est un signe de reconnaisssance que ce pays vient de vous adresser". 
Ce spectacle extraordinaire ces deux artistes l'ont saisi sur leurs toiles et dans leurs images. Et, à travers une centaine d'oeuvres, ils vous font partager leur passion pour l'Aubrac.

Pratique:
-
Musée Languedocien, 7 Rue Jacques Cœur, Montpellier
-Tel. 04 67 52 93 03

maurice subervie, guy sounillac, musée languedocien, Monptellier

maurice subervie,guy sounillac,musée languedocien,monptellier

 

09/10/2012

Le clin d'oeil à Poussin de Philippe Pradalié : galerie Yves Faurie à Sète

 

La galerie Yves Faurie présente jusqu'au 20 novembre une expo du peintre Philippe Pradalié : "Les saisons du Mas Rouge" : un clin d'oeil à Poussin. Expo ouverte du mardi au samedi de 10 à 19h.
Formé à l'école des Beaux-Arts de Montpellier (1957-1958) où il croise notamment Bioulès, Viallat et Dezeuze, Philippe Pradalié poursuit un travail figuratif. Il revient aux sources même de la modernité : Corot, Manet et surtout Bazille qu'il découvre avec admiration au musée Fabre, non sans un détour par l'art de l'américain Edward Hopper. Paysages méridionaux, friches industrielles du port de Sète, vues de Paris ou de Montpellier composent un univers tranquille et chaleureux, étrangement dépassionné.
Un an après, une rétrospective au Musée Fabre à Monptellier, Philippe Pradalié, dans cette exposition réactualise les héros mythologiques en leur donnant les traits des voisins du Mas Rouge, un domaine viticole près de Frontignan. L'artiste dans cette allégorie des saisons, fait revivre avec réalisme kitesurfers et vendangeurs sur fond de forêts de pins et des ciels immenses. A ne pas rater!

Pratique:
-
Expo ouverte du mardi au samedi de 10 à 19h.
- 6 quai Léopold Suquet, Sète
- Tel. 04 67 5194 10

 

philippe pradalié

"Le Perroquet Bleu" à Marseille expose Alain Daubigné

alain daubigne"Le Perroquet Bleu" à Marseille  expose Alain Daubigné jusqu'au au 26 octobre. 
Avec le même souci de faire connaître des créateurs et en préambule à de nombreuses expositions qui se tiendront en 2013 dans le cadre de Marseille, capitale européenne de la Culture, le Perroquet Bleu a choisi d’exposer Alain Daubigney.
Professeur des universités, archéologue pré et protohistorien, Alain Daubigney baigne aussi dans les couleurs et la peinture depuis son plus jeune âge. Exposé régulièrement dans les communes de sa région natale, la Franche Comté, il a rencontré le Perroquet bleu aux détours d’un de ses multiples voyages dans le pourtour méditerranéen.
Une rencontre naturelle si l’on en juge par le nombre de ses peintures s’inspirant de la Provence et la Méditerranée. Le Perroquet bleu a sélectionné une vingtaine de petits tableaux autour de la thématique de la mer, des tableaux pour la grande majorité aux couleurs du sud, des huiles où l’art naïf et l’impressionnisme se saluent pour former un style très personnel, reflet de l’itinéraire d’Alain Daubigney.

Laurent Galassi, Gérard Paul et Ottmar Hörl : "Carnets de voyage" à la galerie Plurielle à Sète

La galerie Plurielle à Sète orésente "Carnets de voyage". Une exposition avec le peintre Laurent Galassi, le photographe Gérard Paul et le sculpteur Ottmar Hörl; A voir  jusqu’au 12 Novembre.

Laurent Galassi (peintures) : comme Hopper, Laurent Galassi est le peintre du réel quotidien. Ses tranches de vie magnifiées par son utilisation de la lumière et de ses réflexions, qui fait que chaque détail devient signifiant, créent une impression d’intimité que le regard dénude.
Galassi, en effet, peint moins une histoire qu’un état d’esprit, qui, présenté dans une sorte de banalité, rend à la fois universelle et privée la scène que l’on observe. Instants figés dont la technique, savant cocktail d’éclairage et de cadrage rossellinien, doivent beaucoup au cinéma néoréaliste italien. Ses tableaux ignorent le spectateur, tout comme ses modèles dont les regards sont ailleurs. Et c’est bien par ce franchissement indiscret de la frontière privée que l’artiste habilement vous incite à être un peu voyeur… A moins que vous ne soyez vous-même le commanditaire de votre mise en scène!

laurent galassi

Gérard Paul (photographies) : alors qu’il est des peintres qui s’inspirent d’une réalité universelle pour en faire ressurgir l’intimité de l’instant, il est en retour des photographes qui, tel Gérard Paul, maîtrise la parenthèse de l’espace et du temps pour, en frôlant l’image et l’idée qu’on s’en fait, en révéler la réalité cachée.
Une ombre, un reflet, une onde nous donne alors à savourer une certaine conscience de l’éternité. Et tandis que « l’autre possible » joue avec le translucide du plexiglas, tandis que la fibre de la toile transforme ombres et lumières en compositions abstraites, l’image recryptée par Gérard Paul sans aucun montage, ni trucage, devient alors tableau de maître ou peinture abstraite, dont la palette irisée fait vibrer l’espace dépouillé autant que l’infini du détail.
Ici aussi l’artiste donne à chacun la liberté de s’approprier cette indéfinissable sensation de déjà vu, ainsi que celle d’en choisir support et format.

gerard paul

Ottmar Hörl (sculptures) : habituellement, Hörl va à la rencontre des gens là où ils sont, dans la rue, dans les zones de grande circulation, sur les places, là où son expérience lui a prouvé que les gens sont le plus accessibles ; car avec ses installations, Ottmar Hörl est avant tout un artiste de la communication. Ici donc, ses réalistes multiples, isolés de leur multitude, retrouvent leur caractère accessoire pour devenir trait d’union plastique, lien de cohésion poétique, ou synthétique moyen d’appréhension du message. Otarie, nain de jardin, rose géante,… La « chose », quelle qu’elle soit, ordinaire ou imaginaire, trouve alors toute sa place dans ce rêve mêlé de réalité, dans cette expo-sitcom de notre temps, échantillon de regards, bribes de vie.

ottmar horl

Pratique:
- Galerie Plurielle, grand’rue Mario Roustan, Sète
- Du lundi au dimanche De 10h à 12h30 et de 15h à 19h (Fermé mardi et jeudi, sauf jours d’escale de croisière)
- Ouverture sur rendez-vous au 04 67 43 37 71 ou 06 69 65 23 09

08/10/2012

"Au bonheur des fleurs" au pavillon Populaire : le règne végétal dans la photographie

 

pavillon populaire

Première d'une série de deux expositions consacrées à la nature et au règne végétal, "Au bonheur des fleurs" rassemble quatre-vingt-dix oeuvres de cinq photographes contemporains : Nobuyoshi Araki, Denis Brihat, Paul Den Hollander, Lee Friedlander, Gérard Traquandi. Un feu d'artifice de couleurs !

Nobuyoshi Araki Nobuyoshi Araki (Japon).-  Né à Tokyo, Nobuyoshi Araki est considéré comme un des artistes les plus prolifiques –et les plus provocateursde notre époque. Classé, abusivement, comme photographe érotique, voire pornographique, il a traité avec intelligence les thèmes de l’autobiographie (Sentimental Journey, 1971) et, depuis les années 1990, se passionne pour la photographie de fleurs, à la thématique sexuelle et morbide affirmée.
lee friedlanderLee Friedlander (USA).- Il est un des photographes américains les plus importants. Depuis ses débuts en photographie, dans les années 50, il a reconfiguré, outre les genres de l’autoportrait, ou du nu, la notion de document photographique, en compagnie de Diane Arbus et de Garry Winogrand. En 2005, le MOMA de New York lui a consacré une rétrospective majeure. Sa passion pour la photographie végétale lui vient de son premier séjour au Japon, en 1977.
 paul den hollanderPaul Den Hollander (Pays-Bas).- Après des études dans l’agriculture biologique, le hollandais Paul Den Hollander s’impose dans le domaine d’une photographie quasi contemplative, où les thèmes du temps, de l’architecture, et surtout du domaine végétal le signalent comme un des photographes européens les plus remarqués. Mélangeant noir et blanc et couleurs, il scrute son environnement naturel, celui de son jardin, souce inépuisable d’expérimentations visuelles sans cesse renouvelées.
denis brihatDenis Brihat (France).- Photographe dès 1943, il s’initie à tous les aspects d’un métier dont il maîtrise admirablement les techniques. Installé depuis 1958 dans le Vaucluse, à mille lieux de toute distraction urbaine ou mondaine, y dispensant un enseignement recherché, Brihat construit une œuvre exigeante, dans la tradition d’un véritable artisanat photographique. Fleurs, arbres, plantes ou légumes y sont autant de prétextes à des cycles créatifs qui marquent durablement la photographie française.
gerard traquandiGérard Traquandi (France).- Né à Marseille, il établit une œuvre de peintre et de dessinateur puissante et singulière, qui interroge la pratique et le métier de la peinture. Se définissant lui-même comme un « peintre classique », souvent marqué par l’abstraction, Traquandi mène en parallèle, depuis quelques années, une expérimentation photographique parfois spectaculaire, autour de la mmatière végétale, en mariant grand format à la prise de vue, et procédés de tirages anciens.

 

 

 

 

 

Pratique :
-Pavilllon populaire, Espace d’art photographique de Montpellier, Esplanade Charles-De-Gaulle, Montpellier - Tél. : 04 67 66 13 46
- Ouvert du mardi au dimanche
– Entrée libre

pavillon populaire montpellier

pavillon populaire, montpellier

"Etat des choses" et "Etat de grâce" pour les dix ans du collectif de photographes "Transit"

Alexa Brunet, Alexandra Frankewitz, Bastien Defives, David Richard, Nanda Gonzague, Yoanne Lamoulère, transit

Alexa Brunet, Alexandra Frankewitz, Bastien Defives, David Richard, Nanda Gonzague, Yoanne Lamoulère, transit

 


Pour fêter ses dix ans, "Transit" , le collectif de photographes présente à l'espace Bagoouet à Montpellier une exposition en deux parties "Etat des choses, état de grâce et la France en 2012". A voir jusqu'au 28 octobre.
Pour la partie rétrospective, les photographes sont allés puiser dans leurs archives pour donner à voir ou à revoir des photographies réalisées ces dix dernières années. "Etat des choses" est ainsi consacré au travail documentaire du collectif à travers des enjeux politiques, environnementaux sociaux. Ensuite, "Etats de grâce" montre une poésir qui échappe à l'actualité.
Pour la partie inédite, ils (1) ont souhaité abordé les sujets suivants : la transformation des quartiers nord de Marseille, les élections présidentielles, le gaz de schiste, les nouveaux nomades, les mineurs isolés en France et la fin du monde à Bugarach.

(1) Alexa Brunet, Alexandra Frankewitz, Bastien Defives, David Richard, Nanda Gonzague, Yoanne Lamoulère.

 

Alexa Brunet, Alexandra Frankewitz, Bastien Defives, David Richard, Nanda Gonzague, Yoanne Lamoulère, transit

Alexa Brunet, Alexandra Frankewitz, Bastien Defives, David Richard, Nanda Gonzague, Yoanne Lamoulère, transit

07/10/2012

Françoise Bonnafous-Meyer et Brigitte Chateau-Huget à l'Espace Liberté

jacqueline bonnafous meyerJacqueline Bonnafous Meyer et Brigitte Chateau-Huget présentent leurs oeuvres à l'Espace Liberté à Agde, 14, rue Louis à l'espace LIberBages.

espace libertePrésidente des Peintres de la Baie de Cavalaire, Brigitte Chateau-Huguet a découvert la peinture dans les Yvelines avec un peintre figuratif, Pierre Even, des Beaux-Arts de Paris qui emmenait ses élèves faire des paysages sur le motif, des natures mortes et des paysages en atelier. Ayant pris sa retraite à Cavalaire, elle a découvert avec émerveillement la lumière du Midi et ses paysages provençaux pleins de soleil ! Elle fréquente, au Rayol, l'Atelier de Jacques Gatti et organise deux fois par an, une exposition de peintres régionaux.

 

Photographies de nu et céramiques originales à la galerie des Escuries

marc molina

galerie des escuriesLa Galerie des Escuries à Montagnac expose du 5 octobre au 5 novembre Marc Molina (Photographies de nu) et Clau Welsch (Céramiste et raku).

"Ma motivation première est de faire partager ma façon de voir les choses avec en toile de fond, cette conscience, voire cette inquiétude du temps qui passe et dont il faut figer la moindre étincelle", explique Marc Molina dont les photos de nu sont toute en sensualité.
Clau Welsch, de Cestas (Bordeaux) montre des pièces Raku et Enfumées, très originales

galerie des escuries

 

 

 

 

 

 

 

Le Frac Languedoc-Roussillon présente "Un monde invérifiable" à Perpignan

Au Couvent des Minimes à Perpignan "un monde invérifiable" une exposition du Frac LR. Vernissage vendredi 9 octobre, 18h30. A voir jusqu'au 24 novembre

 L’exposition s’inscrit dans un espace reflétant, traduisant, prolongeant la thématique du caractère invérifiable du monde contemporain à partir d’œuvres artistiques de la collection du Frac Languedoc-Roussillon (Fonds régional d’art contemporain). Les artistes qui participent à l’exposition interrogent l’écart entre une réalité de moins en moins compréhensible et sa représentation trop facilement admise. Ils nous di

sent que le regard peut être abusé ; que des simulacres se sont substitués non seulement aux événements, mais à nos propres vies.
Avec les oeuvres du Frac de :
Mathieu K. Abonnenc, Tjeerd Alkema, Édouard Boyer, Maurizio Cattelan, Philippe Decrauzat, Simone Decker, Omer Fast, Pierre Huyghe, Rolf Julius, Jean-Pierre Khazem & Éric Duyckaerts, Ange Leccia, Hamid Maghraoui, Fiorenza Menini, Pipilotti Rist, Christian Robert-Tissot, Dario Robleto, Jean-Claude Ruggirello, Sarkis, Chen Shaoxiong, Taroop & Glabel, Grazia Toderi.

pipiloti irist

06/10/2012

Les peintures de Lucien Puyuelo : hommage à Sète et enchantement

 

lucien puyuelo, sète

La Galerie Dock Sud à Sète présente en permanence des grands formats du peintre sétois Lucien Puyuelo (1927/2003). A ne pas rater!

Lucien Puyuelo (1927-2003) est né à Sète où il résida toute sa vie. Peintre autodidacte, compagnon de Lassale, encouragé et guidé par Francois Desnoyer, puis membre de l'école de Sète avec les Couderc, Bessil, Sarthou. Son œuvre est une véritable ode à notre ville, au port, à la mer.
Découvrir son travail, c'est plonger dans cinquante ans de la ville de Sète. Il a peint les marins, les pécheurs, les femmes, les poissons, les coquillages, les bateaux, les quais, les ponts, les fêtes, la foule, les joutes, l'étang, les plages, les oiseaux.  Un espace dans la galerie lui est dédié en permanence. Allez le découvrir, c'est un véritable enchantement !

Pratique:
- Dock Sud 2 quai de l’Aspirant Herber, Sète
- Tél. : 04 67 74 007

lucien puyuelo, sète

Mylène Kolé et son univers poétique et à Montpellier (Galerie de l'Ecusson)

 

"Au-delà de l'évidence" : tel est le titre de l'expositon de Mylène Kolè. A voir à la galerie de l'Ecusson à Montpellier jusqu'au 3 novembre.
La sensibilité extrême de Kolé l’a poussé à chercher sa voie artistique très tôt. C’est grâce au travail qu’elle a entrepris avec Schlomo Lévy que la peinture s’est révélée à elle : « Je ne me suis jamais imaginée sans dialoguer avec la peinture. J’ai toujours senti la nécessité de puiser en moi cet état instinctif et impulsif pour m’exprimer».
La peinture de Mylène Kolé est un acte créateur, plein de joie, d'énergie, de rage et de générosité. Elle déborde de poésie.

Pratique :
- Galerie de l'Ecusson, rue de l'Ancien Courrier, Montpellier
- Ouverture du mardi au jeudi de 15h à 19h et du vendredi eu samedi de 11h à 19h.

mylène kolé,galerie ecusson,montpellier

mylène kolé,galerie ecusson,montpellier

mylène kolé,galerie ecusson,montpellier

Sacré palettes de talents pour la Première biennale de l'aquarelle à Narbonne

dolors bolanos, aud'aquarelle, narbonne

Dolors Bolanos (Espagne)

 

marc folly, aud'aquarelle, narbonne

Marc Folly (France)

xavier swolfs, aud'aquarelle, narbonne

Xavier Swolfs (Belgique)

La première Biennale Internationale de l'Aquarelle se déroule à Narbonne jusqu'au 28 octobre. Organisée par l'association Aud'Aquarelle en partenariat avec la ville de Narbonne et avec le soutien de nombreux partenaires, elle accueillera dès sa première édition des artistes de renommée internationale aux côtés d'artistes régionaux et locaux spécialistes de cette technique.
L'association Aud'Aquarelle a été créée en janvier 2010 pour mener à bien ce projet, afin de redonner ses lettres de noblesse à la "peinture à l'eau", de promouvoir cet art si difficile et de faire connaître l'aquarelle dans sa richesse et sa diversité.
Pour la première fois en Languedoc-Roussillon, en suscitant des rencontres d'artistes aquarellistes, Aud'Aquarelle souhaite proposer un événement artistique majeur : les peintres exposeront salle des Consuls au Palais des Archevêques, à la Chapelle des Pénitents bleus, salle de la Poudrière et à l'Office du Tourisme mais aussi à la Médiathèque du Grand Narbonne et dans l'ancienne Chapelle des Jacobins : la ville de Narbonne, en ouvrant ses plus beaux lieux patrimoniaux pour accueillir les artistes, offre ainsi un caractère prestigieux à cette manifestation de portée internationale.

Cette première édition accueille dans des lieux patrimoniaux des aquarellistes de grande renommée : Dolors Bolanos Cao, Bei An David Chauvin,  Evelyne Delfour, Marc Folly,  Janine Gallizia,  Teresa Jorda Vito, Ross Paterson, Viktoria Prischedko, Slawa Prischedko, Nicholas Simmons, Xavier Swolfs Wen MingI Xin. Invités par l'Association, ils présenteront leurs oeuvres au Palais des Archevêques dans la Salle des Consuls et à la Chapelle des Pénitents Bleus et un florilège à l'Office du Tourisme .

Pratique :
-  Autour des expositions : stages avec des artistes; Démonstrations gratuites ; Conférences : “L’aquarelle de la Renaissance à nos jours”, “Les aquarelles orientalistes” : "Ne restez pas cloîtrés !";
- Les aquarellistes de tous niveaux sont invités à peindre la ville, guidés par un aquarelliste.
Les 14, 20 et 21 octobre au Cloître de la Cathédrale de 10h à 16h.
- Entrée gratuite à toutes les expositions et manifestations.
- Le programme>>>>

 

cao bei ann aud'aquarelle, narbonne

Cao Bei An (Chie.Belgique)

wen ming, aud'aquarelle, narbonne
Wen Ming Xin (Chine-Belgique)

 

nicholas simmons, aud'aquarelle, narbonne

Nicholas Simmons (USA)



Teresa Jorda Vito (Espagne)

David Chauvin (France)

Jeanine Gallizia (Australie)


Evelyne Delfour (France)


Viktoria Prischedko (Allemagne)

Slawa  Prischedko (Allemagne)

Ross Patterson (Australie)

 

05/10/2012

Bocaj/ Rigaudin : "Drôle d'endroit" pour une belle rencontre

Bocaj, rigaudin, montpellierbocaj, rigaudin, montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la galerie "Drôle d'endroit" à Montpellier, Jean-Paul Bocaj et Jean-François Rigaudin présentent, "Peau d'âme", une série d'oeuvres signées à quatre mains. Le duo d'artistes plasticiens invire à un voyage mystique et sensuel. Jean-François Rigaudin sculpte des totems semblables à ceux que l'on trouve sur l'île de Pâques. Bocaj apporte à ses "statues" de pierre un brin de folie et de sensualité.
A ne pas rater : c'est au 19 rue Desalle-Possel à Montpellier jusqu'au 10 octobre.

Gros succès pour le vernissage de l'exposition du photographe Cahuate Milk à Montpellier

cahuate milk, montana design, montpellier

cahuate milk, montana design, montpellier

Beaucoup de monde jeudi soir àLa galerie Metropolitan Design où le photographe Cahuate Milk présentait  son exposition intitulée "ça dépend des libellules".

Cahuate Milk photographie le monde qui l’entoure. Avec poésie et insouciance, mélancolie et douce ironie ! Travaillant maintenant depuis six ans sur les idées de « nostalgie collective » et de « sentiment corporel » il présentera ici sa nouvelle exposition « ça dépend des libellules »
« Ça dépend des libellules » c’est à l’origine un blog, un terrain de jeux en guise de carnet de bord, un cabinet de curiosité jouant parfois au journal intime.
A voir jusqu'au 30 octobre, 30 rue Foch à Montpellier.

cahuate milk, montana design, montpellier

cahuate milk, montana design, montpellier

 

 

"Nu féminin" : une exposition de Monick Bres et Claude Cathray à Nîmes

 

monique bres,claude cathray,galerie corps et ames,nimes

monique bres,claude cathray,galerie corps et ames,nimes

"Nu Féminin" :  c'est le thème de l'exposition présentée à la galerie Corps et âmes (1 bis rue Emile Jamais, Nîmes. ). Peintures de Monick Bres et sculptures de Claude Cathray. A voir jusqu'au 21 octobre.

A l'Ecole des Beaux-Arts de Drag, Monick Bres s'essaye avec succès aux différentes techniques, aquarelle, huile ...Cette artiste aborde la nudité telle qu'elle doit être vue, c'est à dire désarmante de naturel et de simplicité, ni tabou ni obscène. Juste vivante.
Le corps et l'âme sont liés, on le ressent tellement dans ces œuvres ! Monick Bres consacre désormais toute sa passion et son énergie à dessiner les corps nus des modèles vivants qui lui font la grâce de poser pour elle et les passe à travers le prisme de son regard, de sa propre personnalité et de sa sensibilité, toujours empreint de simplicité, d'humilité.
Pour Claude CathRay c'est le mouvement qui l'inspire, la grâce du geste, l’aisance et le naturel. Elle recherche le modèle dont émane une belle sensualité, qu'elle tente de révéler, jusqu'à nous donner l'envie de caresser le bronze. C'est là que son travail est alors accompli… Deux femmes différentes, deux techniques différentes, mais beaucoup de points communs chez ces deux artistes passionnées jusqu'au bout des ongle.

monique bres,claude cathray,galerie corps et ames,nimes

monique bres,claude cathray,galerie corps et ames,nimes

 

04/10/2012

Les "visages" de Pascal-Julien à Carcassonne

pascal julien Garcia, carcassonneExposition "Des Images, des Visages"du peintre Pascal-Julien Garcia à voir jusqu'au  au Vendredi 12 Octobre de 9h à 12h et de 14h à 18h à la Maison de la Région à Carcassonne (26, rue Antoine Marty Maison de la Région).

Huiles sur toile, dessins sur papier en noir et blanc mis en couleur à l'aquarelle... Pascal-Julien Garcia utilise des couleurs chaudes et froides à la fois. Dans l'espace de la maison de la région à Carcassonne il présente vingt-deux tableaux: portraits de chanteurs, des politiques et des œuvres abstraites.


 

Pour Luc Dubost, sculpter fait partie ddu Bonheur

 Dans le cadre de ses expositions «Beyond the walls», la Galerie Gourvennec Ogor de Marseille présente l’exposition de Luc Dubost : "72%", à la Savonnerie du Fer à Cheval. L’exposition ouvrira le mardi 9 octobre. Vernissage de 18 à 21 heures en présence de l’artiste, et sera visible jusqu’au 23 novembre.

 Le savon onctueux, malléable, va recouvrir l’âme de bois, et par là même, les incisions, les griffures, les lacérations qui ornaient leur surface. Si ces entailles agressives étaient de l’ordre d’une maltraitance  le savon qui est un antiseptique agirait sémantiquement comme un onguent réparateur. Il laverait les blessures faites par la tronçonneuse, il désinfecterait les plaies.
Luc Dubost ne nous dit-il pas : « je panse mes plaies donc j’existe ». Mais il nous avait dit aussi que son action, telle une urgence de création, un empressement jouissif à « faire », était de l’ordre de la recherche du bonheur, du bien être, dont il en voit la fin lorsque l’épuisement le fait lâcher prise : « À la fatigue, j’arrête, épuisé comme dans le sport : sculpter pour moi fait partie du bonheur ».
Une fois dépossédé de ce trop plein d‘énergie sublimé dans la sculpture, il peut se placer en une reconquête de la forme et poursuivre l’aventure, ainsi qu’il me le précise : « une aventure qui serait comme la marche : sans enjeux ».
Si ce n’est celui d’être bien... Ce deuxième volet de l’histoire de ses sculptures, c’est l’habillage de savon. En 2004 il écrivait à propos de ses sculptures « fonctionnelles » en béton représentant des mouton-lampe, mouton- repose fourchette, mouton-parasol, et des moutons-étendage : « L’étendage c’est le Sud, le soleil, le vent sec qui fait claquer le linge humide (...)
Dans notre région c’est l’intérieur qu’on expose dehors. C’est un peu d’intimité qu’on offre aux regards des gens, c’est montrer aussi qu’on est propre, qu’on a bien fait la lessive... » Près de 10 ans plus tard le savon vient s’étendre sur les épaules de ses personnages pour laver les blessures de la tronçonneuse. Le savon gardera ses deux couleurs originelles : le marron-vert et le blanc, ou s’animera de couleurs franches et acidulées.
Ses personnages sont comme figés dans un mouvement, une sorte d’instantané photographique. Ce qui leur donne leur singularité, et pour tout dire leur étrangeté, c’est leur association avec des objets incongrus. Une femme toute de savon blanc, dont les pieds sont prisonniers dans du plâtre remplissant une brouette de chantier regarde au loin à travers des jumelles...

luc dubost,galerie ourvennec ogor,marseille

Le carnet de bord du photographe Cahuate Milk à la galerie Metropolitan Design

cahuate milk, metroplitan galery, monptellier

La galerie Metropolitan Design (30 rue Foch Montpellier) expose Cahuate Milk avec "ça dépend des libellules" du 29 septembre au 30 octobre. Vernissage en présence de l’artiste le jeudi 4 octobre de 18h30 à 21h30

 Cahuate Milk photographie le monde qui l’entoure. Avec poésie et insouciance, mélancolie et douce ironie ! Travaillant maintenant depuis six ans sur les idées de « nostalgie collective » et de « sentiment corporel » il présentera ici sa nouvelle exposition « ça dépend des libellules »
« Ça dépend des libellules » c’est à l’origine un blog, un terrain de jeux en guise de carnet de bord, un cabinet de curiosité jouant parfois au journal intime. C’est l’enjeu qui n’en a pas, le sentiment qui surgit et que l'on fige à l’amorce de sa futilité.
C’est demain si on en a envie, peut être plus tard s'il le faut. C’est lui, elle, ses chaussures ou son poisson rouge, ce sont des mots, de la musique, parfois c’est toi! C’est une histoire qui a maintenant deux ans, qui a vu le jour sur le web et que l'on vous invite à retrouver ou découvrir, ici, dabs cette exposition et... sur papier.

cahuate milk, metroplitan galery, monptellier

cahuate milk, metroplitan galery, monptellier

 

03/10/2012

Les marines de Françoise-Nathalie Daudin à Agde

françoise nathalie daudin, agde

françoise nathalie daudin, agde

 

La Galerie 14, 14 rue Louis Bages, en Agde expose les "Marines" de Françoise-Nathalie Daudin. A voir jusqu'au 18 octobre.
Françoise-Nathalie Daudin se plonge dans la peinture par des chemins détournés. Après une carrière articulée autour de la communication et de la publicité, révélateur, un stage à l'Ecole Boulle confirme sa passion pour la peinture.
Son goût prononcé de l'expérimentation et ses recherches incessantes accélèrent le rythme de ses créations en 2010. Sa peinture est abstraite, ancrée dans le contemporain. Couleurs, matières, empreintes, traces, s'imbriquent, s'interpénètrent, se mêlent pour transmettre sa sensibilité.
Textures et reliefs appellent au toucher. Passionnée de photographie, ses clichés inspirent fréquemment ses toiles, ainsi que ses lieux de vie car elle partage son temps entre Paris et le Cap d'Agde.
Quand elle ne développe pas un thème, les titres de ses toiles ne sont qu'une date, instant figé de la création. Libre choix est laissé au « regardeur » pour y ajouter une note personnelle : un nouveau titre naît! Le « regardeur » s'approprie la toile! Il rêve le but est atteint.

françoise nathalie daudin, agde

françoise nathalie daudin, agde

Christian Milovanoff : des images entre fiction et réalité en Arles

 

Le Musée Réattu à Arles présente "Attraction", le tout nouveau travail de Christian Milovanoff. Un collectionneur d'mages qui donne du sens à des photos d'archives. A voir jusqu'au 14 octobre.

Après des études universitaires supérieures en sociologie et en ethnologie, ce Nîmois qui vit à Paris et à Arles, se consacre dès 1976 à la photographie. Privilégiant les espaces fermés, musées, supermarchés, bureaux et faisant de ces lieux son propre atelier photographique, son travail se situe à l’intersection de la fiction et du documentaire. En 1982, il est nommé professeur à l’École nationale supérieure de la photographie à Arles.

Dans ce tout nouveau travail appelé Attraction, Christian Milovanoff se livre à un étrange jeu sur la reproduction de ses propres archives qu’il déconstruit et sur le pur enregistrement photographique qu’il va également défaire et transformer. Car collectionner des images du monde faites par lui ou pas, ne suffit pas. Dans ces montages fictions et réalités se télescopent.

christian milovanoff,musee reattu,arles

christian milovanoff,musee reattu,arles

 

Des jambes et... un étrange dialogue photographique au Lac Gelé à Nîmes

 

bruno gueslin, nicolas fayol, lac gelé^, nîmes

 

Exposition "Mes jambes, si vous saviez quelle fumée...", exposition photographique  Bruno Gueslin et Nicolas Fayol à la galerie du Lac Gelé à Nîmes. A voir du 4 au 13 octobre. Vernissage, le jeudi 4 octobre à 18h30. En partenariat avec le théâtre de Nîmes et en présence des comédiens qui assureront une performance. Ouvert du mercredi au samedi de 15h à 19h Entrée libre.

Pour évoquer cette exposition pas comme les autres, paroles à Bruno Guesllin : "Le travail photographique est à la fois la genèse du spectacle "mes jambes si vous saviez quelle fumée...",et son prolongement.
Il y a dix ans, pour aborder l'univers complexe de Molinier nous avons commencé les répétitions par de longues séances de prises de vue dans une maison abandonnée dans la région Nantaise.
Pendant que nous nous efforcions de nous immerger dans son univers hallucinatoire, la voix et le rire de Molinier diffusés dans un petit poste de radio semblaient nous soutenir avec malice dans nos explorations.

Nous avions souvent l'impression qu'à force de jouer aux apprentis sorciers, Pierre Molinier allait surgir de derrière un des paravents recouverts de toile de jouy, comme un diablotin chaussé de hauts talons avec son célèbre sabre dans la main, pour nous découper en rondelles ou corriger l'angle d'une jambe, l'inclinaison d'une tête ou encore nous raconter l'une des nombreuses anecdotes concernant ses chats.
Les images réalisées durant cette période ont participées très largement à l'écriture dramaturgique de l'ensemble du spectacle.
L'année dernière alors que l'idée de reprendre le spectacle faisait son chemin, j'ai eu de nouveau envie de poursuivre cet étrange dialogue photographique post-mortem avec le chaman bordelais. Avec Nicolas Fayol, interprète du spectacle, nous avons réalisé cette nouvelle série, en élaborant un procédé de prise de vue revisité et artisanal, et en nous refusant toute intervention ultérieure à l'acte photographique. Les compositions, enchevêtrements, morcellements, sont le résultat d'une prise de vue unique et nous avons, pendant ces longs temps suspendus, cru entendre de nouveau claquer le rire de Molinier. "

bruno gueslin, nicolas fayol, lac gelé^, nîmes

 

02/10/2012

Les paysages de garrigue de Claire Mallet à Baillarguet (Hérault)

claire mallet, baillarguet

Exposition de Claire Mallet à la Chapelle de Baillarguet à Montferrier-sur-Lez (Hérault). A voir jusqu'au 14 octobre.  Ouverture les samedis et dimanches de 14h à 19h.

Il reste deux week-ends encore pour venir admirer un ensemble de toiles,  de Claire Mallet, inspirées du hameau de Baillarguet et des alentours.
Après avoir beaucoup voyagé, Claire mallet s'installe dans le sud de la France dans les années 90 et lle change de style. Le soleil et la couleur envahissent ses toiles : paysages de garrigue, mas languedociens, floraisons de printemps, reproduits à l'huile sur le vif.
Elle sillonne le pourtour méditerranéen : Cadaquès, Collioure, Séte, Montpellier, Aix, Marseille,... et visite les musées . Ses peintres préférés : Monet, Bonnard, Dufy, Matisse , mais aussi Gauguin, Van Dongen, Edward Hopper, Nicolas de Staël.., parmi les expressionnistes : Kirchner et Macke , les nabis Maurice Denis et Valloton et les artistes plus contemporains : David Hockney, Basquiat.

claire mallet, baillarguet