Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/12/2012

Les "environnements muséaux" de la plasticienne Muriel Bordier prolongée jusqu'au 5 janvier

 

muriel bordier, galerie annie gabrielli, montpellier

 

L'exposition de Muriel Bordier "Espaces muséaux" est prolongée jusqu'au 5 janvier. A voir à La galerie Annie Gabrielli (Montpellier) , 33rue François Delmas; Montpellier.

Artiste plasticienne polymorphe, Muriel Bordier a obtenu le Prix Arcimboldo en 2010. Ses réalisations témoignent d’une réflexion critique sur notre environnement en général et sur notre comportement en particulier.
Son travail se construit, dans le domaine de la photographie ou dans celui de la vidéo, comme un inventaire de nos travers avec une certaine distance. La série présentée par la galerie aborde, avec une pointe d’humour, les rapports entre l’architecture, l’accrochage, les œuvres et le public.
Elle nous invite, à partir de maquettes photographiées, à découvrir une nouvelle façon de regarder cet environnement muséal par le biais de l’exagération des caractéristiques d’une architecture propre, épurée, immaculée.
A travers une écriture photographique poétique, Muriel Bordier invente une ambiance aseptisée qui, à force de vide et de lumière, devient une vue de l’esprit, un espace immatériel, virtuel. Son point de vue transforme notre regard sur ces espaces muséaux : il ne sera plus tout-à-fait le même.
Faisant écho à cette série, la galerie présente également les dépliants « Bons baisers » et la vidéo « Tourista ».Les œuvres de Muriel Bordier sont présentes dans de nombreuses collections privées et publiques (Ville de Rennes, de La Rochelle, Conseil généraux, Fonds Régionaux d’Art Contemporain, artothèques...).

muriel bordier, galerie annie gabrielli, montpellier

muriel bordier, galerie annie gabrielli, montpellier

muriel bordier, galerie annie gabrielli, montpellier

muriel bordier, galerie annie gabrielli, montpellier

muriel bordier, galerie annie gabrielli, montpellier

17/10/2012

Conférence-apéro de Christian Gattinoni à la galerie Annie Gabrielli

christian gattinoniChristian Gattinoni animera une causerie-apéro à la galerie Annie Gabrielli à Montpellier  le 25 octobre à partir de 19h.
Le thème de l'intervention est en relation avec l'exposition Espaces muséaux de Muriel Bordier : "La photographie entre documents, archives et monuments". Christian Gattinoni est photographe, critique d'art, professeur à l'Ecole supérieure de la photographie d'Arles. Il a publié de nombreux titres : "Danse et art contemporain", "Danse l'étreinte", La Photographie en France 1970-2005", "La Photographie contemporaine", La Photographie", "Les mots de la photographie", "La Photographie ancienne"... I Il est également commissaire d'expositions.
Pratique:
- Une participation de 3 euros par personne sera demandée.
- Réservation par mail à l'adresse suivante :
contact@galerieanniegabrielli.com 
- Le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire assez rapidement.

29/07/2012

Le photographe Jean-Yves Moirin présente "Obscur clarté" à la galerie Annie Gabrielli

"Obscure clarté" une exposition photographique de Jean-Yves Moirin. A voir à la galerie Annie Gabrielli à Montpellier  (33 avenue François Delmas) jusqu'au 6 octobre

« L’image photographique n’est pas le reflet d’une réalité prise au piège de "l’instant décisif" cher à Cartier Bresson, au contraire elle en devient la clef. L’intérêt est sa capacité à constituer un monde et d’aller au-delà du visible, voir les choses comme un monde transcendant le réel pour y discerner ce qui le taraude telles ces tensions contradictoires et permanentes entre perception et imaginaire. En photographie, le réel ne peut être perçu dans sa stricte littéralité mais toujours chargé d’interprétation. Elle dépasse le cadre de l’objectivité pour nous plonger dans un monde de la subjectivité. Tout apparaît en constante métamorphose. Les images photographiques exigent beaucoup de celui qui regarde. Qu’avons nous à faire de la lumière qui éclaire l’espace des évidences ? (...) Par le truchement de ces photographies, l’ombre monte, étouffe la clarté et installe une inquiétante étrangeté. La lumière devient un phénomène insolite qui rend l’énergie aux corps et amortit la présence réelle des choses.Pour que la lumière agisse sur l’intimité des êtres et des choses, quoi de plus radical que l’ombre ? » ainsi parle Jean-Yves Moirin de ses derniers travaux débordant de poésie et de sensibilité.

jean yves moirin,galerie annie gabrielli


 

08/06/2012

Mouna Saboni et une série documentaire sur les réfugiés palestiniens aux Boutographies (Galerie Annie Gabrielli)

 

mouna sabouni, galerie annie gabrielli, monptellier

mouna sabouni, galerie annie gabrielli, monptellier

La galerie Annie Gabrielli a ouvert ses portes le 14 octobre dernier à Montpellier, elle a pour ambition de promouvoir des photographes sans frontière et son choix artistique se veut très large afin de ne pas confiner la photographie à une « simple » réalisation technique. La programmation, orientée et engagée, favorise les points de vue singuliers sur notre humanité. Dans le cadre des Boutographies, une autre artiste de la galerie a été retenue pour la « carte blanche » du festival : Shannon Guerrico a été exposée du 6 janvier au 10 mars 2012 et ses oeuvres seront projetées du 9 au 24 juin dans le Pavillon populaire, dirigé par Gilles Mora.  La galerie Annie Gabrielli présente à partir de cette semaine, : "Je voudrais voir la mer"  l'exposition photographique de Mouna Saboni. A voir à jusqu'au 14 juillet. 

Mouna Sabouni   est d'origine bretonne, de mère française et de père marocain. Elle a 23 ans et termine sa troisième année à l’ENSP d’Arles. L'exposition débutera juste après les résultats de son diplôme de l'Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d'Arles.  "Je voudrais voir la mer" est présentée dans le cadre du festival des Boutographies, Rencontres Photographiques de Montpellier dédiées aux jeunes photographes.
La série sélectionnée s’appuie sur une vision documentaire attachée au quotidien des réfugiés de Deisheh en Palestine, mêlant poésie et fiction. « Des choses m'indignent, je ne peux pas rester sans rien faire », dit simplement Mouna Saboni. Pendant sa troisième année de fac (Rennes 2), elle part six mois en Argentine et découvre sa vocation dans un bidonville de Buenos Aires. « Nous avions créé une association avec des amis français et argentins pour aider les populations des bidonvilles, faire de l'alphabétisation, dans la Province de Buenos Aires. C'est là que j'ai décidé de faire de la photo et du documentaire. »
A l’automne 2010, elle effectue un premier séjour en Palestine. « J'y suis arrivée en cherchant une chambre en guest house, j'ai été très bien accueillie, j'y suis restée... ». Elle travaille notamment avec le centre culturel IBDAA : ses photos racontent la vie dans le camp de réfugiés de Dheisheh à Bethléem où elle loge et montrent la détresse des jeunes Palestiniens. Elle réalise également des couvertures photographiques des activités de Médecins du Monde. Trouvant rapidement sa place aux côtés des réfugiés, elle parle souvent avec eux de la poésie de Darwich. Le projet initial est d’ailleurs de partir sur les traces de ce poète engagé mort en 2008 et dont l’oeuvre l’a beaucoup marquée. Dans le camp, 70% de la population a moins de dix-huit ans et la plupart ont déjà été emprisonnés. Elle propose de faire des photos sur le thème de la prison, des femmes de prisonniers (mères, épouses, fiancées, soeurs) et de leur vie au quotidien, souhaitant préserver un regard extérieur : « On ne peut pas s'approprier les causes qui ne sont pas les nôtres ».

A Hébron, elle anime pour des enfants un atelier photo avec des appareils jetables. En 2011, elle repart sur les pas de Darwich et commence à utiliser la caméra. En Palestine, comme disent ses photos, « il n'y a pas de fatalisme, il y a une rage de vivre extraordinaire ; cette force, c'est leur raison de vivre. »
Pratique:
- 33 Avenue François Delmas, Montpellier
- Tel. 06 71 28 53 24

mouna sabouni, galerie annie gabrielli, monptellier

mouna sabouni, galerie annie gabrielli, monptellier

23/03/2012

Vladimir Markovic et ses "poupées blessées" à Montpellier (Galerie Annie Gabrielli)

 

vladimir markovic

vladimir markovic, galerie annie gabrielli, montpeliler

La galerie Annie Gabrielli présente le travail photgraphique de Vladimir Markovic et son exposition "Etrange et familier". Vernissage vendredi 23 mars à 19h. A voir jusqu'au  26 mai.

Vladimir Markovic est né en 1955 à Belgrade, il vit et travaille à Paris. Lauréat du Concours « Mois de la Photographie » Paris-Audiovisuel en 1979, il est diplômé de l'Ecole supérieure de photographie artistique et de cinéma de Prague (F.A.M.U) en 1986.
L’exposition regroupe deux séries, "Survivantes et Correspondances secrètes". Au début des années 1990, Vladimir Markovic photographie ce qui va devenir le cycle des Poupées, intitulé "Survivantes". Il utilise des poupées trouvées, « blessées » par le temps, qui évoquent la mémoire des souffances de la Yougoslavie et sa propre souffrance.
Ce travail suscite une commande du Musée des arts décoratifs de Paris. C'est une partie de ce travail sériel que la galerie Annie Gabrielli a décidé de présenter. Vladimir Markovic met en scène les poupées anciennes de la collection du Musée, transférées dans différents décors. Il compose un univers étrange, quelquefois inquiétant, au travers duquel circulent nos souvenirs d'enfance, notre propre histoire.
Dans "Correspondances secrètes",  il s'agit de dyptiques construits en deux parties inégales, l'une de plus grand format utilisant le noir et blanc permettant de se concentrer sur le temps qui passe, et l'autre de plus petit format utilisant la couleur, une façon de s'ouvrir sur le monde. Vladimir Markovic, pour appréhender le réel, procède par perceptions contraires mais complémentaires (noir et blanc-couleur, plein-vide, intérieur-extérieur) qui donnent une dimension énigmatique et sensible à son travail.
Pratique :
- 33 avenue François Delmas (av. de Nîmes), Montpellier
- Tel. 06 71 28 53 24
- contact@galerieanniegabrielli.com

vladimir markovic, galerie annie gabrielli, montpeliler

vladimir markovic, galerie annie gabrielli, montpeliler

vladimir markovic, galerie annie gabrielli, montpeliler

Photos: 

©Vladimir Markovic – Galerie Annie Gabrielli