Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/07/2012

Lewis Rivière à Pézenas avec Arts 23


pezenasUne 2ème exposition arts23 ouvrira ses portes la semaine prochaine à Pézenas, dans le magnifique hôtel particulier Flottes de Sebasan avec les sculptures, dessins et photographies de Lewis Rivière.

29/06/2012

Lancement de la nouvelle galerie Expo 1 à Montpeliler

expo 1

 

Lancement de la nouvelle galerie Expo 1, hier soir : chaude ambiance autour de la dizaine d'artistes présents.
A l’issue de cette première année active marquée par la présentation de travaux mixtes issus de la récupération et la découverte d’artistes montant dont la force et l’engagement sonnent en coeur, 2012 voit un nouveau tournant de la galerie Art Maniac.
Aujourd’hui EXPO1, après les travaux du printemps 2012 initiés par deux artistes, Akoi Aka et Loïc Mèze pour un nouvel écrin, la place est donnée aux artistes, à leur diversité, à leur richesse. La présence en expo permanente d’au moins une oeuvre de chaque artiste de la galerie, quelques expositions de brève durée (une heure, une journée, une semaine) nommées “Expos Flash”, ou enfin la possibilité pour un primo-exposant d’être accueilli par une galerie d’art qui fait confiance aux artistes et qui reste un lieu où la convivialité, la découverte, le plaisir d’échanger et partager restent les maîtres mots.
Pratique :
-Galerie d'Art Expo 16 Rue Bonnier d'Alco, Montpellier

expo 1,montpellier

 

expo 1,montpellier

 

"Rencontre" avec Agnès Nazarian (Sculptures) et Bettina K. (Peintures) à Allègre les Fumades

Agnès Nazarian,  Bettina K, allegre les fumades

 "Une rencontre" belle exposition de sculpture  et de peinture à  la maison de l'eau Les Fumades les Bains d'Allègre les Fumades d' Agnès Nazarian et Bettina K. A voirjusqu'au 1er septembre

L'une peint. L'autre sculpte. Leur exposition s'intitule "Une Recontre". Ellles expliquent : "Un jour nos chemins se sont croisés grâce à la peinture, une envie naît de prendre un bout de ce chemin ensemble et une belle histoire commence. Une histoire qui tourne autour de la couleur, de la pierre, de la matière, de la lumière, De là émerge l’idée de laisser vivre les images sculpturales et picturales ensemble, de nous montrer, le temps de cette exposition, pour continuer nos trajets sous des regards nouveaux. comme une danse dans laquelle les différences, les désirs du partage et des questionnements se laissent guider par des rêves, des regards et des mains invisibles de l’âme. Une histoire dans laquelle il y a toujours la place pour l’être humainimal, ses origines et ses rêves."

 Pratique:
- Ouverture: mardi au vendredi 9h/12h ; 14h/19h; Samedi 14h/18h ; Dimanche 9h30/12h30

 

Agnès Nazarian,  Bettina K, allegre les fumades

20/06/2012

Le collectif "Hibiscus transportable" réunit dix artistes autour du cercle à Sète

"Le rond, beau et sensible" une exposition du collectif "Hibiscus transportable" avec : Pierre Andrieux, Ivan Argote, Valérie du Chéné,  Jean Denant, Christelle Espinasse, Pablo Marcos Garcia, Arno Laurens, Olivier Mosset, Vahan Soghomonian, Jean-Paul Thibeau. A voir du 22 juin au 8 juillet à la chapelle du quartier haut à Sète. Vernissage le 22 juin à 18h30. 

Le cercle est une courbe fermée dont tous les points sont à égale distance d’un point intérieur appelé centre. Par analogie c’est aussi une association de personnes réunies par un intérêt commun, un même centre. Hibiscus Transportable a proposé à 10 artistes de constituer pour un temps un cercle, avec un centre commun, une forme, le cercle.

 

pierre andrieux

 Pierre Andrieux : Né en 1979 à Bergerac vit et travaille à Bordeaux Les questions du geste, du corps, du langage et du territoire.(media : performance, écrit, video, photographie) http://pierreandrieux.blogspot.com/

 

 

yvan argotte

 

Ivan Argote Né en 1983 à Bogota, vit et travaille à Paris. “L’art pour moi, c’est une philosophie appliquée à l’expérience. Je fais un peu de la philosophie expérimentale.” www.ivanargote.com/



valerie du chéné

 

Valérie du Chéné: Née en 1974 à Paris vit et travaille à Coustouge Alacrités et autres dérives réunit un ensemble de 5 pièces conçues par Valérie du Chéné spécialement pour l’occasion. À elles seules, elles condensent quelques-uns des fondamentaux de son travail et notamment ce questionnement sur la forme et la couleur qui traverse des oeuvres qui chacune à sa manière active, provoque et convoque l’espace dans lequel elle s’inscrit. Ses ingrédients que l’artiste décline astucieusement selon les lieux d’exposition sont une manière d’appréhender son rapport à l’espace, à l’Autre et à un monde dont elle observe toujours avec distance et légèreté l’absurdité et la poésie cachée. texte : Virginie Lauvergne pour l’exposition à la galerie martinethibaultdelachâtre. http://www.valerieduchene.com/




jean denan 

Jean Denant : Né en 1979, vit et travaille à Sète “Une exposition de Jean Denant tient à la fois du chantier de construction et du cabinet d’architecte, d’un lieu où se conçoit et se construit un objet.” Fabienne Gendre www.jeandenant.fr/

 

 

 

christelle espinasse

Christelle Espinasse: Née à Sète en 1985 vit et travaille à Montpellier De mes premiers travaux photographiques, j’ai gardé une proximité picturale attachée à la construction d’espaces au sein de lieux divers. J’ai choisis méticuleusement des endroits me tenant à coeur pour y créer une ambiance, une narration, tant dans la structure de la composition des couleurs, que dans la place des objets, ainsi que dans l’attitude et le regard du modèle. Tout dans cette oeuvre est construction subjective. http://www.christelleespinasse.fr

 

 

arnaud laurens 

Arno Laurens : Né en 1978 à Rodez, vit et travaille à Frayssinhes Son travail ondule entre la peinture et l’installation. Il se consacre majoritairement aux objets, aux sons, aux matériaux du quotidien. Il utilise ces objets aussi bien pour leur qualités plastiques que pour l’univers qu’ils contiennent. Il questionne ainsi l’uniformisation de nos sociétés recyclables, la cohabitation avec la nature, les questions de place, de frontière. www.arnolaurens.net

 

pablos marcos garcia 

Pablo Marcos Garcia : Né en 1982, vit et travaille à Miami Ici Lincoln.. je répète ici... Lin^%&*n... Est-ce que vous me recevez ? Apres tout je sais bien ce qui pourra m’ammener à y voir de plus près. Les jambes nous ont été données pour marcher. L’herbe sur les chemins amortit mes pas. La boue des champs retient mon pas, et salit mes chaussettes. La riviere froide permet au pied de se croire au chaud dans des chaussures mouillées. Sous ma fenêtre il y a écrit DISABLED puis quelques mètres plus loin, DISABLED... C’est un mystere que je préfère ne pas résoudre tout de suite, peut-être le BLED D’ISA mais je sais pas si y font trop du verlan par ici. Descendre par l’ascenceur, jusqu’au ground. Passer sa carte : BUP... failure try again... http://pablogigue/blogspot.com/

 

 

olivier mosset 

Olivier Mosset : Né en 1944 à Bern vit et travaille à Tucson La pratique d’Oliver Mosset est ancrée dans la peinture radicale des années 70. Lorsque nous avons préparé cette exposition autour d’une forme, le rond, avec le désir de produire une épaisseur transgénérationelle, son travail est celui dont naturellement il faillait partir. Il produit une peinture du silence qui a le courage de n’être que ce qu’elle est. En 1966 il enclenche une pratique picturalle sérielle, sous-tendant une mécanique matérielle de la peinture : peindre un cercle noir de 9cm de diamètre intérieur et de 15,6cm de diamètre extérieur sur une toile de 100cm par 100cm. Ce geste et cette composition, problématiques de peintre, se questionnent en se neutralisant. Ils seront répétés pendant environ 8 ans et produiront approximativement 200 toiles. Cette longue pratique radicale de la peinture définei un espace singulier dans la longue histoire de ce medium, qui « s’autodéfini dans les champs de l’art ». Cette répétition qui la constitue devient une limite pour l’artiste, et le cercle, instantanément identifiable, porte un effet de signature, l’écartant de la recherche d’anonymat, d’autonomie et de neutralité d’une oeuvre. Vers 1977 il ouvre son territoire pictural à une nouvelle limite et s’engage dans la production de toiles monochromes, surfaces de couleur pure. Olivier Mosset à tout au long de son parcours pris part à des cercles d’artiste. Entre 1966 et 1967 il fait partie du groupe BMTP, avec Daniel Buren, Michel Parmentier, et Niele Toroni, dans la fin des années soixante dix il s’est rapproché du groupe Radical Painting, puis plus tard des Neo-Geometric

 

 

jean paul thibeau

Jean-Paul Thibeau Né en 1950 à La Teste-de-Buch vit et travaille à Marseille Jean-Paul Thibeau est artiste intermédia. Il se manifeste en France et à l’étranger depuis 1972. Son champs d’investigation est celui du comportement. Sa pratique est un agencement d’expériences qui visent à interroger le “ soi artiste ”, ses modalités et ses activités (déplacements et transformations). Les formes de ces expériences varient en fonction des lieux, des durées, des propositions et des interlocuteurs mis en jeux. Par une expérimentation incessante il réalise une poétique de l’existence. http://www.protocolesmeta.com/

Vahan Soghomonian

Vahan Soghomonian : Né en 1982 à Lyon vit et travaille à Paris Développe un système de production, où un geste, un mot, une forme amène à une autre. http://www.saintcyrland.net

 

 

 

13/06/2012

Festival des architectures vives à Montpellier du 13 au 17 juin : votez pour l'installation de votre choix

festival des architectures vives

Le Festival des architectures vives invite pour sa septième édition, dix équipes de jeunes architectes venus du monde entier ainsi qu'une université à réaliser des architectures éphémères dans les cours des hôtels particuliers situés dans l'Ecusson de Montpellier.
Le parcours proposé permet de découvrir des lieux emblématiques que sont les cours des hôtels particuliers et les créations inattendues des jeunes équipes. 
Pratique : 
- Ouverture du festival des architectures vives aujourd'hui 13 juin
- Remise des prix vendredi 15 juin à l'Hôtel Saint-Côme
- Votez pour l'instlalation de votre choix à l'hôtel Saint-Côme, 32 Grand'rue Jean Mouulin.

dominique jobelot, Suzanne thomas

"Le retournement du ciel", Dominique Jobelot, Suzanne Thomas. Hôtel de Pilippy, 1, rue du Petit Sel



cyril rheims mathieu collos

"Invitation à la lévitation", Mathiue Collos, Cyril Rheims. Hôtel des Trésoriers de la Bourse, 4 rue des Trésoriers de la Bourse, Montpellier

 

pierre berthelemeau"

"Reframe", Pierre Berthelmeau, Adam Scales, Paul van den Berg. Hôtel d'Aurès, 14 rue Eugène Lisbonne, Montpellier


 

samuel Berthomeau

"Bye Bye Balloon", Samuel Berthomeau, Lucie Mothes, Hôtel des Palais de Gulhem, 12 rue du Palais des Gulhem, Montpellier

 

 

gwenaelle mary

"Smoth Rock" : Gwenaëlle Mary, Arnaud Nègre. Hôtel Cambacérès, 3 rue Sainte-Croix, Montpelier

université laval

"Première neige", Université Laval. Hôel de Rozel, 2 ter rue saint Pierre, Montpellier


cristina bestraten

"Tourne Around", Cristina Bestraten, Aina Bigorra, Erik, Hererra. Hôtel Audessan, 9 rue de la Vieille Intendance, Montpellier

julie biron

"Ne dérangez pas mes cercles", Julie Biron. Hôtel de Mirman, 7 place du Marché aux Fleurs, Montpellier

 

urban b s

"Typographie de la surprise", UrbanB's. Marco Asiutti, Farnazeh Bahrami, Enrique Enriquez, Matteo Muggianu. Hôtel Baudon de Maury, 1 rue de la Caranbonnerie, Montpellier

 

AA64

"Forêt urbaine", AA64. Philip Anzalone, Stephane Bayard, Will Laufs. Hôtel de Griffy, 26 rue de l'Aiguillerie, Montpellier

 

tri ho

"Cité surprise, cité surprenante", Tri Oh. Javier pena, Cristina Sanchez. Hôtel de varennes, 2 place Petraque, Montpellier

  

08/06/2012

Laurette Atrux-Tallau , Delphine Gigoux-Martin, Stephen Marsden... des artistes contemporains à Lattes (Musée archéologique)

 

delphine gigoux martin

stephen mardsen

Cet été, à l’occasion de l’anniversaire des 30 ans du FRAC, le musée archéologique Lattara de Lattes poursuit son ouverture à l’art contemporain. A voir jusqu'au 16 septembre. Vernissage vendredi 8 juin 18h30. 

Une nouvelle fois, le public est convié à se laisser surprendre par la mise en résonnance d’œuvres issues du Fonds Régional d’Art Contemporain Languedoc-Roussillon avec les collections permanentes de Lattara ainsi qu’avec l’exposition temporaire "Montpellier, terre de faïences. Potiers et faïenciers entre Moyen Âge et XVIIIe siècle".
Trois artistes "invités" et sollicités pour créer de nouvelles pièces, ont pris la liberté de s’immiscer dans l’espace muséal, réservé d’ordinaire à la mémoire des temps révolus.Laurette Atrux-Tallau , Delphine Gigoux-Martin , Stephen Marsden.

Laurette Atrux-Tallau suggère diverses temporalités à travers deux photographies d’objets éclatés à l’instant précis de leur chute, ou avec d’étranges petites sculptures expansives, en pleine mutation, qui révèlent les cycles transitoires et inéluctables de toute chose. Au deuxième étage du musée, elle propose la découverte d’un organisme hybride qui surgit soudain et prolifère le long d’une poutre du plafond, à plus de six mètres du sol.

Delphine Gigoux-Martin sollicite nos émotions par le biais de métaphores animalières oniriques, à la fois enchanteresses et inquiétantes. Elle nous met en présence d’une colonie de quelques 300 poulpes englués de porcelaine liquide ou d’une demi-douzaine de terrines en grès porcelainique représentant des volailles, déformées dès la fin de leur façonnage, par une chute brutale, volontairement provoquée par l’artiste. Par ailleurs, un dolium et un empilement d’amphores romaines présentés dans la collection archéologique, sont envahis par la projection de dessins animés aux motifs animaliers indociles.

Stephen Marsden a rassemblé en une même vitrine sa collection de moulages dont la matrice n’est autre qu’un préservatif décliné en 108 formes, en fait les maquettes miniaturisées de sculptures déjà réalisées. Par ailleurs, "Gadget", sculpture érectile de plus de trois mètres de haut, rappelle l’effigie de La Liberté. Après une épreuve en argile, un moulage en résine colorée a été spécialement produit pour l’exposition. De même, une sculpture en résine et de milliers de bris de verre, représentant un nu féminin endormi pour l’éternité, renvoie de façon très esthétique à la collection d’urnes funéraires en verre de la collection archéologique.

 

cecile hesse

 



 

02/06/2012

Anita Fleerackers et Claudia Mateo Matti, passion et sensibilité à Aigues-Mortes (Galerie Z)

La galerie Z à Aigues-Mortes présente  les sculptures d'Anita FleerackerAnita Fleerackers et les peintures de Claudia Mateo Matti. A voir jusqu'au 20 juilllet.

Qu’elle travaille la céramique, le marbre ou le bronze, Anita Fleerackers donne à la matière cette énergie dont elle déborde : taureaux ou chevaux plein de vitalité, danseurs pleins d’allant et quand la couleur est là, elle claque et vibre à travers des rouges vifs et profonds, des jaunes, des oranges ou des verts intenses.
claudia mateo matti
Claudia Mateo Matti
déroule sur ses toiles : chevaux ou taureaux de Camargue, troupeaux d’éléphants, silhouettes ou visages émouvants.  
Dans une technique mélant différents outils, les traces de matières, griffures, aspérités, permettent de créer des volumes, des brillances, des mouvances. L'élégance du dessin et la pureté du trait de ces personnages comme pétris de sable et de vent évoquent avec pudeur une symphonie des sens.
Cette artiste explique la galeie Z sur son site :"travaille la couleur et la matière avec une grâce reconnaissable entre toutes." 

Pratique:
- Galerie Z, 4 place Saint-Louis, Aigues-Mortes.

- Tel.  04 66 53 61 98

08/05/2012

Marie Couchinho et Eric Blanc, photos et sculptures, dans le parcours d'artistes de Montpellier

couchinoEric Blanc expose ses photos et Marie Couchinho ses sculptures dans son atelier 4 rue Bornier.
Dans le cadre du 11e Parcours d'Ateliers d'Artistes de Montpellier 12 et 13 mai 2012 de 11 h à 20 h et le 14 mai de 16h à 21h.
www.briscarts.com propose une sélection de 40 artistes en grande partie professionnels dans 30 lieux différents. Entrée libre.

31/03/2012

Aubais : "Détournement d'itinéraire" avec les artistes nomades

philippe dutilleul,aubais

Jusqu'au 16 avril "Les Artistes Nomades" présentent deux expositions l'un  à la chapelle St Nazaire, au Lavoir et dans les salles voûtées du château d’Aubais, l'autre à l'espace HD Nick.


A voir à la Chapelle saint-Nazaire un projet intitulé "Détournement d'itinéraire avec : Conesa, Vincent Dezeuze, Stéphane Gantelet, Bérénice Goni-de Préville, Jérôme Letinturier, Séverine Lièvre, Juliette Mézenc, Julien Perrier et Choun Vilayleck.
Didier Nick présente "Des paysages purs vibrants d'émotion" une exposition de Philippe Dutilleul à l'espace HD Nick 


 Pratique:
- Ouverture tous les samedi et dimanche ainsi que le lundi de pâques le 9 avril de 15h à 19h et sur rendez-vous 04.66.80.23.63
- Prochaine exposition été 2012 : du 21 juin au 22 juillet

philippe dutilleul,aubais

 

 

15/03/2012

20 ans après... le "Courants d'arts" passe encore à Nîmes avec une exposition anniversaire à la chapelle des Jésuites

courants d'art nîmes

courants d'art nîmes

L'histoire de "Courant d'art" pourrait commencer par "Il était ue fois". Il était une fois donc : trois amis, deux peintres : le véronais Pio Quionto, le nîmois Marc Merolli et la prof' d'italien Lilou Bonfils. Autour d'un verre de l'amitié à Vérone au printemps 1992, ils échafaudent un rêve commmun : faire partager leur passion de l'art. Ainsi est né "Courant d'art" et une première exposition à Bernis. Après des rencontres artistiques, des échanges culturels et des expos, le temps est venu de fêter le vingtième anniversaire de "Courants d'arts". Une étonnante exposition à la Chapelle des Jésuites marque cet anniversaire. A voir jusqu'au 18 mars
Les artistes de 20 ans de Courants d'arts : Marie-France Aillaud, Nina Aragon, Evelyne Beaudoing, Jeanne Bessiere, René Bessière, Jacques Bucchini, Cathy Canac, André Corsi, Anne Courbaud, Jeanne Davy, Pascale depardon, Moussa Djouder, Christophe Donnet, Sarah Dupuy Ostermann, Michel fabre, Robert Fabregue, Nicolas Fropot de Habart, Jean-PIerre Gardarein, André Gaucherand, Jacques Gordes, Marc Granier, Henri Adam Hairabédian, Bernard Hugues, Jacques Inrep, Suzy Julien Bayle, Max Labeille, Danielle Lamaison, Jean-René Laval, Colette Leonetti, Robert Lobet, Yves Manera, Marc Merolli, Christine Merolli Moure, Daniela Montecinos, Anne Monteil, Jessy Morin Davy, Véronique Persy, Marcel Piat, Rafaella Robustelli, Gianni Rossi, Eliane Serries, Philippe Sivan, Michèle Suquet Montel, Timolé, Jean-Pierre Thein.

courants d'art nîmes

courants d'arts nimes


 

08/03/2012

Marie-Claire Biard et Violaine Blanchet à La Grande Motte. Entre les femmes des îles de l'une et les "glamour" filles de terre de l'autre

 

 

violaine blanchet

En cette journée de la femme, normal de commencer cette rubrique par une exposition sur les femmes faite par des femmes ! Entre femmes de terre glamour et femmes des îles, deux artiste(e)s présentent leur univers.  A voir à La capitainerie de la Grande-Motte jusqu'au 18 mars.
Violaine Blanchet
(VIO céramique)  expose des femmes sculptées en faïence, inspirées du quotidien. Ces statuettes sont autant de notes de fraîcheur, de glamour et de sensualité. "Mon inspiration résulte d’un contact, d’un geste, d’un sourire ou d’une scène de vie aperçue par hasard. Parce qu’un regard ne ressemble jamais à un autre, parce qu’un sourire reste inimitable, mes filles sont toutes des pièces uniques", explique Violaine Blanchet.
« Peintre de l'outre mer » Marie-Claire Biard  peint les îles comme elle les vit, en s'imprégnant pleinement de leur identité et de leur âme. Elle a toujours éprouvé une grande fascination pour les lointains et l'univers des îles. La quête de l'ailleurs a toujours éveillé en elle un questionnement sur les origines.

Pratique:
- De 10h à 12h et de 15h à 19h
- Capitainerie La Grande-Motte
– Entrée Libre
- Jusqu' au 18 mars

marie claire biard

07/03/2012

Hugo Verheye entre lumière et mouvement à Montpellier (Galerie Ventuno)

hugo VereyeHugo Verheye expose à la galerie Ventuno. A découvir jusqu'à la fin du mois de mars.

"La peinture ou la sculpture sont certainement l'expression la plus subtile de la pensée" ainsi parle Hugo Verheye.  Ses tableaux expriment la lumière et la couleur tandis que ses sculptures font appel à l'imaginaire et traduisent une recherche permanente du mouvement et de la fluidité des formes.
Vous pourrez découvir les oeuvres de cet artiste, dans le cadre d'une exposition collective, à la Galerie Ventuno, 21 rue des Balances à  Montpellier

hugo Verheye

23/02/2012

Grabels : Eric Blanc et Eve Tourmen, photos, sculptures et art musical

eric blanc,eve tourmen,grabels


A la salle de la Gerbe à Grabels, exposition de photos d'Eric Blanc (Thème : art musical) et d'Eve Tourmen (sculptures) du 25 février au 4 mars. Ouverture en semaine de 15h à 19h et le 10h à 19h. Fermé le lundi. Vernissage vendredi 25 février à 19h..

 Eve Tourmen a commencé à s'initier à l'art avec la tapisserie. Aujourd'hui ses personnages ont décollé du sol, et grâce au fer à béton ils jouent avec l'espace, le vent et leur histoire dans un ballet aérien.

"Le photographe doit être un passionné. La passion sans but ça ne marche pas. Le but sans passion non plus. Il faut avoir les deux?" ainsi s'exprime Eric Blanc qui présente une.exposition intitulée “Art musical”. Elle sera accompagnée d’une musique de Clara del Campo et d’un poème de sa composition.

  

eric blanc

 

04/02/2012

Montpellier : première anniversaire avec une étonnante exposition collective à la galerie ArtManiac

 

artmaniac,montpellier

Une sculpture en forme d'instruments multiples... le ton de l'exposition est donné !  Sculptures originales, peintures étonnantes, photographies envoûtantes... au total plus de dix-huit artistes sont réunis dans un espace chaleureux au 6 Bonnier d'Alco (Juste derrière la préfecture) à Montpellier : Akaoi Aka, Gilles barp, Alejandro Berconsky, Catherine Duchêne, Philippe Formet, Franck Guarinos, Loïc Mèze, Ethel Manolo, Karl-Hugo Mars, Théo Petier, Elodie Sabardell, Laurent Bru, Sylvain Croizy, Dom Jeambrun, Jaime Tambouret, tieRi, Alex Vitrolles.
Avec cette exposition ArtManiac, un espace qui se veut découvreur de talents, fête sa première année d'existence. Un anniversaire réussi!

 

artmaniac,montpellier



 

15/01/2012

Montpellier : Bernard Pagès et le mouvement Support-Surface au Carré Saint-Anne

 

bernard pagès,support surface,montpellier


Co-fondateur du mouvement support-surface, Bernard Pagès présente une exposition de sculptures au Carré Saint-Anne  à Montpellier.  A voir jusqu'au 17 mars.
Malgré la  brièveté de son existence, le mouvement pictural Supports/Surfaces aura profondément marqué e paysage artistique, par le seul fait que plusieurs de ses membres ont vécu et enseigné en Languedoc-Roussillon.
Normal donc que la Ville de Montpellier, à travers le Carré Sainte-Anne, rende hommage aux personnalités importantes du groupe, comme elle le fit en 2007 avec Patrick Saytour et aujourd'hui à  Bernard Pagès.
Né en 1940 à Cahors, Bernard Pagès est l'un des artistes les plus marquants de cette histoire. S'aventurant « davantage du côté des origines et du travail de l'homme que du côté de la théorie et de l'histoire de l'art » (Marie Hélène Grinfeder), son travail a souvent été décrit comme une véritable poésie des matériaux. Il s'agit de dominer la matière brute et lourde, celle des chantiers, de la campagne et du rebut, et de créer à partir de celle-ci un sentiment de fragilité et d'élévation. De fait les œuvres de Pagès résonnent dans Sainte-Anne d'un écho tout particulier. Il n'est pas question pour l'artiste de chercher à lutter avec la verticalité du lieu, par une sorte de prouesse technique, mais plutôt de jouer en accord avec sa matérialité.

bernard pagès,support surface,montpellier

03/12/2011

Nîmes : les belles rencontres des forges d'art au profit du Télethon

alain schmitt.png

Dans le cadre de la programmation des « Belles rencontres », l’hôtel Imperator organise « Les belles rencontres des Forges d’art ». 18 forgerons uniront leurs talents à cette occasion et réaliseront durant le week-end une sculpture grandeur nature d’un taureau et d’un torero.
Sensibles à la cause de l’AFM (Association Française contres les Myopathies), l’Imperator et les forgerons ont choisi d’inscrire cet événement dans le cadre des manifestations officielles du Téléthon et de reverser les recettes de cet événement à l’association.
Le programme de ces Belles rencontres est le suivant :
- Samedi 3 Décembre :  De 10h à minuit « Les belles rencontres des forges d’art » : 18 forgerons forgent une œuvre commune et grandeur nature d’un taureau et d’un torero. 
De 14h à 19h Vente de vin chaud au prix de 2€ au profit du Téléthon. Vente de catalogues Toréador par l’association éVocation NP, de livres taurins par les Ateliers Baie, de recueils de nouvelles par les lauréats du prix Hemingway par les éditions du Diable Vauvert, de foulards Souleïado édités pour l’Imperator : la recette des ventes sera reversée dans son intégralité au profit du Téléthon. Des danses sévillanes et provençales animeront les jardins et les salons de l’hôtel et accompagneront le travail des forgerons de 15h à 17h.
A partir de 17h : Rencontre avec les enfants atteints de myopathies et leurs familles. Des matadors français serviront le vin chaud au profit du Téléthon.
A partir de 19h30 : dîner gastronomique en verrière du restaurant de l’hôtel Imperator permettant de contempler le travail des forgerons de nuit dans les Jardins tout en se restaurant de la cuisine raffinée et créative du Chef Thierry Plaideau.
- Dimanche 4 décembre :  De 10h à 17h : « Les belles rencontres des forges d’art » : les jardins de l’Imperator accueillent la prestation fascinante de 18 forgerons travaillant le métal en direct sur 14 forges et participant à la réalisation commune d’une œuvre grandeur nature d’un taureau et d’un torero. 
De 14h à 17h: Vente de vin chaud servi par des Matadors français au prix de 2€ au profit du Téléthon. Vente de catalogues Toréador par l’association éVocation NP, de livres taurins par les Ateliers Baie, de recueils de nouvelles par les lauréats du prix Hemingway par les éditions du Diable Vauvert, de foulards Souleïado édités pour l’Imperator : la recette des ventes sera reversée dans son intégralité au profit du Téléthon. Habillage d’un torero et d’une arlésienne. 
A 17h Remise de la collecte à l’AFM (Association Française contres les Myopathies).  www.hotel-imperator.com

09/06/2011

Vers-Pont-du Gard : OpenGalerie accueille les sculptures de Cristelle Berbérian

opengalerie.jpgElle fut créatrice d'accessoires de mode pour Marithé & François Girbaud. Lui, fils de galeristes parisiens et petit-fils d'antiquaire alexandrin, devenu directeur de création en agence de publicité. Tout au long de ces années professionnelles, la passion de l'art ne les a jamais lâché, exerçant en parallèle de leur cursus professionnel, une double vie dans leur atelier en Région Parisienne, en attendant l'opportunité, depuis nombreuses années de créer leur propre galerie.
Il leur fallait un lieu, ils traquaient le coup de coeur. Le coup de coeur, Ils l'ont eu en visitant la région d'Uzès et ont fixé leur choix sur  Vers-Pont du Gard. C'est dans ce village qu'ils ont ouvert  OpenGalerie, prolongement naturel d'une longue expérience en matière d'art. Dans cette galerie,  ils accueillent jusquau 30 juillet les sculptures de Cristelle Berberian.

berberian 2.png Cristelle Berberian est née à Versailles en 1950. Après études et voyages, Cristelle Berberian se  consacre à l’étude d’objets d’art et à la création (Centre d’études d’objets d’arts, Art Moderne et Contemporain à l’IESA, Art Contemporain à l’Ecole du Louvre).
Ses premiers matériaux sont des matières brutes : cordes, bois, toiles grossières qui entrent dans la composition de panneaux décoratifs et tentures murales. Elle a réalisé ensuite des collections de bijoux à base de caoutchouc, cuivre, cuir et corne pour des défilés de Créateurs de mode en France.
"Depuis le début des années 90, explique cete artiste,  la sculpture est devenue mon langage. Je synthétise au maximum les mouvements essentiels, afin que le sentiment pur et l’émotion surgissent."  et elle ajoute "La femme universelle est mon sujet favori, avec sa sensualité, ses troubles, ses attentes, mais aussi sa force, son élan, ses combats".

 

 

 

berberian1.jpg

 

Pratique:
- OpenGalerie, 5 rue Bourg Riant, Vers-Pont du Gard (30)
-  Tél. : 09 61 28 48 66
- Contact@opengalerie.com
- www.opengalerie.com

 

22/05/2011

Montpellier : Fernando Agostinho à la galerie place des arts, un fabuleux monde de verre!

fernado agostinho, galer place des arts, Montpellier

La galerie Place des Arts à Montpellier présente jusqu'au 2 juillet les sculptures de verre, pop art de Fernado Agostinho. A ne pas rater.

Fernando Agostinho est né en 1959 au Portugal dans une famille de Verriers. Il apprend naturellement auprès de son père la passion du verre. En 1985, il rencontre Alain Guillot, ancien élève de son père, avec lequel il collaborera pendant deux ans dans le but de parfaire sa formation. En 1987, il ouvre son propre atelier dans le Tarn et Garonne.
Avec le temps et l'expérience, C’est en 1993 que Fernando Agostinho entame ce qui fait aujourd’hui sa singularité, ce "monde" auquel il plie et soumet jour après jour le verre par l’usage de différentes techniques corrélatives : soufflage (et décors intercalaires), travail au chalumeau, sablage, collage à froid. Et ces techniques, c’est confirmé, il les maîtrise particulièrement bien. Contrairement a certaines tendances, l’artiste a tout de suite choisi de ne pas s’exprimer par l’abstraction. Son succès sera international. Il sera d’ailleurs repéré comme l’un des artistes verriers « les plus créatifs de sa génération ».
Ce "monde" c’est celui de la fantaisie, où de petits êtres vous regardent constamment et vous interrogent de leurs grands yeux ronds, qu’ils soient en voiture, entassés dans des immeubles, seuls, la bouche grande ouverte, en plein monologue, anthropomorphes ou zoomorphes. Beaucoup d’êtres à l’intersection de l’animal et de la marionnette, aux intentions humaines, en réalité assez proche du Muppet Show ou du monde de Casimir, souvenez-vous. Il y règne une ambiance douce et gentille, quelque peu naïve, qui est façonnée par l’usage de couleurs pures, par l’expressivité et les postures. Un monde fabuleux!

fernado agostinho, galer place des arts, Montpellier

Pratique:
- Place de l'Argenterie, Montpellier.
-

21/05/2011

Mhedi Melhaoui présente ses sculptures au musée archéologique de Lattes

A l’occasion de l’installation dans les jardins du musée d’une sculpture en bronze de l’artiste Mehdi Melhaoui, acquise en 2010 par Montpellier Agglomération, le site archéologique Lattara-musée Henri Prades de Montpellier agglomération accueille plus d’une vingtaine d’oeuvres du plasticien pour une exposition d’art contemporain, intitulée "Points d’ancrage". Cette exposition met en résonance les collections archéologiques du musée avec des sculptures évoquant la question des migrations en Méditerranée.  A voir jusqu'au 11 juillet.

lattes4.jpg

 

Après le succès de ses trois précédentes expositions d’art contemporain, "La Fémina" de Johan Creten, "Trous de Mémoire" de Nora Martirosyan et "Véra d’Or" d’Emmanuelle Etienne, le site archéologique fait dialoguer une nouvelle fois l’archéologie et les oeuvres d’un artiste contemporain. Ce dispositif de confrontation entre ses collections permanentes et la création contemporaine, que ce soit avec les arts plastiques, la musique ou la danse, est désormais bien ancré dans la programmation du musée.

Acquise en 2010 par la Communauté d’Agglomération de Montpellier pour un coût total de 20 000 euros, le « Bateau » en bronze de l’artiste Mehdi Melhaoui a trouvé sa place définitive dans les jardins du site archéologique.  La qualité de cette sculpture réside notamment dans sa composition en deux parties dissociées et affirmées : le socle et la sculpture. Flottant dans les airs, dans son aire, le bateau est retenu par une véritable chaîne de navire, soudée à la verticale, qui le retient dans un équilibre précaire.
Pour Mehdi Melhaoui, le possible est un champ d’expérimentation qui nécessite de prendre des risques, une façon aussi de ne pas se limiter à un seul domaine d’expression. Les oeuvres de Mehdi Melhaoui présentées au site archéologique, pour l’exposition "Points d’ancrage", sont résolument placées sous le signe de la thématique historique des flux migratoires en Méditerranée, notamment entre l’Afrique et l’Europe.
 Avec cette exposition monographique, Mehdi Melhaoui propose d’aborder, avec une surprenante faculté d’évocation poétique, les questions essentielles liées aux migrations, celles-là même qui poussent certains à fuir leur pays natal, à tenter l’exil, le nomadisme, l’expatriation, ou la fuite. Du jardin aux salles d’expositions du musée, ce jeune plasticien donne à voir une installation inédite de ses oeuvres, qui révèle à la fois la pesanteur et le mouvement d’un possible déplacement.  

lattesB.jpg

 

Pratique:
-Horaires.- Lundi, mercredi, jeudi et vendredi : 10h-12h et 13h30-17h30; Samedi, dimanche et jours fériés : 14h-18h et 14h-19h lors d’expositions temporaires;  Fermé le mardi, fermeture exceptionnelle le 14 juillet et le 15 août.
- Tarifs - Plein tarif : 3,50 e€ - Pass’Agglo : 3 e - Tarif réduit : 2 e Entrée gratuite le premier dimanche de chaque mois.
- Accès.- Sortie A9 conseillée : n° 30 direction Montpellier Sud, Lattes. Suivre la direction Lattes puis « Site archéologique Lattara ».
- Parking visiteur gratuit Bus TaM ligne 18 – arrêt « Stade »

17/03/2011

Jean-Pierre Baldini à la galerie Jean-Claude Reno : des sculptures, du mouvement et de la poésie

baldini9.jpgJean-Pierre Baldini présente jusqu'au 21 avril à la galerie Jean-Claude Reno le travail de ses trois dernières années. Des sculptures entre liberté, harmonie et poésie. A ne pas rater.

Jean-Pierre Baldini est né à Cannes en 1949. Il débute par la sculpture sur bois dont il cerne rapidement les contraintes et les limites. C’est en 1985 qu’il opte pour le bronze."C'est en plâtre que prennent forme mes sculptures, c'est le bronze qui leur donne la pérenité", explique l'artiste.

Son travail s'oriente autour des notions de passage, d'émergence et de liberté. Ses derniers travaux ont pour thèmedes éléments : l’eau, l’air, la terre , le feu, la féminité et également l’esprit.
Ses oeuvres de petites tailles, à taille humaine respirent l'harmonie, une dynamique et de la poésie.

 

baldini1.jpg

Pratique:
- Galerie Jean-Claude Reno, 10 rue Saint-Firmin, Montpellier
- Ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h30 à 18h30
- A voir jusqu'au 16 avril

 

11/05/2010

Au musée Fabre à Montpellier : Houdon ou la sculpture sensible

houdon.jpg



Le musée Fabre de Montpellier rend hommage au "sculpteur des lumière" Jean-Antoine Houdon ( 1741-1828), l'un des plus grands artistes européens du XVIIIe siècle. Ses portraits sont précis et vivants et de nombreuses personnalités de son époque ont posé pour lui. On lui doit les bustes de la tsarine Catherine II de Russie, Denis Diderot, Voltaire, Rousseau. Une trentaine d'oeuvres de l'artiste compose cette rétrospective articulée autour de deux chefs d'oeuvre. Deux statues de marbre : l'Hiver ou la Frileuse et l'Eté. Incontestabement les plus belles réussites de Jean-Antoine Houdon.
Ces allégories, d'une étonnante modernité, représentent de gracieuses jeunes filles seulement vétues d'un châle. Ces pièces ont été offertes au jeune musée Fabre en 1828 par le préfet de l'Hérault Creuzé de Lesser qui les avaient reçues en héritage. Elles sont accompagnées par de deux versions de la Frileuse : une en bronze, tout en finesse et sensualité de L'Hiver, prêtée par le Metropolitan Museum of Art de New York ; et une ébauche en terre cuite.
A voir aussi des portraits sculptés par Houdon et ses contemporains : Pajou, Pigalle, Lemoyne et Caffieri...

Jusqu'au 27 juin au musée Fabre à Montpellier
Tél. 04 67 14 83 00
http://www.museefabre.fr

18/11/2017

Première exposition personnelle de Julien Garnier à Montpellier

   


julien garnierA la recherche d'un art non utopique Julien Garnier présente à la galerie Vasistas à Montpellier "Négociation the distance". A voir jusqu'au 8 décembre.
 Pour sa première exposition personnelle, Julien Garnier propose une sélection d'oeuvres dont la plupart sont produites pour l'exposition. Son travail prend le parti de manipuler les rapports d'échelles et les perspectives pour remettre en question notre façon de percevoir, sans pour autant réduire sa démarche à une conclusion unique.
Persiennes 2.0 propose deux assemblages de tasseaux de bois lisses et peints en orange fluo, horizontaux sur l'une et obliques sur l'autre. Ces dernières sont installées devant les portesfenêtres de la galerie, presque à la verticale et se dressent, massives, à mi-chemin entre le store vénitien qui protège des regards, et l'iconographie du chantier, dans une sorte de work in progress. Ces châssis posés au sol ne sont pas véritablement montés, à moins qu'ils ne soient déjà démontés en attente d'être rangés et ne limitent pas les solutions et les interactions possibles.
L'artiste propose une relecture de nos acquis, à l'instar de ce mouvement 2.0 vulgarisé à l'extrême et qui retrouve ici son sens premier : l'évolution vers plus de simplicité et d'interactivité, laissant au plus grand nombre possible l'occasion d'échanger et de contribuer, pour rendre au spectateur son rôle d'acteur.
Réminiscence, structure utilisant des matériaux non-nobles tel que l'aggloméré, se constitue de 9 reproductions de parpaings. La structure même du meuble reproduit une multitude de rangements trop étroits qui viennent narguer la fonctionnalité et la viabilité même de l'objet, comme le résultat d'une idée mal appropriée. La double nature de cette pièce neutralise toute utilisation potentielle, réelle comme imaginaire.
L'usage unique de lignes droites et de formes rectangulaires, la présence exclusive des couleurs primaires et non-couleurs semble défier les courbes arrondies de ce vase fleuri et de ces pieds métalliques et laisse venir à nous, altérées, les spécificités des avant-gardes des années 20. Le tout confère à l'objet le pouvoir d'évoquer le plus imparfait des souvenirs, celui qu'on ne sait identifier définitivement. Réminiscence est une strate supplémentaire des recherches entreprises par Julien Garnier qui poursuit ici ce qu'il avait entamé avec Idea en 2011, wall drawing reprenant le logo d'une grande marque de meuble. Restreindre son travail aux volumes semble être un choix impossible, qui conclurait trop brusquement des négociations interminables aux enjeux distanciés.
We'll be forever young #13 est un dessin numérique en noir et blanc représentant un jeune homme vêtu d'une chemise. Ce portrait fait partie d'une série qui présente des caractéristiques communes à tous ses sujets : un trait fin venant préciser l'importance du détail qui se perd pour finir sa course, inachevée. L'utilisation du noir et blanc et le choix de la technique, dénuée de toute chaleur, accentuent le manque d'humanité qu'on prêterait volontiers à cette série, dont chaque personnage semble chercher à se démarquer au travers de signes distinctifs qu'ils arborent pour finalement mieux se ressembler. Le poids de ces contradictions repose alors sur les épaules de ce jeune homme habillé de sa chemise incomplète comme pour signifier un devenir incertain, entre intégration et distinction, entre original et copie. Cette interrogation avancée par We'll be forever young apparaît finalement récurrente dans les travaux de Julien Garnier, qui tout en équilibre et démesure, cherche avec Palissade et Pavillon de la série Éponymes, à redéfinir une fois encore le paradoxe de l'oeuf et de la poule. Ces dessins numériques aux allures de plans de construction sont des représentations à l'échelle 1:2 de volumes qui ont déjà existé mais qui interpellent la viabilité de leur origine de part leur format particulier et leur présentation. Par la sincérité de son propos et de sa démarche, Julien Garnier s'amuse à démonter les certitudes afin d'en saisir l'essence paradoxale, cherchant toujours à examiner, au travers de ces rapports d'échelles et de ces équilibres de forces et de matériaux, la stabilité et la légitimité même des symboles et simulacres de notre environnement contemporain.