Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/06/2011

Le musée Fabre présente trois pastels inédits d'Odilon Redon

Après les Galeries nationales du Grand Palais, à Paris, l’exposition Odilon Redon, Prince du Rêve, 1840-1916 s’installe au musée Fabre de Montpellier Agglomération, du 7 juillet au 16 octobre 2011. L’étape montpelliéraine de l’exposition sera l’occasion d’approfondir la connaissance de l’artiste, au travers d’une salle consacrée aux liens qu’il entretenait avec les amateurs d’art de la région et notamment Gustave Fayet, son plus fidèle soutien.

odilon redon,musée fabre,montpellierLe musée Fabre de Montpellier Agglomération a présenté lundi  trois pastels inédits d’Odilon Redon, portraits de membres de la famille de Gustave Fayet, qui seront montrés au public lors de cette exposition, labellisée d’intérêt national par le ministère de la Culture et de la Communication. Les pastels inédits Séduit par la lithographie du Pégase captif (1889), Gustave Fayet acquiert dès 1901 ses premiers Noirs d’Odilon Redon. Sa collection devient progressivement la plus importante réunion d’oeuvres de l’artiste.
Une sincère amitié lie les deux hommes, la générosité et le charisme de Fayet égayant la personnalité timide et réservée de Redon. Preuve éclatante de l’amitié qui unissait le peintre au mécène, une remarquable série de portraits familiaux est réalisée à partir de 1906. Fayet commande à l’artiste le portrait de sa femme et ses deux filles : Le Portrait de Simone Fayet à la poupée, daté de 1906 et exposé la même année au Salon d’Automne, celui de sa femme Madeleine (née d’Andoque de Sériège) l’année suivante, puis ses deux filles Yseult et à nouveau Simone en 1908.
Trois de ces pastels inédits (Portrait de Simone Fayet à la poupée, Portrait d’Yseult Fayet et Portrait de Madeleine Fayet), considérés par l’artiste lui-même comme emblématiques de son art, ne sont présentés qu’à Montpellier, dont ils constituent un temps fort de l’exposition.
odilon redon,musée fabre,montpellierSi le Portrait de Simone Fayet à la poupée s’inscrit dans la tradition picturale du portrait d’enfant au jouet, l’expression du modèle est pleinement originale. Redon nous livre une vision intériorisée et méditative de l’enfance avec cette fillette aux yeux baissés qui assise de trois quarts dans l’espace indéfini de la toile, retient à peine de la main une poupée qu’elle regarde avec indifférence.
Objet de jeux qui incarne l’insouciance et la naïveté de l’enfance dans la peinture, la poupée devient chez Redon un symbole de la féminité : s’écartant de la tradition, il se rapproche de l’esthétique des Nabis avec ce modèle entouré d’une exubérance décorative – flore et germinations au chromatisme subtil – associée à l’impression d’intimité. Deux ans plus tard, Yseult, soeur cadette de Simone, portera la même robe de tulle léger gansé de noir pour prendre la pose devant l’artiste. 
 Le Portrait d’Yseult Fayet marque un tournant dans le parcours d’Odilon Redon. Il coïncide avec ses travaux à la manufacture des Gobelins. Redon fait ici le choix de représenter la flore réelle, mais aussi des fleurs imaginaires matérialisées par des formes sombres qui rappellent l’univers de ses Noirs et scandent l’ensemble de la composition.
À cette exubérance florale s’opposent le hiératisme et l’expression de rêverie un peu triste d’Yseult. Elle est coiffée de motifs végétaux flottant derrière sa tête, qui symbolisent ses pensées : ils témoignent de l’intérêt de Redon pour la photographie dite « spirite », en vogue dès la fin du XIXe siècle dont les trucages permettaient de reproduire les émanations psychiques du modèle.
odilon redon,musée fabre,montpellier Ce très beau portrait, aux couleurs vaporeuses du pastel, reprend une composition très prisée par Redon dans ses portraits intimes ou mondains : un modèle figé, comme désincarné, sur un fond décoratif très animé.  Portrait de Madeleine Fayet En 1907, c’est au tour de Madame Fayet, de poser devant l’artiste dans une grande robe sombre rehaussée d’un catleya mauve très proustien.
Ce portrait fut réalisé dans une sobre harmonie de gris, de blancs et de noir. On retrouve alors dans ce magnifique portrait la modernité de Redon : tout en s’inscrivant dans la tradition du portrait depuis le XVIIIe siècle, il apporte une dimension intime à ses sujets. Ces modèles se détachent sur fonds abstraits, comme toujours dans les portraits féminin et enfantin de l’artiste. Madeleine Fayet, née d’Andoque de Sériège, épouse Gustave Fayet en 1893. Dès 1908, le couple se consacre à la restauration et à la décoration de l’abbaye de Fontfroide afin de lui rendre son authentique grandeur et d’en maintenir la beauté.
Soutien précieux de son mari, elle accueille chaleureusement les artistes qui séjournent à Fontfroide.

 

Un partenariat exceptionnel avec l’abbaye de Fontfroide

 Les séjours que va faire Redon chez les Fayet, à partir de 1908, dans l’abbaye cistercienne de Fontfroide, près de Narbonne, vont encore intensifier ses liens avec la région. Il retrouve à Fontfroide toute une colonie d’artistes et d’amis enthousiasmés par l’oeuvre de restauration entreprise : Maurice Fabre, Déodat de Séverac, Maillol ou encore Richard Burgsthal.
En 1910, Redon entreprend la décoration de la bibliothèque spécialement aménagée par Fayet pour recevoir son exceptionnelle collection de livres montrant la variété de ses centres d’intérêts. Il réalise deux panneaux intitulés Le Jour et La Nuit, marqués tant par les étoffes byzantines que l’artiste a pu admirer au musée des tissus de Lyon, sur le chemin du Midi, que par le Char d’Apollon de Delacroix au Louvre.
Ces lieux, miraculeusement préservés aujourd’hui, seront accessibles exceptionnellement au public pendant toute la durée de l’exposition à Montpellier du 7 juillet au 16 octobre, dans le cadre d’un partenariat entre le musée Fabre de Montpellier Agglomération et l’abbaye de Fontfroide.

27/06/2011

Castelnau-le-Lez: détournement de signalisation avec Marina Duhamel-Herz

A Castelnau-le-Lez, L' ARPAC accueille pour le mois de juillet le travail de Marina Duhamel-Herz. Une artiste qui détourne les panneaux de signalisation routière.Vernissage le vendredi 1er juillet à partir de 19 heures Exposition du 2 au 23 Juillet de 15h à 19h. Fermé le lundi.

Marina Duhamel-Herz travaille sur le détournement des panneaux de signalisation routière depuis l’obtention d’une Mmaîtrise d’art plastiques en 1990 à la faculté des Lettres et d'Art d' Aix en Provence. C’est en 2006 que le détournement va s’orienter et s’accompagner d’un retour à la peinture. Ses peintures acryliques sur toiles sont des hommages aux artistes du passé dont les créations originales sont un héritage.
L’objectif est de revisiter par l’image et le signe les grands peintres et oeuvres majeures de l’histoire de l’Art. Les panneaux sont une invitation au voyage sémantique, une petite révision humoristique des mouvements artistiques novateurs. Les toiles de maîtres détournées par un code connu de tous ont des cadrages, des couleurs, voire une symbolique réinventée, cependant le jeu table sur la reconnaissance des visuels, du nom ou du style du peintre évoqué…
D’abord représentée dans toute son intégrité dans les toiles (panneau avec pied, listel, symbole et couleur d’origine) l’appropriation va progressivement déformer le panneau, le fondre dans la peinture, inventer de nouveaux signes, multiplier les symboles de notre époque, afin de construire des tableaux "inspirés de" que les maîtres n’ont jamais réalisés.duhamel1.jpg

duhamel2.jpg

duhamel3.jpg

Au musée Fabre à Montpellier : déballage d'Orphée, une oeuvre d'Odile Redon

deballageDAV_0052.JPG

Le musée Fabre de Montpellier Agglomération présente un tableau inédit du peintre symboliste Odilon Redon, Orphée, grâce à une donation de Mme Englert-Marchal en 2009. Cette généreuse donation permet également au musée Fabre de Montpellier Agglomération d’accueillir au sein de ses collections permanentes une première oeuvre de l’artiste, à l’occasion de sa grande exposition d’été Odilon Redon, Prince du Rêve, 1840-1916, labellisée d’intérêt national par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Orphée, d’Odilon Redon Fruit des recherches et des contacts établis pendant la préparation de l’exposition Odilon Redon, Prince du Rêve, 1840-1916 que le musée Fabre accueille cet été après le Grand Palais, cette donation d’Orphée est en tous points de vue remarquable.D’abord par l’importance de cette peinture sur carton, de belle taille, complètement aboutie, dans une production où abondent les compositions de petit format et les techniques sur papier, tel le pastel. Ensuite par son caractère inédit. Achetée en 1911, du vivant d’Odilon Redon, par Georgine Englert-Vermeer, belle-mère de la donatrice, auprès d’un marchand néerlandais, cette oeuvre était restée depuis dans la famille.
Elle n’avait jamais été prêtée à une exposition depuis la fameuse exposition de l’« Armory Show » de New York, en 1913, pendant laquelle ce tableau figura aux côtés d’oeuvres de Cézanne, Van Gogh, Gauguin, Seurat ou encore Matisse. Enfin, par l’apport majeur que constitue cette donation pour les collections du musée Fabre de Montpellier Agglomération, qui ne possédait pas encore d’oeuvre d’Odilon Redon. Cette lacune, d’autant plus forte que l’artiste entretenait des liens très forts avec la région, est désormais comblée. Cette donation marque donc une étape décisive pour la collection de la fin du XIXe siècle, dont elle est aujourd’hui l’une des oeuvres emblématiques.

Expo Redon à partir du 7 juillet 

Après L’Impressionnisme, de France et d’Amérique en 2007, Gustave Courbet en 2008, Alfons Mucha en 2009, Alexandre Cabanel, la tradition du beau en 2010, le musée Fabre de Montpellier Agglomération accueille, après le Grand Palais à Paris, l’exposition Odilon Redon, Prince du rêve, 1840-1916, du 7 juillet au 16 octobre 2011.
Labellisée d’intérêt national par le Ministère de la Culture et de la Communication, l’étape montpelliéraine s’attarde sur les liens que le peintre entretenait avec le Languedoc, notamment au travers de son amitié avec Gustave Fayet, propriétaire de l’abbaye cistercienne de Fontfroide près de Narbonne, qui lui confia le décor de la bibliothèque à partir de 1910.

deballage_orphee.JPG
Légende : Michel Hilaire, Directeur du musée Fabre de Montpellier Agglomération et commissaire de l'exposition Odilon Redon, Prince du Rêve, 1840-1916, a déballé ce matin l'oeuvre d'Odilon Redon Orphée, qui rejoint les collections permanentes du musée grâce à une donation privée.

26/06/2011

Louis Valtat, "à l'aube du fauvisme" au musée de Lodève

valtat3.jpg

Constituée de près de 180 oeuvres, "Louis Valtat, à l'aub du fauvisme" est la  première grande exposition monographique consacrée à Louis Valtat (1869 – 1952). A  ne pas rater sous aucun prétexte. Vous avez jusqu'au  jusqu'au 16 octobre pour voir cette exposition. C'est au au musée de Lodève.
Artiste prolifique, Valtat peint dès 1895, à l’occasion d'un séjour à Arcachon, des tableaux aux tons purs et aux couleurs éclatantes qui incitent certains historiens à en faire un précurseur des Fauves. Il exposera d'ailleurs au fameux Salon de 1905 durant lequel le critique Louis Vauxcelles immortalise le nom du groupe. Bien que fréquentant tous les grands artistes de son temps avec lesquels, pour la plupart, il tissa des relations d'amitié, Louis Valtat fut un grand indépendant. Son œuvre mérite d'être enfin mis en avant, et ce d'autant plus que nombre de ses tableaux étant aujourd'hui conservés dans des collections particulières, on ne les voit que très rarement. Une première partie de l’exposition, intitulée “Affinités électives”, situe le peintre dans son contexte. Les œuvres de Valtat y côtoient celles de ses contemporains et souvent amis : Maurice Denis, Guillaumin, Signac, Renoir, Toulouse-Lautrec, Maillol, Albert André, De Monfreid… La deuxième partie fait place à ses thèmes favoris, parmi lesquels la Méditerranée où il effectue de nombreux séjours, et dont la lumière va illuminer sa palette. Une section est consacrée aux autres techniques abordées par Valtat : sculpture, dessin, gravure.

valtat2.jpg

Pratique:
- Musée de Lodève, square Georges Auric
- Ouvert tou les jours (sauf le lunidià de 10h à 18h
- Nocturne le mardi en juillet et août.
- Tarifs: 7 euros, tarifs étudiants 5,50 euros

25/06/2011

Riera I Arago au musée d'art moderne de Céret: le rêve du navigateur!

  L’exposition de l’été 2011 au musée d'art moderne e Céret (réalisée en partenariat avec le musée d’art moderne de Collioure)  présente un éventail de l’œuvre de Riera I Arago.  "Le rêve du navigateur": c'est le titre de cette exceeptionnbelle exposition de sculptures et peintures. A voir jusqu'au 6 novembre.

Riera i Aragó (Barcelone 1954) fait partie de la génération des artistes des années quatre-vingt qui fait référence au langage de la peinture et de la sculpture dans sa tradition conceptuelle. Après la voie prise vers la dématérialisation de l’œuvre d’art engendrée par l’art conceptuel, et après avoir eu recours à l’art pictural informel dans toutes ses formes, les artistes des années quatre-vingt appliquent le même procédé à la sculpture, en lâchant totalement la statuaire traditionnelle, ils découvrent ainsi une grande liberté de création. 
L’exposition présentée sur la cimaise du Musée d’art moderne de Céret au cours de l’été 2011 se propose de revisiter le travail de ces trente dernières années, en incluant des œuvres réalisées tout spécialement comme « Avion Céret » , une sculpture monumentale en fer peint de cinq mètres de haut, située dans la salle correspondant à l’ancienne chapelle des Carmes du XVème siècle, et dans laquelle l’architecte a souhaité garder la forme de l’abside originelle. Ainsi l’artiste a fait référence aux descentes de croix de l’art roman. Sa teinte évanescente se radicalise avec la lumière zénithale qui pénètre avec douceur dans l’espace, la verticalité de l’avion semble se diriger vers les visiteurs dans une sorte de langueur évoquant la tête du christ, penchée sur la croix, la haute cimaise jouant le rôle d’un immense retable.
Ensuite les salles déclineront un parcours représentatif de son travail. La fascination de Riera i Aragó pour la mer se révèle dans la très belle série sur les îles. Par ailleurs la thématique du sous-marin est un des éléments incontournables dans l’œuvre de Riera i Aragó et l’exposition en présentera quelques très belles pièces représentatives de la trajectoire de l’artiste. Des œuvres comme « l’Immersion » de 1998, composée de 7 sous-marins en bronze qui représentent la séquence d’une disparition sous l’eau, ainsi que les 7 sous-marins suspendus au plafond, tous d’une grande richesse chromatique et qui composent l’œuvre « Les sous-marins des Baléares » (1997) ou le « Mandala » (1991) évoqué par Gilbert Lascault « Un mandala placé sur un mur est constitué de sous-marins et d’intervalles entre ses sous-marins…qui visent à rendre visible le silence ». L’exposition présentera également des sculptures comme « Menara » (1987-1998) en référence au paysage avec une réflexion sur la nature et les éléments qui le composent.
Les matériaux de cette sculpture : la tourbe, le bronze et l’eau, produisent un jeu fascinant entre la représentation métaphorique de la nature et la reproduction littérale de celle-ci. De la même manière la pièce « les Esteles » renvoie à l’origine de la création, à la fonction initiale, celle de la signalisation de l’espace physique.
Dans le parcours de l’exposition le visiteur, peut se confronter aux sculptures de ces dernières anné
es intitulées « Espèces protégées ». Ces œuvres qui sont composées par des milliers de petits sous-marins conjuguent corporéité et transparence comme « Couleur 2 U » (2008), « Quatre sous-marins » (2007) ou l’extraordianaire « Orange submarine » de 2007 .
Dans la plus grande salle du musée la présentation spectaculaire sur un support de prés de vingt mètres de long, d’une grande partie des sculptures « Avion » les unes plus inattendues que les autres, avec un pouvoir de métamorphose inouï, constitueront un moment fort de l’accrochage.
L’accumulation de toutes ces pièces de sculptures sur une grande superficie, comme cela se produit au musée de Céret, donne à lire d’une manière magistrale la reformulation des miniatures confrontées à l’espace, mais aussi la fragilité de la monumentalité et la diversité de la cohésion formelle.

riera i arago 1.jpg

riera i arago2.jpg

24/06/2011

Jean Pierson et ses toiles aux couleurs du Sud à Montpellier

La galerie de l'Ancien Courrier à Montpellier présente Jean Pierson. Des toiles aux couleurs du Sud. A voir jusqu'au 9 juillet.

 Dès que le temps le lui permet, Jean Pierson parcourt les  pays méditerranéens et réalise des croquis sur le vif qu'il retravaille en atelier.
Ses huiles sur toiles rendent la chaleur des couleurs du Sud et la forte lumière éclairant les paysages qui l'ont inspiré.
Il utilise des couleurs naturelles où l'on retrouve toutes les nuances de la terre, rehaussées par des touches de teintes vives. Depuis 1990, ses compositions décoratives lui valent de nombreuses expositions un peu partout en France.

pierson1.jpg

pierson2.jpg

Pratique:
- Galerie de l'Ancien Courrier, rue de l'Ancien Courrier, Montpellier
- A voir jusqu'au 9 juillet

23/06/2011

Montpellier : Gilles Barp à l'Art'Maniac, le vernissage c'est ce soir!

Gilles_Barp.jpgGilles Barp expose, à partir du 23 juin,  à l'Art'Maniac à Montpellier (6 rue Bonner d'Alco, derrière la préfecture). 
Né le 17 novembre 1964 en Bretagne, Gilles Barp rejoint en 1993 son lieu de vie actuel: Avignon. De formation graphique, il délaisse ce domaine pour d'autres activités.
Les événements font qu’il renoue plusieurs années après avec sa passion. Il a ce besoin d’extraire d’un parcours chaotique, le vrai d’un équilibre de vie qui le nourrit. Ces interrogations sont sources créatives et donnent à ses oeuvres un regard encore flou où le triste se mélange à sa recherche d’un renouveau. Il peint la nuit, dans le calme où il se réfugie. Il trouve alors la matière et le fond, propices à son expression picturale qui cherche encore sa voie. «!Ce besoin d’exprimer dans l’instant ce que le temps présent permet de libérer de mes pensées, de mes interrogations, de la vie dans sa façon qu’elle a d’offrir, de m’apporter. J’ai cette impression aujourd’hui que le temps qui défile, s’impose sans autre possibilité, subir ses influences, se contraindre à ses situations...», explique cet artiste.

Vernissage :

Le vernissage de l'artiste peintre Gilles Barp aura bien lieu aujourd'hui "jeudi 23 juin 2011" à 19h à la galerie Art'maniac.

Montpellier : Michèle Dandrieux à la galerie Mario Di Massio

Michèle Dandrieux, une artiste vivant en Espagne, expose ses denières toiles à la galerie Mario Di Massio. Des ouvertures, des ports, des phares... une explosion de couleurs chaudes, des paysages de bor de mer. Une technique parfaitement maîtrisée et un vrai sens de la composition. A voir 27 rue du Palais des Guilhem à Montpellier.

dandrieux2.png

dandrieuxX.png

 

17/06/2011

Perpignan : les lignes de couleur de Bettina David-Fauchier à la galerie 49

 La Galerie 49 à Perpignan présente les plus récents tirages de Bettina David-Fauchier . Une photographe de l'architecture. A voir jusqu'au 18 juin. 

Le travail de Bettina David-Fauchier une démarche de photographe d’architecture. " Je suis moins intéressée par la présentaton d'une image unique que je pourrais sélectionner que par certains détails qui, assemblés ou juxtaposés vont produire non seulement une autre image, concourent à la formation d'une identité d'image inédite", explique cete artiste qui, sur son site ajoute : "Je me sers de la photo comme un peintre se sert d'une toile, de couleurs et de pinceaux, de ciseaux. Je découpe, j'assemble je garde ou enlève des couleurs ; j'assemble, je modifie jusqu'à obtenir des lignes ou des couleurs qui me paraissent justes, en tous cas qui correspondent à l'idée que je voulais atteindre."

bettina david-Fauchier.png

bettina david-fauchier 2.jpg

Photos: © Bettina David- Fauchier. Images extraites du site de Bettina David-Fauchier


 Pratique :
- Ouvert : 16h-19h; Mercredi :10h/12h et 13h/19h;  Jeudi : 16h/19h;  Vendredi : 16h/19h ;  Samedi : 10h/12h et 13h/19h; Dimanche & Lundi : Fermé
- Entrée gratuite.
- Renseignements : Galerie 49
 49, rue Arago, Perpignan.

Sérignan : à partir du 16 juin, poésie persane, peinture et poterie d'art à la Halle

La Halle de Sérignan accueille une séduisant palette d'artistes. Un joli détour sur la route des vacances entre poésie et peintures.

Du 16 au 20 juin, 10 h - 12 h 30 et 16 h - 18 h 30, la Halle. « La poésie persane l’intrigue et la fascine, en particulier celle de Rumi, Attar, Hafiz, Omar Khayyam. "Ce sont des phrases courtes, percutantes, parfois dérangeantes, qui m’accompagnent depuis toujours. Elles m’ont forcément inspirée, dans tout ce que j’ai pu faire. J’ai longtemps vécu et travaillé à l’étranger, et exercé le métier de graphologue. C’est en rencontrant des artistes peintres, aux Etats-Unis et en Angleterre, que j’ai découvert, assez tard, mon goût pour la peinture. J’ai appris à travailler, avec eux, l’acrylique, les pigments et les techniques mixtes. Par-dessus tout, j’aime peindre et décorer, et comme un caméléon, me fondre dans les couleurs, l’atmosphère d’un lieu, d’une époque, pour en interpréter librement les styles et les formes" explique Béatrice Greatwood qui va séduire Sérignan.

serignan 1.png

 

Du 1er au 10 juillet, 10h-12h30, 16h-20h, la Halle. Vernissage le samedi 2 juillet à 18h30. La peinture et la poterie d’art sont à l’honneur à la Halle du 1er au 10 juillet avec un duo d’artistes primés au salon d’été du Château de Raïssac: Isales, peintre à Montpellier (St Georges d’Orques) et Bogdan Saczkowski, céramiste à Ouveillan dans l’Aude. L’univers poétique des oeuvres d’Isales témoigne de son attachement d’enfant à sa région d’origine du côté de Saint- Céré dans le Lot. Elle réalise ses premiers essais en 1990 dans les ateliers libres de l’université de Göttingen, en Allemagne. Artisan potier des Poteries du Cabirou, Bogdan Saczkowski est un spécialiste de la technique du «Jaspé Mocha Tea». Il travaille l’argile depuis plus de 30 ans pour donner naissance à des pièces uniques. Isales et Bogdan Saczkowski, un subtil dialogue où les formes, la grâce et l’harmonie des couleurs s’offrent aux visiteurs.

serignan 2.png

07:50 Publié dans Expositions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sérignan |  Facebook | |  Imprimer | |

16/06/2011

Montpellier : à la galerie Mario Di Masso, ce soir, rencontre avec Tricia Lorach et dégustation de vins

A l'occasion du décrochage de l'exposition de Tricia Lorach, la  galerie Mario Di Masso (Montpellier) vous invite ce soir de 18h30 à 21h à une rencontre avec l'artiste et à une dégustation de la cuvée du Domaine du Château Haut Gléon.

Tricia Lorach peind à Montreuil, dans son atelier, depuis l'année dernière. "Avoir enfin un lieu de création, dit-elle, m'a permis de m'exprimer encore plus librement dans une recherche abstraite très mentale et très construite sous des apparences gestuelles."
Cet artiste se sent très proche de peintres comme Motherwell, Bram Van Velde, Nicolas de Staël, Miro ou Barcelo. "Parce que, poursuit-elle,  ce sont des artistes qui ont inventé leur langage, dans la lenteur et la spiritualité, en dehors des courants existants."
Tricia Lorach s'est ainsi  crée son carnet de signes avec un amour pour la couleur, dans une recherche d'harmonie, en utilisant la peinture acrylique, le fusain, le crayon papier sur des toiles ou des feuilles de papier dans des formats très grands ou très petits qu'ils dominent ou qui le dominent. "Ma démarche,dit-elle encore, est si classique qu'à une époque en recherche de sens, elle en devient moderne. J'aime le temps de l'artiste qui est hors du temps."

 

tricia1.jpg

tricia2.jpg

tricia4.jpg

tricia5.jpg

Pratique:
-Jusqu'au 18 juin
- Galerie Mario Di Masso, 27 rue du palais des Guilhem, Montpellier
-  Du lundi après-midi au samedi : 10h-12h30;  15h-19h

Au musée d'art contemporain de Sérignan : "C'est l'amour à la plage" du 25 juin au 3 octobre

Le musée d'art contemporain de Sérignan présente, du 25 juin au 3 octobre, une exposition estivale au titre évocateur, clin d’oeil à la situation du Musée installé à seulement cinq minutes de la plage, réunissant des travaux d’artistes qui dialoguent autour de l’imagerie liée aux vacances et questionnent les clichés du soleil, de l’amour et du balnéaire. Depuis les paysages touristiques idéalisés aux détournements de l’iconographie sentimentale de bord de mer, en passant par des images kitch de couchers de soleil ou des horizons contemplatifs, l’exposition oscille entre représentation poétique et hédonisme vulgaire.

c'est l'amour.jpg




pierre ardouvin.jpgPierre Ardouvin.- Né en 1955 à Crest. Vit et travaille à Montreuil. Les installations, photographies et dessins de Pierre Ardouvin, réalisés avec une étonnante économie de moyen, dévoilent une ambiance incertaine et ambivalente, révélant parfois l’idée d’un bonheur stéréotypé, parfois une violence sourde. À travers les visions idylliques perverties, des éléments festifs incongrus, des intérieurs inhabitables ou désertés, nature et culture se parasitent pour former un monde bancal où semblent s’affronter harmonie et chaos. Par l’image et l’objet, Pierre Ardouvin s’empare des archétypes de notre culture pour créer des oeuvres à la fois ludiques et inquiétantes, qui oscillent entre mélancolie, humour et poésie.
olivier babin.jpgOlivier Babin.- Né en 1975 à Dijon. Vit et travaille à Paris. Le travail d’Olivier Babin s’intéresse à la façon dont l’industrie culturelle, la communication, le marketing économique et politique s’approprient des formes directement issues de l’art abstrait, conceptuel et minimal. Qu’il s’approprie directement des formes historiques ou qu’il rejoue ces formes à travers la culture populaire, les oeuvres d'Olivier Babin font toujours appel à l’humour et au déplacement pour créer des espaces d’autonomie, à la fois poétiques et désenchantés. Olivier Babin construit un paysage ambivalent, psychédélique et lucide, dont l’indéniable séduction se pare d’une idiotie manifeste.

 


davidebalula.jpgDavide Balula.-  Né en 1978 à Annecy. Vit et travaille à Paris. Davide Balula intervient à la fois dans les arts plastiques et la musique en tant que compositeur, musicien et songwriter. Il développe son oeuvre autour de dispositifs visuels, sonores, électroniques et plastiques. Les objets manufacturés de Davide Balula laissent au premier regard, une impression de mécanique froide que la finesse des dessins, la présence de végétaux, d'instruments de musique et de sons font glisser vers un univers fragile et poétique.

veronique boudier.jpgVéronique Boudier.- Née en 1961 à Nantua. Vit et travaille à Bruxelles. Véronique Boudier développe depuis vingt ans une pratique artistique polymorphe mêlant sculpture, installation, performance, photographie et vidéo. Se mettant régulièrement en scène dans ses oeuvres, elle rejoue des moments de la vie quotidienne en y insérant un léger décalage. Elle utilise son corps comme une sculpture vivante et revendique, tout en affichant une attitude légère et désinvolte, une liberté sans limites. Qu’elle se représente en danseuse, armée, parée de diamants ou recouverte de chocolat, elle souligne, avec humour et poésie, la complexité de la figure féminine.


gerard deschamps.jpgGérard Deschamps.-Né en 1937 à Lyon. Travaille à La Châtre. Pour Gérard Deschamps, artiste du Nouveau Réalisme, les jouets de plage, planches à voile et ballons sont des objets d’une société qui apparaît comme celle de la standardisation des comportements et de la fabrication artificielle de désirs promus par le marketing. Les couleurs sont gaies mais l’usage que Deschamps en fait est définitivement plus sombre et grinçant qu’il ne veut le laisser paraître. Il ne s’agit pas seulement du multiple mais d’une multiplication sans fin, d’une production ininterrompue. L’artiste cherche toujours une économie des moyens pour contredire ou contrarier la profusion d’objets, peut-être d’ailleurs pour piéger le principe de production en lui offrant un cadre autre : le supermarché dans le musée et surtout pas l’inverse.

angela detanico.jpgAngela Detanico & Rafael Lain Angela Detanico.- née en 1974 à Caxias do Sul (Brésil). Rafael Lain : né en 1973 à Caxias do Sul (Brésil). Vivent et travaillent à Paris. Angela Detanico & Rafael Lain, travaillent ensemble depuis 1996 et poursuivent une réflexion sur l'image et le langage et jouent avec ce dernier pour mieux le manipuler, le contourner, le penser. Linguistes et graphistes de formation, ils réalisent une oeuvre bicéphale qui se situe aux confins de ces deux disciplines et développe notamment la création d’alphabets incarnés et matérialisés par des objets, des densités d’encre, des quantités de couleurs… Manipulant la vidéo, l’installation, l’image informatique, leurs oeuvres instaurent, à l’évidence, un rapport au paysage, nous conduisant à en faire une expérience tant physique que sensorielle ou tautologique. documentation.

celine duval.jpgCéline Duval.-  Née en 1974 à Saint-Germain-en-Laye. Vit et travaille à Houlgate. documentation céline duval, a été créée en 1998 Constituant depuis plusieurs années un fonds iconographique qui va de la photographie amateur et archives privées aux images de diffusion publique, la documentation céline duval porte un regard sur notre monde à travers sa production d’images. D’abord collectée puis rejouée par sélection, classement ou encore juxtaposition, cette matière visuelle rejoint un projet utopique d’encyclopédie composée sur les stéréotypes photographiques et la récurrence d’éléments révélateurs. Mais loin de circonscrire son oeuvre dans une unique dimension anthropologique, la documentation céline duval révèle l’extraordinaire vitalité des structures qui composent intentionnellement ou culturellement ces images.

nathalie elemento.jpgNathalie Elémento.-  Née en 1965 à Saint-Nazaire. Vit et travaille à Paris. Nathalie Elémento s'interroge sur les objets que nous usons quotidiennement (chaise, table, cadre, bibliothèque…) et qui conditionnent nos gestes. Sa réflexion l'a menée à repenser des formes ou des déformations, à définir une nouvelle architecture d'intérieur où les éléments sont interchangeables et repositionnables. Ses sculptures-meubles nous confrontent aux objets qui nous habitent, aux représentations mentales que nous sommes prêts à adopter et à adapter pour vivre dans notre espace. L’artiste détourne les objets, non pas pour les rendre inutilisables, mais pour révéler leur importance alors que nous n'y faisons plus attention et leur donner une nouvelle dimension.

 

 


pierre joseph.jpgPierre Joseph.-  Né en 1965 à Caen. Vit et travaille à Paris. Pierre Joseph fait partie de la génération d’artistes des années 90, dont la démarche se nourrit d’une multitude de références contemporaines, de la SF à la play station en passant par la culture techno. Le propre de son art est d’explorer et d’expérimenter intuitivement l’univers fantastique qu’offrent les nouvelles technologies. Il ne propose pas d'objets ou de projets figés mais des principes vivants ou des environnements à activer. Pierre Joseph donne un visage onirique et fun à la technique, ce qui était de l’ordre du rêve apparaissant bien souvent sous une forme sensorielle concrète.

 

 


carlos kusnir.jpgCarlos Kusnir.-

 

 Né en 1947 à Buenos Aires (Argentine). Vit et travaille à Marseille. La peinture de Carlos Kusnir est un mélange de fantaisie et de rigueur artistique, de recul et d’infiltration de la vie quotidienne. Ses peintures portent en elles le souvenir de ses déplacements, façades, murs de briques, rideaux, nappes ou papiers peints. Il joue avec les motifs, les couleurs et les formes, sortant souvent du cadre conventionnel du tableau. Il décolle ses peintures du mur, les pose à même le sol, ou les maintient de façon précaire dans l’espace à l’aide d’équerres de bois. Kusnir invite à franchir le décor, à contourner les tableaux et les cimaises, laissant apparaître les piétements, la fragilité de la structure. L’apparente maladresse côtoie la virtuosité technique, toujours entre brutalité et délicatesse.

Laurent Perbos.- Né en 1971 à Bordeaux. Vit et travaille à Marseille. Laurent Perbos travaille à partir d'activités sociales de masse et de divertissement, issues de cultures populaires (le jeu, le sport, les records…). Ses oeuvres tendent à s'interroger sur la manière dont les choses de l'ordinaire, une fois revisitées par les gestes de l'art, et réinjectées dans les lieux qui lui sont dévolus, peuvent se redonner à voir, autrement, comme images. Pratiquant le leurre et le simulacre, l'esthétique de l'échec ou de l'idiotie, il interroge les possibilités interrelationnelles et ludiques de l'art, et s'approprie, avec ironie et dérision, le domaine des pensées collectives qu'il fait support de son travail.




jean-calude Rugirello.jpgJean-Claude Ruggirello.-
  Né en 1959 à Tunis. Vit et travaille à Paris. Jean-Claude Ruggirello travaille essentiellement avec la vidéo et le son, introduisant une dimension sculpturale dans son traitement de l’image. Ses formulations impliquent lenteur et action, description d’une image en mouvement, et mouvement d’une action fixe. C’est le plus souvent dans le contact ou la corrélation d’un corps animé et vivant à des objets environnants que s’inscrit l’action. Si celle-ci est simple et stupide, c’est pour évoquer autre chose qui tient davantage à son absence de causalité qu’à la présence d’une finalité. Le non-événement qui dure, l’extrême lenteur d’un mouvement, la fixité d’un plan annoncent et accusent une petite violence en attente.

ida tursuc.jpgIda Tursic & Wilfried Mille Ida Tursic.-  née en 1974 à Belgrade (ex-Yougoslavie). Wilfried Mille : né en 1974 à Boulogne sur Mer. Vivent et travaillent à Dijon. Les artistes Ida Tursic & Wilfried Mille (ou I&W) ne forment qu’un lorsqu’il s’agit de peindre. Le duo se coltine tous les genres et toutes les catégories picturales. Mais cette virtuosité, loin d'alimenter la confusion, recentre leur problématique sur les questions de la reproduction des images, de leurs modes de diffusion et de leur altération. Leurs sources iconographiques et formelles sont multiples. Ils puisent leurs images dans la télévision, le cinéma, les images numériques ou publicitaires, pour créer un lexique déroutant et sans cesse renouvelé. Pas de distinction des genres, abstraction, figuration, op’art, peinture en 3D, aquarelle, huile, gravure, impression, tout passe au rouleau-compresseur de la peinture.

La cellule (Becquemin&Sagot) Emmanuelle Becquemin.-  née en 1976 à Paris. Stéphanie Sagot : née en 1975 à Royan. Vivent et travaillent à Paris et Montpellier. Les artistes de La cellule (Becquemin&Sagot) créent des fictions artistiques qui abordent les questions de la consommation et de sa mise en oeuvre. Leurs dispositifs cherchent à extraire le potentiel "consommable" d'objets, d’êtres, de situations ou d’activités liées au quotidien et donnent naissance à des formes hybrides, entre sculptures, installations, performances et objets. Le repas et l'espace de la table constituent un de leurs champs d'action privilégiés. En travaillant selon la technique du collage et du déplacement, les deux artistes construisent un monde aux accents surréalistes et aux harmonies improbables dans lequel le vivant acquiert une place particulière.

laurent perbos.jpg

 

Pratique:
- Musée régional d'art contemporain du Languedoc-Roussillon, 146 avenue de la Plage, Sérignan
- 04 67 32 33 05 museedartcontemporain@cr-languedocroussillon.fr http://mrac.languedocroussillon.fr - Ouvert du mardi au vendredi de 10h à 18h; le week-end de 13h à 18h; Fermé le lundi et les jours fériés

15/06/2011

Marseille: rétrospective de Vincent Toulotte, photographe-coloriste, à la galerie Paradis

 

vincent oulotte,galerie paradis,marseille

A Marseille, la galerie Paradis  présente une rétrospective exceptionnelle de l’artiste Vincent Toulotte du 30 juin au 30 juillet. La femme dans sa nudité et sa sensualité est au coeur de l'inspiration créatrice de ce photographe-coloriste. Vernissage jeudi 30 juin  18h30.
Photographe plasticien, Vincent Toulotte crée des mises en scène baroque et théâtral au ton suranné. Ses clichés colorisés à la main rappellent d'anciennes cartes postales, plongeant les modèles dans une ambiance décadente.
De ses photographies, devenues tableaux, émanent le parfum et l’esthétisme du cinéma noir et blanc français des années quarante et de l'expressionnisme Allemand. Le temps d'une exposition, la galerie Paradis devient le miroir de l’oeuvre de Vincent Toulotte.
A l’occasion de cette rétrospective, la scénographie créée par l'artiste prolonge l'esthétique de son oeuvre dans l'espace et transforme l'exposition en installation et performance.

toulotte1.jpg


Pratique:
- 180 rue Paradis 13006 - Marseille - Fran

Montpellier : "La ballade infernale" de Fiorenza Menini à la galerie Vasistas

"La ballade infernale" c'est le titre de l'exposition très contemporaine que présente Fiorenza Menini à la galerie Vasistas à Montpellier. A voir jusqu'au 30 juillet.

Fiorenza Menini est une artiste indépendante et sa pratique de l’art s’inscrit de plus en plus comme une attitude de vie, qui dépassant les limites conventionnelles et les frontières d’espaces et de genres, se dirige vers un champ plus large de recherche et de pensée inusuel.
Elle fut aussi de 2004 à 2006 à la tête de la Compagnie Internationale, un regroupement de performeurs, danseurs, chorégraphes et artistes, pour la réalisation de projets atypiques qui allaient du Body Art Californien à l’activisme asiatique.
Le travail récent de Fiorenza Menini semble être passé du flirt, avec des approches souvent extrêmes des processus reliant l’humain et l’image,  à une approche plus large, mais toute aussi étonnante. Témoins, les séquences tournées pendant le dernier Black Out de New York et, en 2004, la poursuite de la tornade géante en Floride.
Que se soit par la performance, la vidéo ou la photographie, l’artiste reste sur une position unique et souvent intransigeante, celle de glisser dans les zones troubles - entre chute, écroulement, rupture, attente ou quête radicale - pour rendre visibles les zones en creux d’un monde contemporain qui malgré sa multitude d’images s’échappe de notre réalité.

ballade.jpg

 

Pratique:
-Exposition Galerie Vasistas, Montpellier
- A voir jusqu'au 30 juillet 2011
- Vernissage le jeudi 16 juin à partir de 18h30

14/06/2011

Exposition événement au musée des Beaux-Arts de Nîmes

collection_particuliere2_03.jpgJusqu'au 2 octobre 2011, la ville de Nîmes et la Fondation des Treilles présentent au Musée des Beaux-Arts l'exposition "Une Collection particulière". A cette occasion, un ensemble de plus d'une centaine d'oeuvres a été sélectionné parmi la collection constituée auprès de ses amis artistes par Anne Gruner-Schlumberger (1905-1993), fondatrice en 1960 du domaine des Treilles.


Le public peut découvrir des peintures, sculptures, dessins et estampes d'artistes peu connus aux côtés de grandes signatures de l'art moderne et contemporain tel Arp, Braque, Dubuffet, Brauner, Ernst, Giacometti, Klee, Léger, Picasso, Soulages ou Takis.
Bien loin d'être le fruit du hasard ou d'un quelconque intérêt financier, la collection d'Anne Gruner-Schlumberger est née dans le cadre de relations amicales que cette passionnée d'art entretenait à New-York, Athènes, Paris, Bâle.
Les liens d'amitiés forts avec Dubuffet, Giacometti... mais surtout Ernst, Brauner et Picasso, ont conduit la donatrice à constituer un choix d'oeuvres sensible et personnel.
Articulé à l'étage du musée, le parcours d’exposition composé de sept sections présente une approche à la fois chronologique et monographique avec des salles consacrées à certains grands noms de l’art moderne. Par une variété de matériaux bruts et de techniques mixtes ou novatrices, les œuvres attestent de l’objectif visé par les artistes de l’avant-garde : créer de nouveaux modes de pensée, de nouveaux langages bien éloignés des codes du passé, inventer un art nouveau.
Des collages d’Henri Laurens aux structures en bronze de Takis, en passant par les paysages magiques de Sima, les univers cosmiques de Matta ou les gravures de Vieillard, cette exposition dévoile les fascinations de la collectionneuse-amie, ses émotions, son admiration, ses coups de cœur, ses passions pour ceux qu’elle appelait les « artistes de l’imaginaire.

Fernand_L_ger_-_Guitare_bleue_et_vase__1926_.jpg

 

lalanne-francois-xavier-1927-2-moutons-3-1432017.jpg

Pratique:
- Rue Cité Foulque, Nîmes
- Ouvert juillet et août, du mardi au dimanche de 10h à 19h30 (jusqu'à 21h le jeudi).

13/06/2011

Aigues-Mortes : "Les boules de vie" de Frédéric Jaulmes à la galerie Europ'art

 

 

frederix jaulmes,galerie europ'art,aigues-mortes

Frédéric Jaulmes, présente ses photos à la Galerie Europ’Art à Aigues Mortes.
Installé à Montpellier, Frédéric Jaulmes pratique la photographie depuis une trentaine d'années. Ses premières recherches sur la glace commencent en 2003 avec l'exposition "Glace fondante..." Il découvre et explore alors cet élément sous la forme de moulages sphèriques.
Exposées dans différentes conditions climatiques, ces sphères “vivent” le lieu et le moment par de lentes et inattendues métamorphoses que fige l’appareil photographique.
Aujourd’hui, son travail s’oriente vers un nouvel élément: la terre. Ces "boules de vie" répondent au milieu ambiant à leur manière, et quand l’eau s’immisce dans ses interstices, un mystérieux phénomène de couleur verte apparaît. Un étonnant travail entre poésie et science-fiction.

frederix jaulmes,galerie europ'art,aigues-mortes

frederix jaulmes,galerie europ'art,aigues-mortes

frederix jaulmes,galerie europ'art,aigues-mortes


Pratique:
- A voir jusqu'au 26 juin.
- Adresse.- Galerie Europ'Art,  6 rue Marceau, Aigues-Mortes
- Ouverture.- Vendredi, samedi, dimanche 12h-18h30.

12/06/2011

Montpellier : à la galerie Hambursin-Boisanté, TSOL saison 1 prolongé jusqu'au 17 juin

thibault franc 1.jpgA voir jusqu'au 17 juin à la galerie Hambursin-Boisanté à Montpellier une étonnante exposition de Thibault Franc, intitulée TSOL saison 1. A ne pas rater.

Né en 1976 à Bordeaux près du Jardin Public, dans un quartier peuplé d’oiseaux, de vieillards et de jardiniers, Thibault Franc fait des études de philosophie, qui le mèneront à une mélancolie que seule une vie plus trépidente parviendra à dissiper.
Ainsi sauvé d’une existence programmée, il voyage, apprend les arts martiaux, pratique la peinture comme une aventure.
Plasticien féru de naturalisme, "rudéral" et subversif, ses oeuvres colorées explorent différentes techniques de survie, utilisant aussi bien de puissante prises expressionnistes que de subtiles luxations conceptuelles, en essayant toujours de créer un espace qui rende possible une vie en commun. Il y a de la joie et de l'ironie dans le travail de ce touche-à-tout, à la fois : peintre, scuplteur, photographe et romancier. Pour TSOL saison 1, il s'est isolé dans une île (imaginaire?) et en a ramené cette série présentée à la galerie Hambursin-Boisanté. Une salutaire bouffée d'oxygène!

thibauly franc 2.jpgthibault franc 3.jpg

Pratique:
- Galerie Hambursin-Boisanté, 15, Bd du jeu de Paume, Montpellier
- Tél : 04 67 84 43 17 Fax : 04 67 86 05 33
- Du mardi au samedi, de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 19h

Claret (Hérrault) : "Eclats de verre" avec l'exposition DAUMissime

daum 2.jpgLes oeuvres majeures de la verrerie Daum sont présentées jusqu'au au 30 octobre à la Halle du Verre à Claret.
Unique dans le sud de la France, l'exposition "DAUMissime, éclats de verre" dévoile 32 pièces exceptionnelles de la Collection Daum.
A deux pas du Pic Saint Loup, c'est dans un décor de courbes et de lumières que sont présentées ces oeuvres majeures, exécutées par la célèbre verrerie de Nancy et signées des plus grands artistes : Arman, Ben, Braque, Dali, Di Rosa, Lalanne, Mc Connico.
En 130 ans d’existence, la prestigieuse maison Daum n’a eu de cesse de faire appel aux plus grands artistes , créant ainsi une collection unique en son genre, mariage toujours renouvelé de l’art et de l’artisanat, d’un savoir-faire patiemment développé et d’une quête permanente d’innovation.
L’exposition DAUMissime ! met en lumière la relation unique tissée par Daum avec le monde de l’art, et l’extraordinaire richesse de la production née de cette rencontre. Loin d’être une rétrospective, forcément partielle, elle privilégie une approche sensible des œuvres. Le parcours, en courbes et contre-courbes lumineuses, exalte leur sensualité : la mise en perspective théâtralise les jeux de transparence, la subtilité des couleurs, la perfection des formes qui témoignent de la virtuosité des ateliers Daum.

daum verre.jpg

daum.jpg

10/06/2011

Bédarieux : 165 affiches de Pierre Alchinsky à l'espace d'art contemporain

bedarieux.jpgLe vernissage de l'exposition de Pierre Alechinsky se déroule ce soir vendredi 10 juin à 18h30 à l'espace d'art contemporain de la ville de Bédarieux. A cette occasion animation musicale autour de la musique d'Astor Piazzola avec le duo Astoria.
L'exposition rassemble 165 affiches d'Alechinsky de 1951 à nos jours à voir jusqu'au 2 octobre.
 

L’Espace d’art contemporain de Bédarieux et la galerie Lelong de Paris présentent une exposition qui retrace soixante années de travaux sur le thème des affiches, d’un des acteurs majeurs du monde artistique, Pierre Alechinsky. 
Cet artiste a  étudié à l’Ecole d’architecture et des arts décoratifs à Bruxelles, l’illustration du livre, la typographie et les techniques d’imprimerie. Il commence ensuite à peindre en 1947 et devient rapidement l’un des acteurs majeurs du monde artistique d’après guerre. Il est l’un des fondateurs du groupe Cobra créé en 1948 avec Karel Appel, Constant, Jan Nienwenhuys et Asger Jorn.
Il s’installe à Paris, découvre l’œuvre d’Henri Michaud, de Jean Dubuffet et va côtoyer les surréalistes. Il réunit dans son œuvre expressionnisme et surréalisme. Aujourd’hui, l’Espace d’art contemporain présente l’Alechinsky affichiste qui se laisse emporter comme dans sa peinture, dans une démarche ludique avec ce qui est déjà inscrit sur le papier.

pierre aelschinsky,bedarieuxpierre aelschinsky,bedarieux

 

 

 

 

 

 

 

Pratique:
- Entrée libre
- Horaires : Lundi, 9h30 à 12h; Mardi et vendredi : 14h à 18h; Mercredi et samedi, 9h30 à 12h et 14h à 18h;  Fermé jeudi et dimanche
- Espace d'art contemporain de Bédarieux Tel : 04 67 95 48 27

09/06/2011

Nîmes : Bocaj et ses femmes provocantes à la Chapelle des Jésuites

Le peintre montpelliérain Bocaj expose à la Chapelle des Jésuites à Nîmes. Vernissage ce vendredi 10 Juin à partir de 20 h 30. A voir jusqu'au 23 juin.

Les femmes de Jean-Paul Bocaj sont elles plus provocantes. Madones, aventurières, vamps,  pin-up. Elle sont pulpeuses, troublantes, souvent déshabillées. Mais dans les toiles de Bocaj il y a toujours des clins d'oeil. L'artiste a du talent et de l'humour. Pour les voir, cliquez sur l'image ci-dessous.

bocajdiaporama.JPG

Vers-Pont-du Gard : OpenGalerie accueille les sculptures de Cristelle Berbérian

opengalerie.jpgElle fut créatrice d'accessoires de mode pour Marithé & François Girbaud. Lui, fils de galeristes parisiens et petit-fils d'antiquaire alexandrin, devenu directeur de création en agence de publicité. Tout au long de ces années professionnelles, la passion de l'art ne les a jamais lâché, exerçant en parallèle de leur cursus professionnel, une double vie dans leur atelier en Région Parisienne, en attendant l'opportunité, depuis nombreuses années de créer leur propre galerie.
Il leur fallait un lieu, ils traquaient le coup de coeur. Le coup de coeur, Ils l'ont eu en visitant la région d'Uzès et ont fixé leur choix sur  Vers-Pont du Gard. C'est dans ce village qu'ils ont ouvert  OpenGalerie, prolongement naturel d'une longue expérience en matière d'art. Dans cette galerie,  ils accueillent jusquau 30 juillet les sculptures de Cristelle Berberian.

berberian 2.png Cristelle Berberian est née à Versailles en 1950. Après études et voyages, Cristelle Berberian se  consacre à l’étude d’objets d’art et à la création (Centre d’études d’objets d’arts, Art Moderne et Contemporain à l’IESA, Art Contemporain à l’Ecole du Louvre).
Ses premiers matériaux sont des matières brutes : cordes, bois, toiles grossières qui entrent dans la composition de panneaux décoratifs et tentures murales. Elle a réalisé ensuite des collections de bijoux à base de caoutchouc, cuivre, cuir et corne pour des défilés de Créateurs de mode en France.
"Depuis le début des années 90, explique cete artiste,  la sculpture est devenue mon langage. Je synthétise au maximum les mouvements essentiels, afin que le sentiment pur et l’émotion surgissent."  et elle ajoute "La femme universelle est mon sujet favori, avec sa sensualité, ses troubles, ses attentes, mais aussi sa force, son élan, ses combats".

 

 

 

berberian1.jpg

 

Pratique:
- OpenGalerie, 5 rue Bourg Riant, Vers-Pont du Gard (30)
-  Tél. : 09 61 28 48 66
- Contact@opengalerie.com
- www.opengalerie.com

 

Dans "l'intimité d'André Albert" au Pont du Gard

"Dans l'intimité d'André Albert": c'est le titre de l'exposition que présentent le Conseil général du Gard et l’EPCC du site du Pont du Gard.  A voir donc 170 œuvres du peintre Albert André (1869-1954) sur le site du Pont du Gard,  jusqu'au 25 septembre. 
Albert André, né à Lyon en 1869 dans une famille de soyeux, est passionné par le dessin dès son plus jeune âge. Il part à l'âge de 20 ans étudier la peinture à Paris où il se lie d'amitié avec des peintres tels que Bonnard, Valtat, Vuillard, Maurice Denis… Il consacrera toute sa vie à la peinture, alternant vie parisienne et séjours l'été dans sa maison familiale de Laudun dans le Gard. Son œuvre prolifique est révélatrice d'une période charnière dans l’histoire de l'art, oscillant entre tradition et modernité. Auguste Renoir le repéra, devint son ami et le recommanda auprès du célèbre galeriste Durand Ruel. Claude Monet lui demanda de le portraiturer. Bien intégré au milieu moderniste, il participa au Salon des Indépendants et plusieurs de ses toiles furent acquises par des Musées américains. En parlant de son œuvre, le critique Elie Faure parlait d'une peinture alliant la brillance des couleurs à la sérénité des sujets dans un métier toujours maîtrisé. Malgré le grand talent que lui reconnaissaient ses pairs, peintres aujourd'hui célèbres, sa carrière est passée malheureusement inaperçue. L'exposition, présentée sur le site du Pont du Gard est une réévaluation du travail de cet artiste qui a pourtant compté. Au travers de 170 œuvres (dont 11 dessins et toiles de petit format d’Auguste Renoir), accrochées et mises en scène dans la grande salle d'exposition temporaire conçue par l’architecte Jean-Paul Viguier, elle propose une relecture historique, permettant de replacer le peintre dans son temps.

andre albert 2.jpg

alber.jpg

 

08/06/2011

Vous aimez le style BD : une date à retenir!

barre.jpg

Nîmes : la feria d'Edith Ruiz, Ninnah Denaq et de Philippe Roussel

 

ruiz.jpgEdith Ruiz à La Macarena. - Edith Ruiz, une artiste tout en sensibilité et puissance. Son univers est un peu décalé mais complètement affirmé. L'exposition qu'elle présente à Nîmes lui a été inspirée par la fête et l'amour.
Sa peinture est joyeuse, drôle et enlevée.  
Avec ce vernissage, Edith Ruiz veut  vous faire partager sa passion et recueillir  observations, appréciations, critiques... et, pourquoi pas des éloges !
C'est à la Macarena (12 rue Delon-Soubeiran), durant la feria  le mercredi 8 juin 20h. Olé!

 

   roussel philippe.jpg                                                                                                                                        Philippe Roussel  à La Maravilla.- Nouveau style pour Philippe Roussel! Ce peintre nîmois profite de la feria pour présenter une exposition sur le thème de la tauromachieà la bodega "La Maravilla". Vernissage le mercredi 8 juin. une thématique inhabituelle pour moi, la tauromachie, mais traitée à ma façon ! Coup d'oeil sur les oeuvres présentées à : http://www.artmajeur.com/philipperoussel/

 

 

 

ninnah.jpgNinnah Denaq à la Macarena.- Durant la feria de Nîmes, Ninnah Denag expose à La Macarena. Vernissage le jeudi 9 juin. Exposition jusqu'a 13 juin.
Dans leur intimité ou bien dans la rue, les personnages de cette artiste expriment sans excès mais avec sérénité leur personnalité. La femme exhibe sa sensualité et une certaine marginalité devient réalité. Tout devient possible dans un univers quotidien ou les tenues ultra féminines soulignent et mettent en valeur le corps de la femme.

 

 

 

 

 

 

 

Judith Rochild au village des arts et métiers d'Octon: le pastel rencontre la gravure

affiche_recto.jpgLe village des Arts et Métiers d'Octon présente une exposition de Judith Rotchild intitulés : "Quand le pastel rencontre la gravure " .

À contre-courant des modes actuelles, Judith Rothchild défend un art figuratif - ode au silence et à l’observation - dont elle exhale les richesses dans une manière noire extrêmement aboutie et délicate. Nature, objets, intérieurs ou paysages : chaque composition jaillit du fond noir de la plaque de cuivre entièrement bercée et accroche la lumière en un doux dégradé de gris. « Je travaille pour trouver la lumière au fond de la surface veloutée de la plaque, directement sur le cuivre, d'après le sujet, et sans études préparatoires. Le travail est fait en couches successives et la plaque garde la mémoire de chaque geste de la main, » dit l’artiste
"

Pratique:
- Cette exposition est ouverte tous les vendredis, samedis et dimanches de 15 h à 19 h, jusqu'au dimanche 3 Juillet.
-  Association P.A.R.C. Pôle Artistique, Réseau Culturel, le village des arts et métiers près du Hameau de Ricazouls,  Octon (près du Lac du Salagou)

07/06/2011

Peret (Hérault) : Sophie Fardet et une exposition "Interdépendance"

La direction de fondation A.N.P.Q vous invite le jeudi 9 juin (18h30 – 21h30) au vernissage de l'exposition de Sophie Fardet. "L’interdépendance" : c'est le titre de cette présentation. A voir jusqu'au  samedi 23 juillet.

"Le concept artistique, est de déplacer la place centrale de l’artiste se suffisant à lui seul pour le positionner au centre d’un groupe dont il dépend. Être artiste c’est se nourrir de l’autre, des anciens maîtres, de la nature, de la vie, pour qu’émerge notre propre vision du monde. Faire participer tout un chacun, singulier, inconnu, oublié parfois, c’est proposer le partage, l’apport mutuel, l’interrelation entre les uns et les autres. C’est reconnaître la valeur des matières, si infimes soient-elles, des personnes, si fragiles soient-elles. C’est souligner la différence dans l’unité, c’est exister ensemble, nous créateurs, à A.N.P.Q." ainsi parle Sophie Fardet.

 sophie farder,anpq,peret,hérault

 

Pratique : ANPQ, 4 Avenue Marcellin Albert Péret 348 00

Montpellier : Matthieu Capelier aux frontières de l'imaginaire

Matthieu Capelier expose du 7 au 13 juin à Montpellier, au 1,rue de Ratte (à côté de la place Chabaneau). Cet artiste propose une série de figures. Des possibles devenir. Des formes ouvertes, objets indéfinis qui provoquent l’imaginaire du spectateur.
Les horaires d'ouverture sont 14h-20h tous les jours et sur rendez-vous. Vernissage Mardi 7 à partir de 19heures

 matthieu capelier.jpg

05/06/2011

Michel Rauscher fait escale à Poussan jusqu'au 12 juin

 Une autre exposition à ne pas rater! Elle se tient Poussan au foyer des Campagnes. A voir, donc, les chaudes et dépaysantes toiles de Michel Rauscher. Vernissage de l'exposition le vendredi 27 mai à 18h30.

Peintre et photographe Michel Rauscher vit dans le Sud de la France. Grand voyageur, amteur d'horizons nouveaux, il parocourt le monde avec une prédilection pour l'Afrique. Autodidacte, il promène sa curiosité sans fin, en quête de couleurs, de lumière et d'authenticité, sur des terres qui le fascinent.
"Chacune de mes peintures, dit-il, est une étape de la merche sur u chemin d'espoir. Elle renferme l'echo des mots et le souvenir de sourires. Un geste, des traits et des couleurs offerts deviennent un dialogue. L''espace s'ouvre, on devine le vent, on oublie le temps. La lumière irradie"

michel Rauscher 1.jpg

michel rauscher 2.jpg


Pratique:
-Foyer des Campagnes, Poussan (Hérault)
- Visite de l'exposition jusqu'au 12 juin 
- Tous les jours de 17h à 20h

01/06/2011

Montpellier : Jacqueline Chol à la galerie de l'Ecusson...Femmes, femmes, femmes...

La Galerie de l'Ecusson à Montpellier présente les oeuvres de Jacqueline Chol, une artiste lyonnaise à la palette toute en sensualité. Une exposition sur le thème de la femme. A voir jusqu'au 25 juin.

Coloré, subtil, vibrant, sensible. Spontané aussi, comme un carnet de voyage. Un résumé de l'oeuvre de Jacqueline Chol. Une peinture tournée vers les femmes. Des femmes aux multiples facettes. A la fois fragiles et impudiques, discrètes et exubérantes, evanescente et sereine. 
Jacqueline Chol possède une réelle vigueur créative et réussit à créer une atmosphère chaleureusement colorée et  épanouie.

jacqueline chol,galerie de l'ecusson,montpellier

 

 

jacqueline chol,galerie de l'ecusson,montpellier

Pratique:
- Galerie de l'Ecusson 11 rue de l'ancien courrier, Montpellier.
- Tel. 04 67 52 80 14

Montpellier : "l'alchimiste", Franck Guarinos à la galerie Art maniac

Flyer vernissage Franck Guarinos.jpgVernissage de l'artiste peintre Franck Guarinos ce mercredi 1er juin à 18h30 à la galerie Art maniac à Montpellier.

Avec sa sensibilité d’alchimiste, Franck Guarinos mélange encres, peintures et montages numériques donnant à sa technique un style personnalisé.
Cet artiste avignonais joue avec le l'ombre et la lumière, du côté sombre jaillit la vraie vie. Les trajectoires subjectives focalisent l'attention. du public, séduit et fasciné par ces rythmes et une mise en scène musicale.

entrer des mots clefs
Pratique:
-Art'maniac 6 rue Bonnier d'Alco, Montpellier.
- Tel. 06 42 61 73 46