Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/01/2012

Montpellier : Laurence Chamagne et ses très romantiques portraits de femmes. A découvrir à la galerie Ventuno

  

laurence chamagne,galerie ventuno,montpellier

La Galerie Ventuno (21 rue des Balances à Montpellier), accueille pour sa nouvelle Exposition collective d'art contemporain, les oeuvres des artistes : Maria Kermadi, Marc Deluz, André Caparros, Laurence Chamagne, Bernard Goutiers, Christiane Biard, Patrick Planchon, Hugo Verheyes, Bruno Bossut, Elisabeth Masson. Coup de projecteur aujourd'hui sur les très romantiques portraits de Laurence Chamagne. 

"Le fil conducteur de la littérature est à l'origine de mes sujets, des tableaux que je peins.", explique Laurence Chamagne. Cette artiste ne cherche pas tant à illustrer des scènes littéraires qu'à prolonger une atmosphère de lecture, un univers. "J’aime, dit-elle,  donner un visage aux héros, héroïnes des textes qui me touchent. Les personnages que je représente sont un peu décalés. C'est l'intensité émotionnelle d'un instant que j'essaie de saisir."
Pratique:
- Du mardi au Jeudi  17h30/20h, vendredi 14h/ 20h,  samedi 10h30/18h ou sur rendez-vous.

laurence chamagne,galerie ventuno,montpellier

27/10/2010

Elisa Cossonnet à la galerie de l'Ancien Courrier : un puzzle contemporain à la fois tendre, sensible et drôle

P1030998.JPGA la galerie de l'Ancien-Courrier à Montpellier, pour sa nouvelle exposition Elisa Cossonnet propose un puzzle contemporain sur la vie d'une jeune fille d'aujourd'hui. Avec un brin d'humour. A voir jusqu'au 27 novembre.

 Né à Nîmes, cette jeune-fille dans le vent, a réalisé sa première expo, il y a deux ans à Montpellier. Tout s'est ensuite enchaîné très vite pour Elisa Cossonnet. Après, il ya eu Paris puis Nashville et le succès... mérité.
Ces toiles et ces collages sont étonnants de fraîcheur. Ses petits carrés ou grandes toiles ressemblent à une bande dessinée. La BD  raconte la vie d'une jeune fille d'aujourd'hui avec de grands yeux étonnés et curieux. A travers ses personnages stylisés, l'artiste donne sa vision de la société, évoque les relations avec l'autre. Discussions entre copines, confidences avec un double ou une soeur jumelle, moment d'intimité à deux. D'un bar à la rue. Les scénettes se suivent. Les couleurs, les collages et les mots s'entremêlent dans ces historiettes que "racontent" Elisa avec sensibilité. C'est à la fois tendre, grave, drôle et contemporain. Une expo à ne pas rater!

P1030997.JPG
P1030984.JPG
P1030983.JPG
P1030986.JPG
P1030990.JPG

Pratique
- Galerie de l'Ancien Courrier, rue de l'Ancien Courrier, Montpellier
- De 10 heures à 12h et de 15 heures à 19 heures tous les jours sauf dimanche et lundi matin.

11/10/2010

Anne Monteil à la galerie de la Salamandre : des symboles et des signes, étonnant et génial!

monteil1.JPGFoisonnement de signes narratifs et de symboles, abondance de sensations colorées, espaces structurés dans un style graphique naïf... étonnante et géniale exposition à la galerie de la Salamandre à Nîmes. A voir jusqu'au 23 octobre.

La peinture d'Anne Monteil s'inspire du graffiti, du symbole et du signe. Normal, cette jeune artiste a travaillé dans la publicité. Elle réutilise dans son art les règles de l'affiche publicitaire tout en déformant les êtres et les objets. Ces tableaux naîfs, colorés font penser à des dessins d'enfants et à des peintures atzèques. Des visages stylisés, des mains, des objets de tous les jours se mêlent dans une mosaïque. Le résultat est proche du tag. Les mêmes motifs reproduits plusieurs fois se mêlent dans les toiles d'Anne Monteil.  Une expo à ne pas rater!

 

monteilbisterquatre.jpg

Pratique:
-
Galerie de la Salamandre : Place de la Salamandre à Nîmes
- Horaires : du mardi au samedi de 15h à 19h
- Renseignements : 04 66 76 23 90

01/09/2010

A la galerie Saint-Ravy à Montpellier : des corps en mouvement et une quête de l'un vers l'autre

ravyune.jpg Jusqu'au 12 septembre, la ville de Montpellier accueille à la Galerie Saint Ravy une exposition d’Isabô. Cette artiste montpelliéraine développe depuis plusieurs années un travail sensible autour du corps en mouvement, mené en complicité avec le danseur et chorégraphe Fabrice Ramalingom. Une exposition de photos à ne pas rater.

Du noir. Du blanc. Des flous. Des corps en mouvement comme poussés ou attirés l'un vers l'autre ! Un homme et une femme nus qui se cherchent puis se caressent tendrement. Une main effleure un dos, c'est simple et beau comme un poèsie.
 « Depuis que je photographie, mon intérêt est tourné vers l'humain, que je déshabille pour mieux photographier la vérité des corps. Pour remplir ces corps, leur rendre leur matière, je me suis particulièrement attachée au grain des images. J'ai resserré le cadre, agrandi les détails, interprété la réalité" explique cette artiste montpelliéraine.
Dans cette série, comprenant une cinquantaine de photographies, Isabô a voulu mettre les corps en mouvement pour donner vie à des « êtres photographiques », rendre compte d'un geste, figer un mouvement.
"Longtemps mon propre modèle, j'ai souhaité rompre la solitude et faire entrer quelqu'un d'autre dans mes images. Confronter mon corps à celui d'un autre pour entamer un dialogue, échanger, et se donner mutuellement du mouvement", pousuit Isabô.
 Le travail avec le danseur et chorégraphe, Fabrice Ramalingom (Compagnie RAMa) est la juste continuation d'une  même quête : travailler sur les corps en mouvement, les langages que ces corps utilisent, les émotions qu'ils véhiculent. Poursuivre et explorer ce mouvement perpétuel de "l'Un à l'Autre".

ravydos.jpg

Pratique:
- Jusqu'au 12 septembre (entrée libre. De 13h à 19h, du mardi au dimanche).
- Galery Saint-Ravy, place Saint Ravy, Montpellier
- Ouverture Ouvert de 13h à 19h, du mardi au dimanche. Entrée libre.
- Tel 04 67 60 61 66 (galerie) - 04 67 34 88 21 (admin.)

29/06/2010

Jean Rouzaud à Poussan : l'émotion au-delà des lignes d'horizon

                                                                                                                                                                                                                                         poussanvbis.jpgNouvelle exposition lumineuse de Jean Rouzaud !Ce peintre sétois présente ses toiles au graphisme épuré dans le foyer rural de Campagne à Poussan. Un espace en majesté pour un artiste majeur. Une des plus belles expositions de ce début d'été.

Après l'école des Beaux Arts de Toulouse, Jean Rouzaud s'installe à Sète comme architecte. A l'époque, il traçait des lignes droites avec des règles et des équerres. "C'était des lignes mortes", dit-il. Dans les tableaux de cet l'architecte devenu artiste, des lignes, il y en a encore. Mais, elles dégagent des émotions. "Elles ne sont plus droites, j'ai voulu leur donner une vibration". Ces lignes rappellent celles de l'horizon. Ce sont des invitations au voyage. Des fenêtres ouvertes sur la vie.
Denoyers, Blondel, Soulages et Sarthou ont influencé cette artiste né en 1923.  Son travail pictural a évolué. Huile, acrylique. Mais sa technique est toujours la même. "Je peins en tournant autour de ma toile posée à plat, ", lâche-t-il avant de préciser "Mes tableaux peuvent se regarder dans tous le sens. Ils offrent ainsi des possibilités de lectures différentes." 
Ces compositions, conçues en bande horizontale et parallèles débordent de couleurs. Le rouge, le jaune et le bleu se mélangent dans des dégradés de gris. La Méditerranée est toute proche. rouzeaudbis.jpg 

Voir le diaporama de l'exposition : cliquez ici >>>>>

Visite de l'exposition jusqu'au 11 juillet, chaque jour de 17h à 20h
Renseignements au 06 81 31 48 24

17/06/2010

Galerie du Chapitre : Christophe Arbieu, des "Superfictions" venues d'un autre univers

arbieu.jpgLa galerie du Chapitre à Nîmes présente "Superfiction" une série de toiles d'un talentueux prof de dessin montpelliérain. A découvrir!

Avec "Zéro gravity", sa précédente exposition une impression de légèreté se dégageait déjà de ses tableaux. Sur fond noir rayé de gris et de blanc des cosmonautes semblaient jouer à cache-cache. A moins que ce soit des embryons flottant dan le ventre maternelle. Une affaire d'imagination ! La peinture de Christophe Arbieu est  faite de formes et de signes. A chacun de les décrypter. A sa manière.  
Déjà présent sur Art-nim, l'artiste  Montpelliérain revient à Nîmes avec une série intitulée "SuperFiction". Une série de toiles non figuratives, dans les tons gris-argenté, peuplées de signes de lignes et de formes. Autant d'invitations à rentrer dans une autre dimension. Un univers de science-fiction. Un espace temps débordant de lumière.

  arbieucinq.jpg

Galerie du Chapitre, rue du chapitre à Nîmes jusqu'au 29 juin

09/06/2010

Galerie 13 : Paul Bergignat et ses paysages crépusculaires aux frontières du réel

bergignatbis.jpgLa galerie 13 à Montpellier accueille Paul Bergignat. Ce peintre cévenol présente de fascinants paysages crépusculaires bordés d'alignements d'arbres dénudés qui baignent dans une lumière d'hiver. Des toiles chargées de mystères. A voir!  

 Paul Bergignat dessine avec passion dès sa plus tendre enfance. Huit ans : c'est l'âge de ses premiers cours de dessin !  Après une formation à Lyon, en Arts Appliqués et à l’Ecole des Beaux Arts (en cours du soir de nu), qu'il poursuit à Paris, sa vie professionnelle s'est, un moment, orientée vers l'architecture. Ce Lyonnais d'origine, après 16 ans passés à Montpellier, a finalement installé son atelier près d'Anduze.

Ces dernières années, sa peinture a évolué. La période abstraite à dominante"bleue" s'est effacée pour une période "crépusculaire". Sa palette s'est noircie. Dans son repère cévenol, il peint des paysages mystérieux enveloppés de brouillard. Les ciels sont sa source d'inspiration. Tout comme l'arbre que l'artiste utilise comme "une écriture céleste". "L'arbre, dit-il, représente la vie, la force, la nature... Dans mes toiles, je tente de restituer son esprit".

Au bout de ses lignes d'horizon, où le ciel et la terre se touchent, se profilent  de la nostalgie, de la mélancolie de l'espoir aussi. Les ciels tourmentés, les nuages cotonneux, les alignements de cyprès et de peupliers suggèrent des évasions, entraînent aux frontières d'un monde irréel. Ce sont des invitations aux rêves et des paradis de "zénitude".

bergignat_paul_copie.jpg

Galerie 13, 13 rue du Jeu de Paume à Montpellier, exposition permanente

 2010, ce dernier m'obsède toujours, aDomaine réservé aux voyages, en partance vers les émotions enfouies, d’une mémoire retrouvée, où les horizons lointains sont encore à découvrir. "lors je me lâche, je les lâche, de silhouette en silhouette ce sont des foules de plus en plus nombreuses qui regardent en silence, figées, impuissantes, triste réalité, bien modeste acte

 

04/06/2010

Galerie Place des arts : Fernando Agostinho sculpte un univers poétique et réveille des souvenirs d'enfance

ago.jpgLa galerie Place des Arts à Montpellier présente une nouvelle génération d'artistes qui ont en commun de souffler en verre leurs sculptures. Coup de projecteur sur les oeuvres modernes et poétiques d'un artiste d'origine portugaise, Fernando Agostinho. Entre Mupett show et pop art ses marionnettes réveillent des souvenirs d'enfance.

 Soufflage, travail au chalumeau, sablage, collage à froid...Fernando Agostinho sculpte le verre à sa manière et recrée un monde fabuleux. Un univers fait de fantaisie, de couleurs et de poésie. Ses marionnettes aux yeux ronds semblent sortir d'une bande dessinée.

C'est au Portugal, dans l'atelier familial, que Fernando Agostinho, dans les années 60, s'est pris de passion pour le verre. En 1985, il rencontre Alain Guillot, ancien élève de son père et maître-verrier, avec lequel il collabore avant d'ouvrir son atelier dans le Tarn-et-Garonne. Il est, aujourd'hui,  reconnu par tous les critiques comme "l'un des artistes verriers les plus créatifs de sa génération." et son succès est international.

Chacune de ses sculptures aux couleurs pures, exalte l'imaginaire. Chacune de ses  oeuvres ressemble à un conte. L'artiste entraîne le visiteur de l'expo dans un univers ludique. Un univers qui pointe aussi les dérives de notre société. Tout est dit en forme de clin d'oeil. A la manière d'un pied de nez. Avec gentillesse. Et humour aussi. 

agosthinomobile1.jpg

 

bagnole1-2.jpg

 Galerie place des arts, 8 rue de l'Argenterie à Montpellier

26/05/2010

Galerie 13 : Virginie Benzaquen trace des chemins de vie et donne des raisons d'espérer

Virginie.jpg
De la sérénité se dégage des acryliques résolument contemporaines  de Virginie Benzaquen. Une exposition à voir à la galerie 13 à Montpellier.
Son atelier : une ancienne étable près de Viols-le-Fort (Hérault). Un endroit très ancien avec des toiles d'araignée, et une toute petite ampoule. "Un endroit où je me sens bien..", précise Virginie Benzaquen qui peint la nuit pour évacuer le stress de la journée. Quand le soleil se couche, cette informaticienne aux yeux bleus délaisse les claviers de ses ordinateurs "pour, dit-elle, essayer de trouver de la lumière dans l'obscurité" ."Dans mon atelier, je peins presque en aveugle" confie-t-elle.
Un parcours atypique pour cette autodidacte. Un parcours commencé dans la lumière du Maroc où le moindre bout de papier est utilisé. "Au début, je ne montrais pas mes toiles...elles s'entassaient dans un coin de l'atelier.  J'ai fini par exposer sous la pression de mon entourage", lâche-t-elle.
Au tout début, il y a eu une exposition collective avec Bô Art Contemporain. Et puis, Marseille, Toulouse, l'Italie et d'autres encore. Bientôt.
Devant sa toile, Virginie Benzaquen oublie les épreuves de sa vie et de la vie. Témoins : les titres qu'elle donne à ses oeuvres : "La chute", "Entrée interdite",  "Récidive",  "Mémoire"... On devine, dans ses ocres tout en contraste, une artiste à la sensibilité exacerbée. Virginie Benzaquen est à l'image de sa peinture. Elle joue sur un subtil mélange entre clair et obscur, flou et précision, bien et mal. Le tout baigné dans la couleur des selles patinées des chevaux et des stries blanches. Autant de signes. Autant de témoignages. De chemins de vie et de raisons d'espérer.
berzaquen.jpg
Exposition permanente à la galerie 13, 13 avenue du Jeu de Paume à Montpellier

22/05/2010

Galerie Place des Arts : les lumineuses sculptures sur verre d'Isabelle Monod

monod14.jpgLa Galerie "Place des Arts" à Montpellier propose une exposition de sculptures sur verre soufflé d' Isabelle Monod. A travers ces oeuvres, cette artiste nous confronte à son imaginaire et une réalité en évoquant la nature, le biologique, l’organique.

Son atelier-maison est posé dans les Alpilles. Au Broc exactement. C'est là, au-dessus de Nice qu'elle sculpte le verrre. Son inspiration, elle la puise dans la nature. Mais son univers, à elle, c'est le cube. Un luminueux bloc de verre dans lequel elle redonne une seconde vie aux galets et branches ramenés de ses baldes en forêt.

Pour Isabelle, tout part d'un bloc de verre déformé par l'action du four. En superposant ces éléments, elle crée un nouveau langage. "Les blocs superposés forment une œuvre mouvante, interactive, puisque chacun peut la composer à sa guise", explique cette femme-courage. Ses structures rapellent les constructions alvéolaires des essaims d'abeilles. Ce sont des boîtes emboîtées dans des boîtes. Avec au milieu la nature et la lumière.  Son oeuvre est multi-facettes. Elle donne à voir de l'imaginaire et installe le rêve. 

Cette fille d'un céramiste suisse a commencé à travailler le verre lorsqu'elle rentre dans la renommée famille Monod avec son époux Claude. Elle a beaucoup cherché, beaucoup fabriqué et a réussi à devenir l'égal des plus grands. Elle est exigeante et humble. Témoin cette phrase d'elle écrite, il y a quelques années : «Mon travail est tout au plus un fil qui me relierait par quelque mystérieux processus à l’histoire des autres". Un joli fil contemporain tissé à la galerie Place des arts. A voir.

 

monod01.jpg
Isabelle  Monod, sculpture sur verre, à la galerie Place des Arts à Montpellier, 8 rue de l'Argenterie jusqu'au 10 juillet